Couverture du journal du 22/09/2021 Consulter le journal

[ Lot-et-Garonne ] La Distillerie du Grand Nez a du flair !

En février dernier, la distillerie Du Grand Nez a reçu la plus haute distinction de Meilleur London Dry Gin français pour l’Attribut n° 2 aux prestigieux World Gin Awards qui avaient lieu à Londres, La Mecque du gin. Une nouvelle distinction pour la Distillerie Du Grand Nez fondée en 2019 à Nérac. Entretien avec Anne Hélène Vialaneix, cofondatrice de cette entreprise en croissance.

La Distillerie du Grand Nez

La Distillerie du Grand Nez © D. R

LA VIE ECONOMIQUE : Depuis le début de l’année 2021, vous avez été distinguée deux fois pour l’Attribut n° 1 et l’Attribut n° 2, vos deux premières créations. Comment appréhendez-vous ces « couronnements » successifs ? Qu’apportez-vous de neuf et d’astucieux sur le secteur du Gin ?

Anne-Hélène VIALANEIX : « Notre London Dry Gin Attribut N° 2 a reçu la médaille de bronze au concours IWSC de Londres. Rappelons que les deux Attributs avaient déjà été élus en 2020 meilleurs gins français avec deux médailles d’or lors du concours international des spiritueux à Bruxelles et que, cette année, notre gin a surclassé le Citadelle Gin qui est considéré comme la référence dans l’Hexagone. Le meilleur gin du monde est par contre suédois… Pour l’instant car nous n’avons pas dit notre dernier mot !

De la distillerie Du Grand Nez résulte le souhait de valoriser le territoire du Lot-et-Garonne qui dispose d’un patrimoine riche et d’une agriculture variée, l’une des plus variée de France.

La Distillerie s’est engagée à développer une économie collaborative avec son réseau de producteurs régionaux. Le savoir-faire et la qualité du travail sont ici justement récompensés et encouragés dans le cadre d’un partenariat équitable. La distillerie néracaise a donc décidé, en novembre dernier, de planter, en partenariat avec le Lycée agricole de Nérac, 0,25 ha de genévriers. Cette démarche pédagogique, écoresponsable et enthousiasmante s’inscrit dans une agriculture circulaire. Le Label 100 % bio de tous les composants de nos produits est une garantie de qualité et de respect de l’environnement pour vous offrir un double plaisir ! »

LA VIE ECONOMIQUE : Pourriez-vous en quelques lignes écrire les grands moments de cette aventure Du Grand Nez, clin d’œil à celui d’Henri IV ?

Anne-Hélène VIALANEIX : « Nous avons débuté l’aventure en créant deux gins biologiques et dans l’objectif d’étayer bien entendu notre gamme. Nous sommes sur des produits « premium », sans aucune prétention : Premium de par le choix et l’assemblage des ingrédients sélectionnés. Nous ne produirons que des boissons dont les ingrédients sont issus de l’agriculture biologique voire biodynamique c’est-à-dire qui soigne la terre. Nous vivons tous les jours de grands moments aussi bien dans la joie que dans le stress d’un projet qui se construit au quotidien avec toutes étapes de la création d’un produit, de la recherche de nos partenaires, de la définition et conception de nos recettes, de leurs distillations et du suivi de vie avant leur mise en bouteille… La création de leur habillage, la saisie de la première bouteille prête à expédier sont ces grands moments. Mais tout cela ne s’arrête pas là. Nos premiers clients, nos premiers retours clients sont toujours aussi excitants. On devient addict de ce quotidien rempli de moments de riches partages avec tous nos partenaires ! »

LA VIE ECONOMIQUE : Quel regard portez-vous sur la crise du Covid, comment l’avez-vous vécue et traversée ?

Anne-Hélène VIALANEIX : « Comme tout le monde, nous n’avions pas imaginé démarrer en pleine crise sanitaire ! Nous devons faire preuve d’adaptations permanentes pour répondre au développement de notre structure en restant fidèles aux valeurs qui nous font vivre. Parmi ces adaptations, un élément majeur toujours compliqué à appréhender est la prospection commerciale. En effet, nous développons des partenariats avec des cavistes indépendants, épiceries fines, boutiques biologiques mais également avec les acteurs du CHR (café hôtel restaurant). Comme nous le savons, ce secteur a été fortement impacté par la crise. Ainsi l’intégration de nouvelles références au sein de leur carte s’est vue figée pendant la crise. La date de réouverture de ces établissements a été difficile à planifier. Nous avons tout de même démarré une prospection pendant la période normalement allouée à cela, même si elle était peu favorable face à cette incertitude de reprise d’activité.

Puis est arrivé le jour J de « la réouverture » où ces établissements ont subi du jour au lendemain une affluence importante de leurs lieux. Ils n’avaient ainsi pas la tête à recevoir de nouveaux produits. Cependant, nous continuons dans notre démarche proactive avec l’ouverture petit à petit vers de nouveaux clients de ce secteur. Les retours sur nos produits sont très positifs et les réassorts sont là ! Nous sommes donc sur la bonne voie ! Cette crise nous a permis de pérenniser le tissu des liens forts tissé avec nos partenaires locaux ! Nous avons la chance en Lot-et-Garonne d’avoir des productions variées et innovantes ! Ne passons pas à côté et aidons-nous à développer l’économie de notre beau département. »

LA VIE ECONOMIQUE : Comment appréhendez-vous l’avenir ?

Anne-Hélène VIALANEIX : « Nous ne sommes qu’au début de notre existence. Nous avons à peine un an de vente. Nous avons plein de projets en tête et en cours comme par exemple notre sortie de la pépinière néracaise Agrinove pour intégrer notre nouveau bâtiment où nous souhaitons y développer le « spiritourisme », poursuivre le développement de nouveaux produits, développer la filière du genévrier Bio que nous testons avec le lycée agricole de Nérac. Nous continuons également notre développement commercial via la recherche de nouveaux agents commerciaux, de distributeurs notamment pour le CHR. Nous étoffons également l’équipe Du Grand Nez par l’intégration dès septembre d’un ou d’une alternante en développement commercial et marketing.

Nous souhaitons développer le « spiritourisme » dans notre nouveau bâtiment