Couverture du journal du 06/04/2024 Le nouveau magazine

Immobilier : recul record des ventes

Comme ils l’anticipaient depuis plusieurs mois, les notaires ont constaté une chute inédite du nombre de ventes immobilières en Haute-Garonne dans leur bilan 2023. Les prix commencent quant à eux doucement à ralentir.

Me Frédéric Giral et Me Henri Chesnelong ©B.B. - La Vie Economique

« Les impressions dont nous avions fait part il y a 6 mois se confirment : le marché de l’immobilier est grippé », affirme Me Frédéric Giral, président de la Chambre interdépartementale des Notaires, à l’occasion de la présentation de l’évolution des marchés immobiliers en Haute-Garonne le 7 mars. Seules 25 880 ventes de biens immobiliers ont été réalisées en 2023, soit 31 % de moins qu’en 2022. « On revient aux mêmes volumes qu’en 2017 », commente le notaire qui estime que « les choses pourraient encore empirer ».

Les ventes d’appartements neufs subissent la baisse la plus flagrante, avec un recul de 56 % sur un an. Dans l’ancien, les ventes d’appartements diminuent de 23 %, celles des maisons de 22 %. Une situation qui inquiète les notaires. « 50 à 60 % de l’activité des notaires concernent l’immobilier. Avec un recul de 30 % de cette activité, certaines études rencontrent des difficultés », reconnaît Me Henri Chesnelong, délégué de la Cour d’appel en charge de l’immobilier.

Stagnation des prix

Malgré la baisse des volumes, le recul des prix n’est toujours pas à l’ordre du jour. « Sur les prix, on est très loin de la courbe de 2017. Les vendeurs ne sont pas encore prêts à consentir à des baisses », constatent les notaires qui observent toutefois une stagnation des prix, après des années de hausse. Ainsi, en Haute-Garonne, le prix médian au mètre carré se stabilise à 2 930 euros pour les appartements anciens, soit une hausse de 0,7 % après +3,2 % en 2022. À Toulouse, seuls six quartiers voient leur prix médian au mètre carré dépasser les 5 000 euros (Saint-Étienne, Capitole et Saint-Georges), contre six il y a six mois.

Le prix de vente des maisons anciennes commence quant à lui doucement à reculer dans le département avec une baisse de 1,5 % (contre + 4,7 % en 2022). « On est encore toutefois très loin d’une corrélation entre la courbe des volumes et celle des prix », insiste Me Giral qui s’attend toutefois à une nouvelle baisse des prix des maisons anciennes, de l’ordre de 2,7 % dans les prochains mois.

Le prix des appartements neufs poursuit quant à lui sa hausse (+2,1 %), moins forte toutefois que celle observée en 2022 (+6,5 %).