Couverture du journal du 06/04/2024 Le nouveau magazine

Pro Tech Foudre : le gardien du temple !

Établie à Saint-Michel-de-Double, dans l’ouest du département, l’entreprise Pro Tech Foudre, dirigée par Anthony Dupuy, est spécialisée dans l’installation de paratonnerres au sommet des monuments historiques. Une activité stratégique.

Pro tech foudre

© Protech foudre

Son atelier est basé à Saint-Michel-de-Double, dans l’ouest de la Dordogne, mais il est rare qu’il y passe plus de quinze jours par mois. Comme son père Didier avant lui, Anthony Dupuy, 43 ans, a choisi de devenir installateur de paratonnerres, mais attention, pas de n’importe lesquels. Parce qu’il y pare-froudre et pare-foudre, l’entreprise familiale, Pro Tech Foudre s’est spécialisée dans l’installation de dispositifs « esthétiques » au sommet des monuments historiques. Musées, cathédrales, églises… La TPE a fait le choix du beau plutôt que celui de la facilité. « Certains privilégient les installations de paratonnerres sur des bâtiments récents. C’est beaucoup plus rapide, mais le résultat est rarement esthétique », glisse Anthony Dupuy, 43 ans, qui a repris les rênes de l’entreprise familiale en 2019, au moment du départ à la retraite de son père.

15 à 20 chantiers par an

Seul avec sa mère, secrétaire, pour faire tourner la boutique, l’artisan réalise en moyenne 15 à 20 chantiers par an, « tous différents les uns des autres ». « À chaque fois, il faut imaginer un nouveau dispositif pour atteindre son objectif », dévoile le quadragénaire, qui gère lui-même sa propre sécurité. « Je pars avec tout mon matériel de cordiste : corde, harnais, mousqueton. Grâce à eux, je n’ai quasiment aucune limite. Je peux tout faire, en hauteur comme en profondeur. » Dôme du Panthéon, toit du Louvre, cathédrale Saint-André de Bordeaux, musée des Arts décoratifs de Paris… Aucun monument emblématique ne résiste au patron de Pro Tech Foudre, pas même Notre-Dame de Paris, dont il va soigner prochainement les plaies. « Apprendre que nous étions retenus dans le cadre de l’appel d’offres nous a fait quelque chose, car il s’agit d’un chantier exceptionnel », admet Anthony Dupuy, qui parle en connaissance de cause.

En 2011, la PME familiale avait été chargée de la mise aux normes du système antifoudre de la cathédrale Notre-Dame de Paris. L’installation comprenait à l’époque cinq pointes dites « ionisantes » fixées sur les deux tours, la croix du chœur et les transepts ainsi qu’une pointe sèche installée sur la flèche construite par l’architecte Eugène Viollet-le-Duc. Même si elle a résisté à l’incendie qui a détruit une partie de l’édifice religieux en avril 2019, certains éléments de ce système vont être refaits. Anthony Dupuy devra également intervenir au niveau du paratonnerre de la flèche, à 106 mètres de hauteur, avec son attirail de cordiste.