Couverture du journal du 22/05/2024 Le nouveau magazine

Région Occitanie : l’Aris s’affirme

Trois ans après son lancement, l’Agence régionale d’investissements stratégiques de la Région Occitanie franchit une nouvelle étape en ouvrant son capital à des partenaires privés. Objectif : disposer de fonds supplémentaires pour investir dans les entreprises régionales et renforcer la souveraineté économique de la région.

©Emmanuel Grimault - Région Occitanie

Onze entreprises ont rejoint le 14 mars le tout nouveau « Club Investisseurs » de l’Agence régionale des investissements stratégiques (Aris), cet outil lancé en mars 2021 qui permet à la Région Occitanie de devenir actionnaire minoritaire d’entreprises régionales. L’Aris vise à soutenir le développement d’entreprises œuvrant au service de la transition écologique et de la souveraineté industrielle de l’Occitanie. « Depuis sa création, l’Aris a investi 17,5 millions d’euros dans 15 entreprises de la région », indique Jalil Benabdillah, vice-président de la Région Occitanie chargé de l’économie, l’emploi et la réindustrialisation, interrogé par La Vie Economique. Parmi elles, le fabricant d’avions décarbonés Aura Aero (2 M€), Ascendance flight technologies et ses avions verts à décollage vertical (1 M€), le fabricant de robots agricoles Naïo Technologies (1 M€) ou encore Ipsophène (1,2 M€) qui s’apprête à implanter une usine de paracétamol à Toulouse.

Une capacité d’intervention de 37 millions d’euros

Les nouveaux investisseurs privés ayant rejoint le club – Captain Watt, le groupe Magellim, Groupama d’Oc ou encore Comat par exemple – assurent un apport de 2,9 millions d’euros, auxquels s’ajoutent 700 000 euros des investisseurs historiques de l’Aris (l’agence de développement économique Ad’Occ et la Banque des territoires) qui réabondent le fonds, et 500 000 euros issus d’une levée réalisée en 2023 auprès des citoyens de la région. L’Aris voit ainsi ses moyens augmenter de 4,1 millions d’euros, portant sa capacité d’intervention à 37 millions d’euros.

« Dès cette année, nous allons lancer un nouvel appel à manifestation d’intérêt pour que d’autres investisseurs privés rejoignent le club dans le but de lever encore 1 à 2 millions d’euros », confie Jalil Benabdillah qui espère que l’Aris aura investi 50 millions d’euros dans les entreprises régionales d’ici à 2030. Et de souligner : « La présence de la Région comme actionnaire minoritaire est un élément rassurant qui permet aux entreprises en phase de levée de fonds de convaincre d’autres investisseurs ».