Couverture du journal du 28/09/2022 Consulter le journal

Lot-et-Garonne : Gueuleton, la marque des bons vivants

En 10 ans, Vincent Bernard-Comparat et Arthur Edange ont créé un univers autour de l’art de vivre qui est tout autant une histoire de passionnés qu’une réussite économique. Son nom : « Gueuleton » !

Vincent Bernard-Comparat et Arthur Edange Gueuleton

Vincent Bernard-Comparat et Arthur Edange © Gueuleton

En 2006, deux jeunes étudiants démarraient ensemble une colocation à Bordeaux. L’un se dirigeait à l’école hôtelière puis à l’Insec, quand l’autre se destinait à l’expertise-comptable. « Ça a matché direct entre nous, dès le 1er jour », nous confie Vincent Bernard-Comparat, l’Agenais, qui a réussi à convertir Arthur, le Gersois, aux berges de Garonne puisqu’il s’est marié avec une Lot-et-garonnaise.

À la fin de leurs cursus respectifs, et après 7 ans de colocation, les deux comparses se disent qu’il serait dommage de se quitter ainsi et ils veulent faire quelque chose ensemble. Ils déposent ensemble en 2012 une marque autour de l’art de vivre et des bons vivants. Gueuleton était né ! Fin 2013, le premier restaurant démarre tout naturellement à Agen. À la carte : vins, charcuteries, fromages et foie gras, des classiques de l’apéro qui font aujourd’hui partie de l’ADN du Gueuleton. Ce lieu, un repaire de bons vivants, devient vite un endroit à la mode. Le succès incite le duo d’entrepreneurs à voir plus loin. Les premières affiliations de restaurants à la marque Gueuleton démarrent à Royan, puis Pau, Nérac et Reims. Parallèlement, Vincent et Arthur décident de se lancer sur le web avec des vidéos en 2015 : « On part avec Arthur dans notre 2 CV avec une caméra pour faire découvrir un territoire avec son terroir et ses spécialités. La 1re vidéo a été tournée en Bretagne, on a mis 14 heures pour arriver… », se souvient Vincent.

LE LOOK BÉRET, CIGARE, TABLIER

Le look béret, cigare, tablier ajoute au talent des deux garçons. La renommée numérique arrive aussi rapidement que le succès en cuisine. Et là, tout s’enchaîne à en donner le tournis. En 2017, la filière traiteur est lancée avec les spécialités tournebroches du Gueuleton et grillades (voir photos). Puis, devant le succès de la filiale traiteur, ils ouvrent un showroom de barbecue et brasero à Royan. Par ailleurs, un partenariat est également noué avec Plaisirs du Vin. En 2020, c’est un magazine, toujours siglé Gueuleton (120 pages), qui sort chaque trimestre sur l’art de vivre, la bonne chère et les richesses du terroir. En partenariat avec Reworld Media, la revue sort à 50 000 exemplaires dans 12 000 kiosques en France, Belgique et Suisse.

C’est en colocation à Bordeaux que Gueuleton est né

GUEULETON À L’INTERNATIONAL

Si la crise sanitaire a forcément ralenti ce développement, la marque Gueuleton n’a cessé de grandir : elle représente aujourd’hui 16 restaurants et 15 traiteurs. Et la liste d’attente est longue : Vincent et Arthur ont plus de 1 000 demandes d’affiliation sur le bureau. Ils les traitent une par une en allant à la rencontre des porteurs de projets : « On rencontre les gens plusieurs fois. On freine les affiliations car on tient à conserver notre exigence de qualité », souligne Vincent. Une méthode qui nécessite de nombreux trajets : « Je n’ai pas de bureau hormis ma voiture et mon téléphone », avoue Vincent. À présent, c’est hors de l’Hexagone que Gueuleton s’exporte. Un traiteur va prochainement ouvrir à Bruxelles, et Vincent et Arthur ont les yeux tournés vers d’autres destinations. Aujourd’hui, ce sont déjà 300 personnes qui travaillent sous l’enseigne Gueuleton. Une fierté et une responsabilité pour Vincent : « On veut continuer à rester familial et à faire de la qualité. On a un objectif d’ouvrir une quarantaine de restaurants en France et d’essayer d’être présents dans de grandes villes à l’étranger avec les bonnes personnes. Tous nos projets sont guidés par la passion ».

GUEULETON SUR TF1

Le prochain projet d’envergure est de taille. Approchés par le groupe TF1, Gueuleton va tourner 4 émissions télévisées de 52 minutes. Arthur et lui seront les animateurs. Chaque épisode permettra de découvrir une région de France et ses richesses gastronomiques.

Le programme sera conclu par un grand banquet avec une célébrité. Le premier opus aura lieu en Gascogne avec l’acteur François-Xavier Demaison. Les autres destinations de cette première saison seront la Camargue, la Bretagne et le Jura. Un tournage avec une équipe de 14 personnes durant un mois est prévu : « la version sera allégée en cigare et en alcool par rapport à nos vidéos », sourit Vincent. Diffusion à venir début 2023 sur TMC et TF1.

Gueuleton en ligne : le succès de la marque s’est construit dans l’assiette et sur le net !

UNE AVENTURE HUMAINE

Le succès du Gueuleton doit beaucoup à la complicité et à la complémentarité de ses créateurs. Si Arthur est orienté sur la partie administrative et financière, Vincent se concentre sur le marketing et ils travaillent ensemble le développement commercial. Un tel succès en 10 ans n’a pas nui à l’amitié à l’origine du projet. Quand il y songe, Vincent se remémore : « On ne savait pas où on allait à l’époque, on ne sait toujours pas où on va mais on continue d’avancer, avec passion ».

L’UNIVERS GUEULETON

Gueuleton, c’est une marque qui a commencé par un restaurant et qui est devenu un univers avec de multiples activités : traiteur (tournebroche, grillade), vente en ligne, vidéos, magazine, une distillerie de Gin dans le Gers, un tonic avec Ogeu, un armagnac, un garde-manger à emporter au Bouscat, des séjours « bons vivants » avec Voyageurs du Monde, un showroom de barbecue et braseros et enfin une émission de télé avec TF1.

GUEULETON EN CHIFFRES

Les 16 restaurants Gueuleton affiliés en France : Agen, Saint-Palais-sur-Mer, Pau, Nérac, Reims, Angers, Toulouse, Castelnaudary, Sarlat, La Rochelle, Aix-en-Provence, Bordeaux, Brive, Segonzac, Lyon. Plusieurs ouvertures à venir : Montauban, Bayonne, les halles de Bocuse à Lyon.

+ de 1,4 million d’abonnés sur les réseaux sociaux. Facebook : + de 650 000 abonnés.

+ de 15 millions de vues ces 6 derniers mois.

+ de 20 millions de vues en 2021.

Youtube : + de 160 000 abonnés, 25 000

à 35 000 vues par jour soit 10 millions de vues par an. Entre 100 000 et 1 million de vues par vidéo.

Instagram : + de 300 000 abonnés + de 15 000 likes en moyenne à chaque publication.

Tik Tok : + de 230 000 abonnés.