Couverture du journal du 06/04/2024 Le nouveau magazine

François Lachal Opticien : un peu plus près des étoiles

Avec un réseau de 36 magasins d’optique, François Lachal Opticien est bien connu des Périgourdins. Et 2023 a marqué un tournant dans la direction prise par la holding « Les Pléiades » avec l’ouverture d’une toute première boutique entièrement dédiée à l’astronomie. Avec l’ambition de rayonner à l’échelle régionale.

François LACHAL, PDG de François Lachal Opticien© Louis Piquemil - La Vie Economique

Si parmi les commerces de Périgueux, certains vont et viennent, ouvrant et fermant au fil du temps, des époques et des tendances, d’autres sont de vraies institutions. Place Bugeaud, à côté de l’incontournable Monoprix, ouvert depuis 1945 : François Lachal Opticien en fait partie depuis près de 70 ans. De ses grandes arches vitrées entourées de cette pierre calcaire, signature du Périgord blanc, la boutique laisse entrevoir aux passants une kyrielle de paires de lunettes et à l’étage… Des outils d’astronomie !

Une particularité sur laquelle le dirigeant, François Lachal, a capitalisé : en décembre 2023, une boutique Lachal Astronomie a ouvert à Bergerac, rue Neuve-d’Argenson. Improbable ? Pas vraiment, il s’agit simplement d’un retour aux sources du métier d’opticien avec de l’optique instrumentale. Une spécificité que son père avait déjà développée en vendant « toujours beaucoup d’accessoires : des thermomètres, des boussoles, des curvimètres, des altimètres… »

Vendre à des initiés

Alors, quand il a repris l’affaire en 1979, le fils a souhaité adjoindre l’activité d’astronomie. « On était les seuls à le faire, et ça me paraissait être une activité annexe naturelle puisque j’avais étudié les instruments. » Désormais, 18 de ses boutiques ont un « corner » astronomie dans lesquels sont proposés des outils pour amateurs, allant de l’équipement simple au plus sophistiqué.

Lorsqu’il proposait seulement quelques produits, le patron a fait la rencontre de Jérôme Rudelle, client passionné à qui il a vendu ses premières lunettes d’astronomie. Une rencontre qui fait office de tournant. Dans les années 1990, François Lachal a participé aux premières éditions de Périjeux en faisant venir un planétarium pour faire connaître son activité et ses boutiques. À l’animation… Jérôme Rudelle, devenu président du club d’astronomie de Coulounieix-Chamiers. « Il savait créer un engagement sur l’astronomie. Nous, nous avons toujours été bons pour vendre à des débutants, mais nous n’étions pas armés pour vendre à des initiés et nous ne pouvions plus nous permettre de mélanger du matériel pour amateur précis avec des lunettes. »

L’opticien a fait le choix des coopératives Atol et Optic 2000 et de la franchise Générale d’optique

Redonner ses lettres de noblesse

Quand François Lachal décide de sauter le pas, Jérôme Rudelle entre dans l’entreprise en 2017. « J’avais ses compétences, et le rôle d’un chef d’entreprise, c’est d’être un chef d’orchestre, on n’a pas de talents, sinon de faire émerger ceux autour de nous. » Une embauche qui a permis de multiplier les corners et d’ouvrir la boutique de Bergerac avec Jérôme Rudelle, aujourd’hui responsable du département astronomie dans les boutiques de François Lachal. « C’était une époque où le métier d’opticien commençait à se galvauder, j’étais lassé que le public traîne dans la boue toute une profession. Pour ressortir la tête de l’eau, j’ai fait de la physique, et l’astronomie permettait de regarder vers le haut, de se hisser et de faire une activité noble », raconte François Lachal. Les compétences de Jérôme Rudelle et le succès des événements autour de l’astronomie convainquent l’opticien : il y a un public, qui faute de boutique se perd sur Internet, sans conseils.

© Louis Piquemil - La Vie Economique

© Louis Piquemil – La Vie Economique

Le succès du planétarium

Dès son arrivée, Jérôme Rudelle a ainsi proposé des formations, mais aide aussi les acheteurs à régler correctement leur matériel. À la boutique, les appels affluent, « même des personnes de Montauban se renseignent », souffle François Lachal. Le dirigeant ambitionne d’avoir un rayonnement régional avec cette spécialisation. Si pour l’instant, le chef d’entreprise balaie la question de la rentabilité du revers de la main, la boutique étant encore très jeune, une chose est sûre : le planétarium est un succès. Avec le recrutement de deux astronomes et d’une vendeuse, la branche astronomie de la holding fait « énormément de prestations ». Le planétarium itinérant, créé en 2020, a un programme très chargé et a son agenda déjà rempli pour l’année. « Ça éveille les passions, permet de promouvoir la boutique, et ça n’est pas courant », se réjouit le PDG de François Lachal Opticien.

© Louis Piquemil - La Vie Economique

© Louis Piquemil – La Vie Economique

Des coopératives et franchises

Si désormais le dirigeant vise les étoiles, le cœur de l’activité de sa holding « Les Pléiades » reste les lunettes de vue. Et la boutique historique de Périgueux, créée en 1955, possède une particularité : c’est l’une des seules possédées par François Lachal qui porte son nom. Dans son réseau de 36 magasins, répartis sur sept départements en plus de la Dordogne, l’opticien a fait le choix des coopératives Atol et Optic 2000 et de la franchise Générale d’optique. Car si son nom et celui de son père sont bien connus en Périgord, ces enseignes de l’optique rassurent le client, apportent une image de marque et surtout aident à s’installer dans des galeries commerçantes. « J’ai succombé par la gestion, la publicité et l’homogénéité que cela apportait. Posséder ces services en nom propre serait beaucoup d’énergie », rapporte François Lachal.

C’est à 23 ans, et seulement un mois après avoir repris l’affaire à son père, Paul Lachal, que François ouvre une deuxième boutique, à Excideuil, en septembre 1979. « À l’époque, j’ai fait quelque chose que je ne ferai plus jamais, j’ai doublé un confrère qui devait s’y installer. On avait beaucoup de clients qui venaient de la commune, j’ai eu peur, et je me suis implanté. » Après cinq ans d’études d’optique dans le Jura, et avoir appris « tout sur la filière de la fabrication de lunettes », François Lachal est revenu en Dordogne, malgré des opportunités pour devenir directeur de Lacoste lunettes monde ou encore ingénieur éclairagiste en Australie.

Le planétarium itinérant a un programme très chargé et a son agenda déjà rempli pour l’année

Aller vers les clients

Une carrière qui a fait office d’évidence pour le sémillant opticien, tombé dans la marmite quand il était petit. Jeune, il aidait déjà son père, et a adoré la relation clientèle. « On a des gens qui venaient avec des -2, -3 qui n’avaient jamais été équipés, et qui redécouvraient les couleurs, cette satisfaction-là est quelque chose d’extraordinaire », s’enthousiasme-t-il. Et ajoute : « et l’œil est un chef-d’œuvre du point de vue anatomique ». Avec ces deux convictions, l’opticien s’étend. Il n’attend plus que ses clients viennent au magasin de Périgueux mais s’étend sur tous les territoires de la Dordogne et au-delà. « On avait une clientèle énorme, mais j’ai senti qu’il fallait aller vers les gens : un agriculteur myope qui perd une vis, ça lui fusille une après-midi à venir. »

© François Lachal Opticien

© François Lachal Opticien

Des boutiques roulantes

Un constat renforcé par les difficultés d’un département rural qui l’ont amené à créer Lachal mobile, en 2018. « On a été l’un des premiers à le faire. Les deuxièmes je crois après un confrère d’Aurillac, ça s’est joué à une demi-journée près », sourit François Lachal. Avec un camping-car qui sillonne le Nord Dordogne et un autre le Sud, l’opticien admet « ne pas gagner d’argent » mais remplir « une mission d’aide ». Une formule revue pour être « la moins hémorragique possible ». Les camions étaient avant sur les marchés, mais le système était trop coûteux. « Avec le dispositif 100 % santé, faire les lunettes nous coûte déjà de l’argent, mais là avec le déplacement, encore plus. » Place désormais aux rendez-vous à domicile les jeudis, avec plus de 400 montures en stock dans les boutiques roulantes.

« Cette activité astronomie éveille les passions, permet de promouvoir la boutique, et ça n’est pas courant »

Un million d’investissements

Pour 2024, le PDG ne manque pas de projet pour ses boutiques, dont il est propriétaire de la majorité des murs, avec la rénovation de deux magasins, mais également le déplacement des boutiques de Montignac et de Ribérac. Plus d’un million d’euros doivent être investis dans ces changements. Et à 66 ans, François Lachal, parlant avec toujours autant de passion de son métier admet malgré tout « anticiper la transmission » bien qu’il ne pense pas « quitter le costume » avant ses 70 ans. La relève est d’ores et déjà assurée avec Luc et Félix Lachal, ses fils, qui ont rejoint le vaisseau familial.

L’optique n’est le métier d’aucun des deux fils, alors François Lachal avait « fait des plans, mais finalement l’aventure continue » se réjouit-il. Aujourd’hui, Félix gère la partie immobilière du groupe, et Luc a la gestion des magasins. « Sur 36 boutiques, il se passe toujours quelque chose », souffle avec malice le patron. Et s’il laisse le costume au placard pour ses 70 bougies, ce n’est pas pour autant que le Périgourdin laissera sa passion derrière lui et restera « dans la formation et le recrutement ». L’optique lui est chevillée au corps.

© François Lachal Opticien

© François Lachal Opticien

De père en fils

Dernier d’une fratrie de six enfants, François Lachal a repris l’affaire que son père avait lancée en 1945. Paul Lachal s’était installé en Haute-Vienne, à Saint-Yrieix-la-Perche, avant d’ouvrir dix ans après, la boutique place Bugeaud, à Périgueux. « Mon père détestait attendre le client », se rappelle François Lachal. Alors qu’il allait à Bordeaux acheter des thèmes d’étalages, le fondateur est tombé sur le magasin de Périgueux, qui vendait alors des chaussures, et a immédiatement racheté le fonds de commerce. « Mon père n’est jamais arrivé jusqu’à Bordeaux », rit le fils. Et Paul Lachal n’a plus jamais attendu le client. Dès son premier jour, il a fait son chiffre d’une semaine en Haute-Vienne.

Une holding en chiffres

36 boutiques

2 camping-cars Lachal mobile

15 millions d’euros de chiffre d’affaires hors taxes

18 corners astronomie

120 collaborateurs

8 départements

Lachal en 5 dates

1945 : Paul Lachal ouvre sa première boutique

1979 : François Lachal rejoint son père dans l’affaire à seulement 23 ans et rachète l’affaire

2017 : Jérôme Rudelle rejoint le groupe Lachal en tant que responsable du département Astronomie

2018 : Lancement du premier camping-car « Lachal mobile »

2023 : Ouverture de la première boutique entière dédiée à l’astronomie à Bergerac