Couverture du journal du 06/04/2024 Le nouveau magazine

Agrolab, un projet collectif inédit

Les acteurs de l’agroalimentaire en Lot-et-Garonne ont décidé de regrouper leurs forces autour d’un projet inédit : Agrolab. Porté par la technopole Agropole, ce projet collectif a été officiellement lancé le 5 décembre dernier.

Agrolab

© Julien Mivielle - La Vie Economique

Terre de rugby, le Lot-et-Garonne va s’inspirer de l’ovalie et jouer collectif afin de répondre au mieux aux difficultés de recrutement et au développement des compétences dans le secteur de l’agroalimentaire. Après de longs mois de réflexion avec les différentes parties prenantes, la réalisation de différents travaux d’études, et en partenariat avec l’État français, la Banque des Territoires, la Région Nouvelle-Aquitaine, le Conseil Départemental de Lot-et-Garonne, Agropole, et 15 entreprises emblématiques du territoire ont officiellement lancé le projet Agrolab. Mené par la technopole Agropole, Agrolab réunit 15 entreprises agroalimentaires, les principaux centres de formation (Agrocampus 47, Ifria Nouvelle-Aquitaine…), Ocapiat (Opérateur de compétences pour la coopération agricole, l’agriculture, la pêche, l’industrie agroalimentaire et les territoires), et pour la 1re fois le ministère de l’Éducation nationale, avec l’objectif de donner de nouvelles aspirations et un nouveau regard sur les pratiques industrielles de la filière : « Le Lot-et-Garonne possède la 1re technopole d’Europe dédiée à l’agroalimentaire et des filières fortes (agricole et agroalimentaire) qui sont sur une belle dynamique, mais avec une image qui n’est pas à la hauteur. Nous avons donc mené une réflexion courte avec tous les territoires du département pour agir », constate le directeur d’Agropole, Sylvain Pineau.

Marque employeur

Officiellement lancé, Agrolab poursuit 3 grands objectifs. Le premier verra la mise en place d’une marque employeur collective et territoriale afin d’améliorer l’image de la filière agroalimentaire à travers la création d’une websérie, d’un guide de bonnes pratiques pour les personnes intégrant la filière et des animations événementielles organisées dans tout le département. Le second objectif concerne le développement d’un hub interactif pédagogique de gestion des parcours destiné aux candidats, salariés, entreprises et étudiants, qui favorisera la mise en relation directe avec les entreprises pour découvrir les différents métiers de l’agroalimentaire : « Il faut travailler ensemble pour avancer et travailler aussi sur la porosité entre l’école et l’entreprise », a témoigné Patrice Lemoine, directeur académique des services de l’Éducation nationale.

agrolab

Alain Rousset, président de la Région Nouvelle-Aquitaine © Julien Mivielle – La Vie Economique

Un nouveau campus des métiers

Agrolab permettra enfin de construire une offre de formation innovante via différents outils comme des Business & Serious Game, des kits pédagogiques attractifs et ludiques, des outils d’évaluation des postes et la création de différents référentiels métiers. C’est donc en regroupant les acteurs de l’éducation et de la formation que le projet Agrolab se distingue : « Tous les secteurs rencontrent des problèmes de recrutement, il faut se demander pourquoi ? L’information n’est pas le seul moyen à mettre en avant, il faut parler des conditions de travail, du sens… C’est donc une très bonne chose que le monde de l’entreprise et de l’éducation réfléchissent ensemble ! Il faut donner des pistes d’emplois aux élèves, notamment en 4e et 3e car c’est là que tout se joue, sans opposer les savoirs fondamentaux. C’est passionnant car les jeunes réclament du sens humain sur les conditions de travail, l’environnement… pourquoi ne pas lancer un campus des métiers de l’agroalimentaire comme nous l’avons fait avec succès dans d’autres filières en Nouvelle-Aquitaine ? », a lancé Alain Rousset, président de la Région Nouvelle-Aquitaine, qui n’a pas caché son enthousiasme face à l’initiative lot-et-garonnaise.

Il faut travailler sur la porosité entre l’école et l’entreprise

Projet collectif

Ce projet collectif inédit programmé sur 3 ans, d’un montant total de 1 075 782 €, est soutenu dans le cadre de l’appel à projet ingénierie, opéré par la Banque des Territoires (créée en 2018, la Banque des Territoires est un des 5 métiers de la Caisse des Dépôts ayant pour objectif de lutter contre les inégalités sociales et les fractures territoriales). Financé par l’État français, la Région Nouvelle-Aquitaine et les entreprises du consortium, il aura pour objectif principal de valoriser les métiers de l’agroalimentaire en Lot-et-Garonne, afin d’attirer de nouveaux talents, et de fidéliser les compétences des salariés déjà en poste.

 

Entreprises ou organisations du consortium

Agropole, Agrotec, Agrocampus 47, Ifria, Conserves France, Éducation nationale, Ocapiat, Boncolac, Groupe Mericq, Maître Prunille, L & L, Cité Gourmande, Le Chef, Unicoque, Deuerer PetCare, Alliance Bio, Sud & Sol, Biovivers (Léa Nature).