Couverture du journal du 22/05/2024 Le nouveau magazine

Coach Durand !

Tout en poursuivant sa carrière de marathonien, Yohan Durand, célèbre sportif périgourdin de 39 ans, a réussi à se faire aussi un nom à l'extérieur des stades.

© Loïc Mazalrey - La Vie Economique

Une séance d’entraînement au lieu de deux. En ce lundi de Pâques, le marathonien Yohan Durand a décidé de déroger exceptionnellement à son programme d’entraînement pour s’octroyer une pause en famille, au milieu des vignes de Monbazillac où il a grandi entouré de sa sœur et de ses parents viticulteurs. « La chasse aux œufs, chez nous, c’est sacré », déclare l’athlète de 39 ans pour qui ces parenthèses enchantées ont tendance à se faire de plus en plus rares.

Entraînement avec Ophélie Meunier, présentatrice de Zone interdite

À 39 ans, Yohan Durand est un homme très occupé qui doit jongler entre ses obligations de sportif de haut de niveau et des activités plus inattendues mais tout aussi chronophages. Repéré pour sa performance (2 h 09) sur le marathon de Séville en 2021, le Périgourdin a été recruté par l’opérateur téléphonique Orange, sponsor des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 pour préparer pendant un an les vingt personnalités qui courront sous sa bannière lors du marathon des Jeux organisé dans les rues de Paris à l’attention des coureurs amateurs dans la nuit du 10 août 2024. Une mission qui l’amène à côtoyer régulièrement depuis six mois la présentatrice du magazine Zone interdite, Ophélie Meunier, l’humoriste Arnaud Tsamere ou encore l’ancienne miss France Amandine Petit. « J’ai bâti avec eux un plan d’entraînement pour leur donner la possibilité de progresser dans le temps sans risque de blessure, explique Yohan Durand. Je fais un bilan une fois par semaine avec chacun d’eux pour m’assurer que leur trajectoire est la bonne et, le cas échéant, je monte à Paris pour voir comment améliorer leurs performances. »

Il cartonne sur le site de RMC Sport avec son podcast sur le running

Des jalons pour l’après-carrière

L’aventure est prenante, mais pleine de promesses pour le champion qui commence à poser des jalons pour « l’après-carrière ». « Les messages postés par les uns et les autres sur les réseaux sociaux pendant nos séances d’entraînement ont donné envie à leurs connaissances de se mettre à la course, indique Yohan Durand, qui peine encore parfois à réaliser ce qui lui arrive. Je me retrouve à discuter avec des stars de la télévision dont je regardais jusqu’ici les émissions sans me douter qu’un jour, ils solliciteraient mon expertise. »

© Loïc Mazalrey - La Vie Economique

© Loïc Mazalrey – La Vie Economique

En attendant de devenir un jour « Le » coach du Tout-Paris, le Monbazillacois cartonne sur le site de RMC Sport avec son podcast sur le running. En collaboration avec le journaliste Benoît Boutron, il y interroge des figures de la course à pied avant de distiller des conseils particulièrement prisés des amateurs de la discipline. « On a démarré avec 30 000 auditeurs et on est aujourd’hui à 150 000 », calcule Yohan Durand qui se creuse régulièrement la tête pour les surprendre à coups de réflexions insolites. « Tout dernièrement, on a cherché à savoir comment un boulanger pourrait concilier activité professionnelle et séances d’entraînement en se couchant à 4 heures du matin, se rappelle l’intéressé. C’était intéressant de cogiter sur une situation inédite mais pas non plus totalement hors de propos. »

Il a été recruté par Orange pour préparer pendant un an les vingt personnalités qui courront sous sa bannière lors du marathon des Jeux

Le pari de l’appli « My running club »

Parallèlement à sa carrière radiophonique, Yohan Durand a également choisi de mettre à profit son expérience de la course de haut niveau en s’associant à la création de « My running club », une application pour smartphone qui accompagne les coureurs débutants ou confirmés dans leur progression en course à pied. « Un jour, deux amis d’enfance, David Dupont et Mickaël Estay, m’ont appelé pour me parler d’un projet d’appli qui proposerait des plans d’entraînement individualisés sous forme de packs, se souvient le marathonien. J’ai trouvé l’idée géniale : en France, entre 8 et 10 millions de personnes qui pratiquent le running et seulement 200 000 sont licenciées en club. Il y a donc tout un tas de gens qui peuvent potentiellement être intéressés par le suivi d’un pro. »

Grâce à son algorithme basé sur la géolocalisation, l’application propose des parcours d’entraînement dans cinq pays (France, Espagne, Belgique, Suisse, Luxembourg, Angleterre) en attendant de pouvoir s’exporter plus loin encore. Mais ce n’est pas là son seul atout. Là où d’autres sportifs se seraient contentés d’associer leur nom à l’application, Yohan Durand contribue personnellement à son bon fonctionnement. « C’est moi qui analyserai les données transmises par les utilisateurs et qui dialoguerai avec eux par messages pour les aider à affiner leur course », explique le champion qui a également ouvert son carnet d’adresses pour recruter des coachs susceptibles de prolonger son action sur le terrain. « Nous avons déjà plusieurs entraîneurs qui travaillent pour nous comme prestataires à Lyon, Bordeaux ou Paris », souligne l’intéressé.