Couverture du journal du 06/04/2024 Le nouveau magazine

Edenis dans la fleur de l’âge

Fondé en 1985 par le bailleur social toulousain Promologis, l’association Edenis est aujourd’hui un acteur emblématique de l’hébergement et de l’accompagnement des seniors. Le groupe associatif poursuit son déploiement, dépassant les frontières de son territoire historique de Haute-Garonne.

© Edenis

En quatre décennies d’existence, Edenis s’est imposé sur le secteur de l’hébergement et de l’accompagnement des personnes âgées en Occitanie. Avec 21 établissements gérés en Haute-Garonne et un à Montauban, le groupe associatif, qui héberge aujourd’hui 1 800 résidents, emploie près de 1 500 salariés sur le territoire. Forte de 40 ans d’expérience, l’association veut aujourd’hui poursuivre son engagement pour contribuer à répondre à un enjeu essentiel : le vieillissement de la population. « On compte aujourd’hui 7 500 Ehpad en France, soit 600 000 lits. Avec le vieillissement de la génération baby boom, il en faudra 700 000 en 2030 et 900 000 en 2040. Si on prend le problème au sérieux dès aujourd’hui, on peut encore le résoudre mais les pouvoirs publics ne semblent pas prêts à ouvrir de places supplémentaires dans les prochaines années », déplore David Maugé, directeur général d’Edenis.

Nouveaux établissements à Muret et Blagnac

À son échelle, le groupe veut toutefois agir pour le bien vieillir de nos aînés, en assurant un service de qualité à ses résidents. Pour ce faire, Edenis porte régulièrement des projets de rénovation ou de construction de nouveaux établissements. L’association a ainsi investi 5,5 millions d’euros pour rénover un de ses anciens Ehpad à Muret afin de le transformer en résidence autonomie de 70 places. Le site a ouvert ses portes le 16 janvier et accueille déjà une quinzaine de résidents. Douze millions d’euros ont par ailleurs été fléchés vers un nouvel Ehpad, toujours à Muret, destiné à accueillir les anciens résidents de l’établissement devenu résidence autonomie.

À Blagnac, l’ancien Ehpad situé rue des Amandiers a été rasé pour construire à la place une résidence autonomie flambant neuve. L’établissement de 90 places devrait ouvrir fin 2026. Les résidents de l’ancien Ehpad ont quant à eux été transférés dans un nouveau site, également à Blagnac.

©Lilian Cazabet - La Vie Economique

©Lilian Cazabet – La Vie Economique

Un Ehpad à la Cartoucherie

Le temps fort de l’année 2024 sera toutefois l’ouverture en juin d’un établissement de 88 places situé dans le quartier de la Cartoucherie à Toulouse. « Ce nouvel Ehpad remplacera un autre site que nous portions à Toulouse. Il comprendra plus d’espaces communs et sera « sectorisable », notamment en cas d’épidémie comme la Covid », explique le directeur général qui a tiré des enseignements de la crise sanitaire.

Véritable vitrine du savoir-faire d’Edenis, le nouveau site devra bien entendu proposer des soins de qualité, mais également s’ouvrir sur l’exterieur « Nous allons faire profiter nos résidents de la vie de ce nouveau quartier, avec l’objectif de permettre les rencontres entre les générations ». Parmi les projets, l’ouverture d’un « bar thérapeutique » tenu par les résidents, équipé notamment d’une tireuse à bière. « Tous les projets qui peuvent favoriser le bien-être de nos résidents sont poussés et valorisés par le Comité exécutif. Et s’il faut pour cela détacher un budget exceptionnel, nous sommes prêts à le faire », indique le directeur général, citant par exemple la tenue d’une exposition d’art brut en 2021 dans l’un des établissements Edenis. « Une de nos résidentes était une collectionneuse de renom (Cérès Franco, NDLR). Elle a proposé de prêter une partie de sa collection pour ouvrir une galerie au sein de l’Ehpad pendant 15 jours ».

Parmi les projets, l’ouverture d’un « bar thérapeutique » tenu par les résidents, équipé notamment d’une tireuse à bière.

De nouveaux projets en perspective

En parallèle de la modernisation de ses établissements, Edenis travaille activement à son développement. « Nous pensons que nous apportons aux résidents un accompagnement de très bonne qualité : lors des dernières évaluations réalisées par un organisme tiers indépendant dans nos établissements, nous avons obtenu une moyenne de 3,93 sur 4. Nous avons par conséquent la volonté de proposer notre expertise à d’autres seniors », déclare David Maugé. Edenis propose aux collectivités de gérer leurs établissements, dans un contexte où le savoir-faire nécessaire est de plus en plus pointu. Edenis a ainsi remporté en 2020 un appel à projet de la mairie de Brive pour gérer une résidence autonomie de 105 places. La première pierre a été posée fin 2023 et l’ouverture est prévue fin 2025. « Deux mairies (une dans le sud de la Haute-Garonne et une dans les Hautes-Pyrénées) nous ont également sollicités pour envisager une reprise en gestion de leurs Ehpad jusqu’alors gérés en propre, via leurs CCAS. Les projets devraient aboutir dans les prochaines semaines », confie David Maugé.

Et pour accompagner toujours mieux nos aînés, le groupe envisage même d’aller dans les prochaines années sur un créneau qu’il ne couvre pas encore : l’accompagnement du maintien des seniors à domicile.

 

Edenis en chiffres

Budget 2024 : 97 M€

22 établissements (19 Ehpad et 3 résidences séniors)

1 500 salariés

1 800 résidents

Taux d’occupation : 97 %