Couverture du journal du 14/04/2021 Consulter le journal

[ Agen ] Covid : l’événementiel en sommeil avec l’agence aLuR & CO

À 19 ans, elle créait à Agen en Lot-et-Garonne, son agence spécialisée dans l’organisation et la décoration événementielle. Elle ne pouvait imaginer alors que, huit ans plus tard, le COVID allait lui tomber sur la tête. Entretien avec Laurianne CHECCHIN, créatrice de l’agence aLuR & CO.

aLuR & CO Agen

La création événementielle © D. R.

La Vie Économique : Pourriez-vous nous présenter votre parcours et votre décision de créer aLuR & CO ?

Laurianne CHECCHIN : J’ai toujours organisé et décoré des événements pour mes proches et j’en ai fait une vocation ! J ’ai créé ma société à la sortie de l’école, Je n’avais pas encore 20 ans et j’étais prête à conquérir le monde ou du moins le département ! J’ai fait des études dans la communication et administration au DUT GACO d’Agen afin de pouvoir apprendre à gérer une société. Au lycée, j’avais déjà l’ambition de lancer une société le plus rapidement possible.

© D. R.

Le plus difficile au début était de pouvoir m’affirmer devant certains clients qui pouvaient facilement avoir le double de mon âge ! J’ai voulu rester sur Agen car la connaissance du secteur était pour moi très importante et il y avait peu de concurrence. Je pouvais donc apporter de la nouveauté et plus de choix. J’ai également évolué petit à petit. Au début, j’ai investi le garage de mes parents pour mes premiers décors, puis ensuite, j’ai loué un petit hangar de 50 m2, puis un de 150 m2.

Maintenant, j’ai un bureau/showroom dans le centre-ville d’Agen et un hangar de 400 m2 à Bon-Encontre. Nous sommes deux à travailler à temps complet dans l’agence, Eva Mariotti étant arrivée en novembre 2019. Nous proposons la location de décors et la mise en scène d’événements dans le Lot-et-Garonne pour des clients particuliers (mariages, anniversaires, babyshower, baptêmes…) et professionnels (repas d’entreprises, arbres de Noël, décors de supermarchés…).

LVE : L’image de l’évènementiel est encore parfois liée au ludique et au superflu. Tout paraît simple. On en oublierait la dose de réactivité et d’imagination nécessaire et ce, toujours avec sourire et sang-froid. Il suffit d’avoir vu le film Le Sens de la fête pour le concevoir ! Avez-vous vécu des événements « exceptionnels » qui auraient pu faire capoter une belle journée de mariage pourtant bien préparée ?

Laurianne CHECCHIN © D. R.

L. C. : Nous sommes le samedi 19 septembre 2020, je suis accompagnée de ma collaboratrice Eva et de notre stagiaire Émilie. Nous nous rendions sur le mariage du jour a dans une propriété où nous allons très régulièrement pour y décorer des mariages. Nous devions faire les derniers ajustements de décorations et revoir le planning de la journée avec les futurs mariés. Mais arrivées sur place, changement de programme ! Un arbre centenaire du parc était tombé en pleine nuit et condamnait l’entrée à la salle de réception.

Les propriétaires accompagnés d’amis étaient déjà en train d’évacuer les premières branches… De notre côté, nous nous sommes alors réparti les tâches de la matinée afin de gagner un maximum de temps, pour ensuite aller les aider à enlever un maximum de branches, troncs ! Nous avons donc changé nos tenues de mariage pour donner un coup de main ! Nous avons voulu aider par solidarité entre prestataires de mariages et d’une autre part pour assurer à nos clients du jour un mariage parfait ! Cela semblait une mission impossible ! Le « bûcheronnage » a duré six heures. Lorsque les jeunes mariés sont arrivés, « l’opération » était achevée depuis un quart d’heure ! Nous avons poussé un grand ouf de soulagement !

LVE : Après cette première « bûche » automnale, la saison 2 du confinement est là. « Covid : catastrophe économique pour le secteur de l’événementiel », dites-vous. Comment l’appréhendez-vous ?

L. C. : Lors du premier confinement, nous avons décalé 35 mariages à 2021, tous nos événements professionnels ont été tout simplement annulés… Mais l’atmosphère étaient très différente entre le 1er et le 2e confinement. Lors du 1er, les clients n’avaient pas peur de décaler leur événement à 2021. Alors que cette fois, ils n’osent même plus s’engager sur des événements, Ils sont intéressés par nos prestations mais ne veulent plus verser d’acomptes ou signer de contrats, car la peur de devoir annuler l’événement est trop forte.

© Shutterstock

Concrètement, sur la saison d’été, nous avons travaillé 2 mois sur 5 ! Nous pensions nous rattraper sur la saison d’hiver, mais, au final, le deuxième confinement nous a annulé 75 % de nos événements de fin d’année. Les décorations de centres commerciaux et supermarchés sont les seuls contrats que nous avons sauvés. Nous pensons et espérons pouvoir reprendre une activité normale en juin 2021. En attendant, il faut trouver des solutions pour tenir jusque-là ! Nous avons développé la partie événement en petit comité pour particulier, en proposant des prestations clé en main pour des anniversaires ou encore babyshower !

Site officiel