Couverture du journal du 22/09/2021 Consulter le journal

[ Lot-et-Garonne ] Les 10 ans d’Agrinove

Dédiée aux entreprises et aux porteurs de projets dans le domaine agricole, la technopole Agrinove, basée à Nérac, fête cette année ses dix ans. L’occasion de revenir sur cette période qui lui a donné ses lettres de noblesse et qui augure de nouveaux développements. Entretien avec Hubert Cazalis, le directeur.

AGRINOVE

Un chef d’entreprise accompagné par François Paolini, chef de projets (au centre) et Hubert Cazalis, directeur (à droite) © Chapolard Photographe

La Vie Economique : Pouvez-vous revenir sur la naissance d’Agrinove en 2011 ?

Hubert CAZALIS : « Issu d’une volonté conjointe du Conseil départemental de Lot-et-Garonne et de la Communauté de communes de l’Albret, le projet Agrinove s’est d’abord traduit au travers des deux clusters accueillis à Nérac sur le site du Lycée agricole Armand-Fallières. « Les Plantes au service des plantes » s’inscrit dans le cadre du développement du territoire et de l’innovation dans le secteur d’une agriculture raisonnée et économiquement viable. Le cluster Machinisme, de dimension régionale, met l’innovation au service de l’agriculture par la recherche, le transfert de technologies, l’appui technique aux agro-équipementiers.

L’idée est de créer la Technopole de l’innovation agricole avec un hôtel d’entreprises

Entièrement dédiée à l’agriculture, Agrinove a eu, dès sa conception et à l’instar de l’Agropole à Agen, pour ambition d’être un acteur référent de cette filière, booster l’économie et les emplois et devenir un lieu majeur à l’échelle régionale voire plus en ce qui concerne l’innovation en agriculture. Outre la pépinière d’entreprises, la structure met à disposition des terrains pour les entreprises qui ont passé le stade de l’émergence et qui veulent s’installer sur notre territoire. Elle propose des bureaux et des services à la manière d’un hôtel d’entreprises.

La Vie Economique : Quels en sont les atouts ?

Hubert CAZALIS : « En se consacrant aux projets « amont » de l’agriculture (machinisme, solutions numériques, techniques alternatives de production, etc.), Agrinove vient compléter la filière industrielle agro-alimentaire, structurée autour d’Agropole. La structure est donc un atout supplémentaire pour Agropole et le territoire ; c’est la pièce indispensable qui vient assurer la continuité d’une logique économique dynamique. En amont avec Agrinove : ressources (eau, terre, graines…), cultures, forces (machines, énergies, ressources humaines), analyse et recherche et, en aval avec Agropole, transformation et distribution. Notre technopole concilie développement économique, enjeu environnemental et attentes sociétales sur un territoire fort de plus de 70 filières agricoles (semences, prune, tomate, vin, noisette, fraises, miel, grandes cultures…). Notre concours annuel favorise la rencontre entre agriculture et innovation. »

 

La Vie Economique : Pouvez-vous nous rappeler en quoi consiste ce concours ?

 

Hubert CAZALIS : « Lancé en 2014, notre concours annuel « Innovations pour l’agriculture », doté de 60 000 euros de prix, permet aux lauréats de gagner en notoriété. Le 6 juillet dernier, le jury s’est réuni pour examiner les 47 dossiers reçus. Comme chaque année, trois prix seront délivrés à des porteurs de projet qui développent une innovation en lien avec l’agriculture. En pratique, nous communiquerons sur les résultats du concours 2021 mi-septembre et nous remettrons les prix aux trois lauréats le mardi 16 novembre après-midi au lycée agricole de Nérac, à l’occasion de notre forum « Agrinovembre » qui sera consacré cette année à l’impact du changement climatique pour l’agriculture. »

 

Agrinove

© Agrinove

La Vie Economique : Quels projets entendez-vous mener en 2022 ?

 

Hubert CAZALIS : « L’idée à terme est de créer « La technopole de l’innovation agricole ». Des terrains viabilisés autour du lycée agricole seront mis à disposition d’entreprises qui veulent construire un atelier de production, un centre d’essai ou un centre technique par exemple. Au total, 30 hectares composeront le pôle de compétences. Une dizaine d’entreprises sont déjà en contact avec la structure publique pour investir les lieux dès leur inauguration, courant 2022.

Pour compléter la technopole, Agrinove prévoit la création d’un hôtel d’entreprises pour les sociétés intéressées. Le bâtiment sera situé à côté de la pépinière et pourra lui aussi accueillir en location jusqu’à dix établissements en fonction de la demande. L’hôtel est destiné aux entreprises en développement, à la différence de la pépinière dédiée aux start-ups. Ce projet devrait naître lui aussi fin 2022. »

Outre la pépinière d’entreprises, la structure met à disposition des terrains pour les entreprises qui veulent s’installer sur notre territoire

La Vie Economique : L’agriculture est aujourd’hui confrontée à des enjeux majeurs auxquels elle doit répondre. Comment appréhendez-vous personnellement ce mouvement ?

 

Hubert CAZALIS : « La mission de notre équipe est d’accompagner au quotidien les entreprises dans leur création et leur développement, les aider à trouver un partenaire dans la région ou à régler un problème. J’avoue que c’est une expérience fabuleuse de voir naître et grandir une entreprise. Le soutien aux deux Clusters est aussi très enrichissant. Le Cluster Plantes est un club de réflexion d’une quinzaine d’entreprises, de centres de recherche et de lycées agricoles autour du remplacement des produits phytosanitaires chimiques néfastes pour la santé et l’environnement. L’idée est de trouver des produits alternatifs ou de nouvelles méthodes de cultures pour protéger les plantes en respectant la santé de l’Homme et la Nature. C’est un travail de recherche sur le long terme. Le deuxième cluster est plus pragmatique puisque de petites entreprises du machinisme agricole se réunissent régulièrement pour travailler à la conception de machines, évoquer des problématiques de recrutement ou encore préparer des salons professionnels. »

La pépinière d’entreprises accueille :

« Hopen, Terre de houblon » :
Entreprise qui met en place la filière du houblon dans le Grand Sud-Ouest afin d’approvisionner les brasseries.

 

« MécaConcept47 » :
Bureau d’études relié au machinisme agricole qui réalise des calculs et des plans en 3D de machines pour l’agriculture.

 

TBMI :
Entreprise de machinisme agricole, compétente en broyage, mélange et micronisation.

 

La Distillerie du Grand Nez :
Distillerie spécialisée dans la production de gins biologiques, élaborés à partir de produits agricoles locaux.

 

Api & Bee :
Entreprise proposant ses produits et services pour l’apiculture.