Couverture du journal du 22/05/2024 Le nouveau magazine

GTP Bioways : une ambition internationale

Le sous-traitant pharmaceutique toulousain GTP Bioways s’est équipé en 2023 de nouvelles lignes de production de biomédicaments tests performantes, dont une inédite en France. Forte de ces investissements, l’entreprise veut conquérir les marchés étrangers.

Alain Sainsot GTP Bioways

Alain Sainsot © Adrien Nowak - La Vie Economique

Un vaccin nasal contre la Covid, de nouveaux vaccins contre le paludisme, des thérapies géniques innovantes… C’est à Toulouse que ces nouveaux biomédicaments expérimentaux destinés aux essais cliniques chez l’Homme seront bientôt fabriqués, sur les lignes de production flambant neuves du sous-traitant pharmaceutique (ou CDMO pour Contract Development Manufacturing Organisation) GTP Bioways. Le groupe toulousain a en effet investi 12 millions d’euros dans de nouveaux équipements haut de gamme, dont 6 millions ont été financés par le plan France 2030. Car GTP Bioways fait partie de ces pépites françaises qui pourraient permettre de relever le défi lancé par Emmanuel Macron dans le cadre de son plan doté de 54 milliards d’euros : « produire en France au minimum 20 biomédicaments, en particulier contre les cancers, les maladies chroniques, dont celles liées à l’âge et créer les dispositifs médicaux de demain ».

Des équipements uniques

GTP Bioways accompagne les sociétés de biotechnologies, françaises et étrangères, qui développent de nouvelles molécules thérapeutiques, mais n’ont pas les moyens de produire elles-mêmes les lots de médicaments utilisés pour les phases précliniques et cliniques, c’est-à-dire les phases de tests sur les humains, avant l’autorisation de mise sur le marché et la commercialisation des nouveaux médicaments. L’entreprise dispose depuis 2023 de nouveaux équipements de pointe : une ligne de production en cellules de mammifères et une ligne de fabrication microbienne. « Nous sommes le seul CDMO à proposer de la production en système microbien en France. Et une petite dizaine d’acteurs seulement disposent de cette technologie en Europe », assure Séverine Hountondji, directrice commerciale chez GTP Bioways.

« Nous sommes le seul CDMO à proposer de la production en système microbien en France »

Aller vers l’export

Forte de sa singularité, l’entreprise, qui vise un chiffre d’affaires de 15 millions d’euros en 2024 (après 8 millions d’euros en 2023), peut aujourd’hui démarcher de nouveaux clients potentiels et se faire une place sur le marché européen, voire mondial. « Nous devons d’abord nous appuyer sur une base solide, avant de nous déployer à l’export », affirme toutefois le président de GTP Bioways Alain Sainsot qui espère réaliser 75 % de son chiffre d’affaires à l’étranger d’ici 5 à 10 ans « contre 10 % aujourd’hui ».

Le groupe de plus 100 salariés fondé en 2019 à la suite de la fusion dans une même entité de plusieurs sociétés (GTP Technology, GTP Nano, GTP Immuno), vise notamment le marché asiatique (Japon, Corée du Sud) et américain. Il doit toutefois faire avec l’arrivée sur le secteur de CDMO chinois concurrents qui ont tendance à faire « un dumping très fort », déplore Éric Deuvic, DG de GTP Bioways. « On a par exemple perdu un appel d’offres d’une société française face à un concurrent chinois. Certes nous avons une véritable expertise et avons de véritables compétences en termes de relationnel, mais face à des discounts hallucinants nous ne pouvons pas nous aligner… »

GTP Bioways

© Adrien Nowak – La Vie Economique

La CCI et Business France en support

Pour atteindre ses objectifs, GTP Bioways espère le soutien de Business France et du réseau des CCI, « qui va surdoter ses actions de soutien à l’export », a annoncé le président de CCI France Alain Di Crescenzo, en visite sur le site le 1er mars avec Laurent Saint-Martin, directeur général de Business France. « Nous allons remplir un dossier d’accompagnement à l’export », leur a confié Alain Sainsot.

Alain Sainsot, président de GTP Bioways, espère réaliser 75 % de son chiffre d’affaires à l’étranger d’ici 5 à 10 ans

« Le développement qu’a connu GTP Bioways en quelques années démontre que la production de biomédicaments peut devenir une spécificité française et un facteur différenciant de la région Occitanie », a déclaré de son côté Laurent Saint-Martin. Le directeur général de Business France a par ailleurs annoncé le lancement prochain d’une nouvelle étape du plan France 2030, avec le programme « France 2030 export ». Mille entreprises lauréates du plan France 2030 vont bénéficier d’un accompagnement et d’un soutien financier de 50 000 euros chacune pour se développer à l’export. « Les premiers lauréats de ce nouveau programme seront annoncés dans les prochaines semaines ; avec GTP Bioways, on est clairement dans le cœur des entreprises lauréates potentielles », confie Laurent Saint-Martin.