Couverture du journal du 06/04/2024 Le nouveau magazine

Ima Bois investit pour l’avenir

Lauréat de l’appel à projet France 2030, Ima Bois se projette dans le futur avec confiance. Malgré l’apathie du marché de la construction, l’entreprise marmandaise spécialisée dans les ossatures bois continue son développement sereinement. Rencontre avec son directeur : Yohann Girardin.

Ima Bois

© Julien Mivielle - La Vie Economique

Ima Bois fait partie de ces PME dont on a souvent entendu parler mais sans savoir réellement quel est leur cœur d’activité. Pourtant, derrière les murs d’un bâtiment aussi grand que discret se cache en réalité une pépite du tissu économique local. C’est la labellisation France 2030 qui a mis un coup de projecteur sur Ima Bois avec la venue pour l’occasion du sous-préfet de Marmande-Nérac, Michel Gouriou, du président de la CCI 47, Frédéric Péchavy et du maire de la cité de la tomate, Joël Hocquelet.

Un essor récent

L’entreprise marmandaise a été créée en 2008 sous le nom Gascogne Wood. Rachetée en 2017 par le groupe MMC, présidé par Frédéric Carteret, elle devient Ima Bois. En 2021, Yohann Girardin en prend la direction et décide de pratiquer un audit qui permettra ensuite d’enclencher un nouveau plan stratégique : « Nous étions très orientés vers la construction de maisons individuelles et avec mon président nous avons décidé de nous orienter davantage vers les marchés publics, le tertiaire, la rénovation énergétique », explique le dirigeant. Grand bien lui en a pris puisque malgré l’effondrement du marché de la construction de logements neufs (-40 à -50 %), Ima Bois voit son chiffre d’affaires progresser de 60 % en 2023. Autre conséquence de ce virage : Ima Bois peut se targuer aujourd’hui de plusieurs réalisations d’envergure : les cottages en bois de Center Parcs ou la nouvelle école d’infirmières de Lesparre dans l’ancien centre des impôts, des groupes scolaires (internat, lycée, école élémentaire, restaurant scolaire) ainsi que de très belles rénovations énergétiques par l’extérieur de bâtiment public.

Ima Bois a vu son chiffre d’affaires augmenter de 60 % en 2023 !

Un investissement de 1,5 million d’euros

Si la crise du bâtiment ne semble pas affecter Ima Bois, Yohann Girardin reste prudent : « je suis optimiste, il faut faire le dos rond et laisser passer la crise ». Pour autant, pas question de se tourner les pouces et l’entreprise a prévu un investissement de 1,5 million d’euros pour les années à venir. Les objectifs sont d’augmenter la capacité de production, améliorer l’approvisionnement en bois biosourcé et favoriser le recyclage des déchets produits par l’usine. C’est là que France 2030 intervient avec une enveloppe de 500 000 euros pour Ima Bois : 300 000 euros de subvention et 200 000 euros d’avances remboursables.

© D.R.

Le bois, matériau du moment

Si les avantages du bois sont connus depuis des années pour l’isolation, les ossatures bois ne sont plus limitées aux maisons individuelles. Depuis 2018 et l’inauguration du premier immeuble en bois, le bâtiment « Perspective » à Bordeaux, l’utilisation de ce matériau s’est largement répandue dans les travaux publics. Bailleurs sociaux, collectivités, grands groupes ont très largement développé son emploi, que ce soit exclusivement ou pour des structures bois-béton qui sont très demandées. Ainsi, Vinci Construction, client d’Ima Bois, a pour objectif de réaliser 30 % de ses chantiers en bois d’ici 2030. De quoi voir l’avenir avec sérénité pour Yohann Girardin qui confie avoir un objectif qui lui tient à cœur : « Nous avons fait de belles réalisations un peu partout en France mais je souhaiterais qu’on s’occupe d’un projet dimensionnant chez nous, en Lot-et-Garonne ».

« Je souhaiterais que l’on réalise un projet dimensionnant en Lot-et-Garonne »

Ima Bois en chiffres

21 salariés

Production de 100 000 m2 d’ossatures bois par an

Site de 15 000 m2 avec 9 000 m2 de bâtiment

4,5 millions de chiffres d’affaires en 2023

Hausse du CA de 60 % en 2023

95 % du bois d’origine française

À propos de France 2030

France 2030 est défini par deux objectifs transversaux consistant à consacrer 50 % de ses dépenses à la décarbonation de l’économie, et 50 % à des acteurs émergents, porteurs d’innovation sans dépenses défavorables à l’environnement. Depuis le début du plan France 2030, ce sont 441 projets qui ont été soutenus en Nouvelle-Aquitaine pour un montant total de 824,6 millions d’euros d’aide. L’enveloppe globale de France 2030 est de 54 milliards d’euros répartis en subventions et en avances remboursables sur des projets d’investissements.