Couverture du journal du 07/05/2024 Le nouveau magazine

Pays basque, ESTIA accélérateur d’innovations

Autour de l’école d’ingénieurs de Bidart s’est développé un écosystème bénéfique à l’économie du Pays basque. C’était l’un des objectifs majeurs de la création de l’école supérieure des technologies industrielles avancées (ESTIA) en 1996. Filiale de la CCI Bayonne Pays Basque, l’ESTIA est aujourd’hui un incontournable catalyseur de projets innovants au Pays basque.

ESTIA

© Richard Lajusticia

Ceux qui ont créé l’école d’ingénieurs de Bidart avaient pour objectif majeur de structurer le développement économique du Pays basque. L’ESTIA n’est pas née d’une volonté décentralisatrice de l’État, de l’évolution d’un établissement scolaire local et encore moins de l’implantation d’une structure par un groupe d’enseignement privé. L’ESTIA est issue d’un projet porté par la CCI Bayonne Pays basque et renforcé par une volonté d’émancipation du Pays basque mise en œuvre par des citoyens, des entrepreneurs et des militants. « Si nous n’introduisions pas davantage de matière grise dans les entreprises, celles-ci risquaient de ne pas être en mesure d’affronter la concurrence internationale avec notamment l’ouverture des frontières qui pointait à l’horizon », raconte Bernard Darretche, ancien directeur général de la CCI. L’idée lancée au tout début des années 90 se concrétise par la construction d’un bâtiment de 4 000 m2 à Bidart. Ouverte en 1996, l’ESTIA accueille une vingtaine d’élèves ingénieurs pour sa première rentrée.

90 % D’EMBAUCHES POUR LES JEUNES INGÉNIEURS

En cette rentrée 2022 l ’école accueille un peu plus de 1 000 élèves dont 90 % dans le cursus d’ingénieur généraliste. L’école propose aussi des formations de master, masters spécialisés et bachelor. Pour le cycle d’ingénieur, l’enseignement est dispensé en français, anglais et espagnol. Le diplôme de l’ESTIA se double d’un diplôme international via des partenariats avec des universités anglaise et espagnole. L’école forme des responsables de bureaux d’études, de production, de grands projets pour de nombreux secteurs d’activités. Selon l’ESTIA, plus de la moitié de ses jeunes ingénieurs est recrutée dans l’industrie du transport (automobile, aéronautique, ferroviaire) avec 90 % d’embauches dans les 3 mois après la sortie de l’école. « L’ESTIA offre une autre manière d’envisager le métier d’ingénieur.

L’ESTIA est née d’une volonté d’émancipation du Pays basque

Nous sommes davantage dans la conduite de l’innovation », expliquait en 2004 Jean-Roch Guiresse alors directeur de l’école. L’ESTIA est classée aujourd’hui dans le premier quart des écoles d’ingénieurs en France et la grande majorité de ses élèves proviennent de Nouvelle-Aquitaine.

UN CAMPUS DE 7 BÂTIMENTS SUR LA CÔTE BASQUE

Bâtie sur un site de 15 hectares destiné à accueillir le technopôle Izarbel, l’école d’ingénieurs en est le réacteur. Quelques années après le premier bâtiment de 1995, un hôtel et une pépinière d’entreprises sont successivement construits offrant un total de 5 200 m2 pour les jeunes sociétés dont l’ESTIA accompagne le lancement. Au fil du temps, une quinzaine de bâtiments abritant aujourd’hui une centaine d’entreprises est édifiée sur le site d’Izarbel par les entreprises elles-mêmes ou par des opérateurs publics et privés. En mars 2021, l’ESTIA y a inauguré ESTIA Berri, un bâtiment de 4 500 m2 pour l’enseignement et la recherche. En ajoutant ses deux plateformes technologiques implantées à Bayonne et sa pépinière d’entreprise d’Anglet, l’ESTIA totalise 150 salariés et 80 enseignants chercheurs.

En plus de la formation, de la recherche et de l’accompagnement des projets entrepreneuriaux, l’ESTIA soutient les filières innovantes comme la French Tech Pays basque ou les clusters locaux. La structure est aussi membre d’organisations comme Aerospace Valley. L’école accueille régulièrement des conférences et des séminaires de niveau international. L’ESTIA est devenu un formidable lieu de rencontres qui dynamise le développement économique du Pays basque. L’objectif initial est donc atteint.

L’école d’ingénieurs est le réacteur du technopôle Izarbel