Couverture du journal du 20/10/2021 Consulter le journal

Le Grand Périgueux : Défie la crise

Le conseil communautaire a adopté un budget qui, malgré les temps que nous traversons, prévoit près de 60 millions d’euros de crédits d’investissement. Les élus du Grand Périgueux choisissent ainsi d’apporter une solide pierre à la relance économique.

GRAND PERIGUEUX

© D. R.

Le vote de ce premier budget de la nouvelle mandature, marqué par la crise sanitaire et économique qui oblige à de nouvelles dépenses, se distingue par un niveau d’investissement sans précédent pour continuer à déployer les programmes engagés malgré des recettes fiscales en diminution : baisse des recettes de Cotisation sur la Valeur ajoutée des entreprises, décision de dégrèvement de Cotisation foncière des entreprises prise l’an dernier par le conseil communautaire, estimée à 640 000 euros. Les produits d’activité sont aussi en baisse, avec une perte liée à la fermeture des piscines et des crèches en 2020, évaluée à 730 000 euros.

Le Grand Périgueux mise un investissement record sur des projets structurants : 16 millions d’euros pour la mobilité

Les mesures spécifiques mises en œuvre pour faire face à la crise économique ont aussi un coût (600 000 euros), avec notamment le fonds d’accompagnement aux entreprises et la plateforme Ma Ville Mon Shopping pour les commerçants. Tout ceci dans un contexte de réforme de la taxe d’habitation sur les résidences principales, celle des impôts de production et leurs effets sur les indicateurs financiers qui conditionnent les dotations de l’État aux collectivités.

La relance, résolument

Le Grand Périgueux mise un investissement record sur des projets structurants : 16 millions d’euros pour la mobilité (7 M€ pour les haltes ferroviaires, 5 M€ pour la 2e phase du Pôle d’échange multimodal de la gare de Périgueux). 15 millions d’euros vont à la préservation et la qualité de la ressource en eau (potable et assainissement) avec 3 M€ pour la réhabilitation des réseaux, 3 M€ pour la mise en séparation des réseaux d’eau pluviale, 2 M€ pour la réhabilitation de la station d’épuration de Saltgourde. 14 millions d’euros reviennent à des équipements structurants : 6 M€ pour le Pôle Aliénor, 5 M€ pour la piscine de Niversac, 1,5 M€ pour l’étang de Neufont. L’économie, celle du développement et de la relance, reçoit 6 millions d’euros : 1,75 M€ pour les « petits travaux » à destination des entreprises locales du BTP, 1 M€ pour le Campus des métiers…

Le secteur du logement reçoit 1,5 million d’euros

Le secteur du logement reçoit un soutien d’1,5 million d’euros, dont 1,3 pour Périgord Habitat. Ces actions, comme celles inscrites dans le projet de territoire 2021-2023, feront l’objet d’un accord de relance avec l’État (contrat de relance et de transition écologique à l’échelle du Grand Périgueux). Conscients de la situation financière, les élus ont choisi d’investir massivement, de voir une possibilité de transformer ce contexte en opportunité de développement pour l’agglomération. Le Grand Périgueux fait ainsi de la construction publique un moteur de reprise.

Le projet de territoire 2021-2023, orienté vers la transition écologique et la cohésion territoriale, actualise le projet de mandat 2015-2020 en intégrant des propositions liées au dernier renouvellement électoral. La démarche participative Grand Périgueux 2030, lancée cette année, donnera une vision sur le long terme de l’évolution territoriale.

La CCI porte la voix des commerçants de galerie marchande

Lors du premier confinement, la CCI Dordogne s’était émue de la fermeture des commerces de centre-ville alors que ceux des galeries marchandes restaient ouverts. Une même règle s’était ensuite appliquée à tous. Cette fois, c’est la situation inverse : alors que les commerces de centre-ville travaillent, les autres vivent une huitième semaine de fermeture imposée. La CCI s’inquiète des conséquences lourdes pour ces dirigeants autant que leurs salariés. Pourtant, « la gestion de la crise sanitaire tient enfin compte des situations locales et régionales, il faut en tirer le meilleur parti. À ce titre, il serait donc envisageable d’assouplir les mesures sanitaires, et d’autoriser la réouverture des galeries marchandes » propose la chambre consulaire, qui demande d’urgence un calendrier de réouverture des commerces situés dans les centres commerciaux afin qu’ils se préparent pour vivre des mois déterminants. « Le moral est touché, il faut leur donner une perspective concrète de réouverture », souligne Christophe Fauvel, président. Un signal d’espoir, aussi, pour les secteurs encore à l’arrêt : hôtellerie restauration, tourisme et loisirs qui attendent de pouvoir à nouveau travailler. La CCI Dordogne appelle enfin à une mobilisation citoyenne pour soutenir les commerces, surtout les plus touchés par ces fermetures successives.