Couverture du journal du 22/05/2024 Le nouveau magazine

Agglo de Pau : la sobriété, une priorité

Pour faire face à l’augmentation du coût de l’énergie, la Ville et l’agglomération de Pau ont mis en place un plan de sobriété énergétique. Objectif affiché : faire des économies mais sans avoir à fermer les services à la population.

Pau

© Cyril Garrabos

Pour Monique Sémavoine, première vice-présidente de la communauté d’agglomération Pau Béarn Pyrénées (CAPBP), la crise énergétique doit être « une opportunité ». Chargée de présenter les actions de sobriété déployées par l’agglomération paloise, elle affirme plus encore que ces mesures destinées à réduire la facture sont à envisager « non pas comme des contraintes » mais « comme une chance de donner un coup d’accélérateur ». L’urgence est en effet concrète : la hausse des coûts devrait engendrer le doublement du budget de l’agglomération consacré à l’énergie, estimé à 3 millions d’euros pour 2023. Quant à la ville de Pau, elle verrait son enveloppe passer de 3 millions d’euros en 2021 à 6,5 millions d’euros en 2023. Des chiffres particulièrement significatifs, qui ont conduit la CAPBP à mettre en place diverses actions à court terme avec la volonté assumée de conserver l’ensemble des services publics ouverts « contrairement à d’autres collectivités ».

Des économies substantielles

Comme ailleurs en France, l’agglomération et la Ville jouent le jeu, et l’inventaire est divers. Ainsi, comme la réglementation l’impose, les températures des locaux comme des bassins des piscines ont été adaptées, ce qui permettrait une baisse de la consommation de 10 % et une économie de 1 million d’euros. Les fontaines, elles, ont été arrêtées provisoirement, ce qui devrait réduire la facture de 80 000 euros. L’intensité de l’éclairage public a été baissé, ce qui représenterait 100 000 euros de coûts évités en 2023. Des travaux seront par ailleurs réalisés dans les piscines : un investissement de 500 000 euros permettant une économie de plus de 30 % d’énergie et 450 000 euros par an.

Autant d’exemples parmi les solutions mises en œuvre pour affronter cette crise énergétique hivernale, en parallèle des mesures de plus long terme. L’agglomération et la Ville de Pau se sont en effet engagées à réduire leur empreinte carbone, actant et conduisant des chantiers pour certains menés depuis plusieurs années.

Un plan de performance énergétique

Depuis deux ans déjà, un budget spécifique d’investissement est alloué à un plan de performance énergétique : la ville de Pau dispose ainsi d’une enveloppe de 800 000 euros par an et l’agglomération de 400 000 euros par an jusqu’en 2030. Dans le cadre de ce programme, des travaux sur le patrimoine de l’agglomération, qui représente 450 000 m2 de bâtiments, sont menés en priorité. « Nous avons pour objectif de diminuer la consommation énergétique de nos bâtiments de plus de 1 000 m2 », précise Michel Capéran, adjoint en charge de l’urbanisme. L’élu a également rappelé la rénovation de l’éclairage public, en cours depuis 4 ans : 5 000 lampadaires sur les 15 500 que comptent l’agglomération bénéficient d’ores et déjà d’une technologie LED. D’ici 2028, la globalité de l’éclairage public sera équipée.

Une politique environnementale

Par ailleurs, les élus ont tenu également à rappeler la politique environnementale portée par la communauté d’agglomération et les grands chantiers en cours ou à venir : l’aménagement en cours d’un réseau de chaleur urbain alimenté par des énergies renouvelables et de récupération ; la construction des unités de méthanisation et de méthanisation à Lescar, qui seront en service dans quelques mois ; la mise en service depuis 2019 du Fébus, le bus palois roulant à l’hydrogène… Sans oublier des projets en réflexion autour des énergies renouvelables, notamment la géothermie de surface et le solaire photovoltaïques, tous deux envisagés pour répondre aux besoins du patrimoine bâti de la collectivité qui représente 80 % de sa consommation énergétique.

Le rôle de la Maison de l’Habitat

Les élus n’ont pas manqué de rappeler les dispositifs mis en place auprès des habitants autour de la sobriété énergétique et en particulier le travail de La Maison de l’Habitat et du Patrimoine. Chaque année, près de 1200 propriétaires sollicitent les services de la structure qui porte le guichet unique France Rénov’ dont les conseillers accompagnent les propriétaires dans la rénovation de leur logement. La Maison de l’Habitat et du Patrimoine actuellement située au 18 rue des Cordeliers déménagera par ailleurs dans 8 mois à quelques mètres, dans la galerie Joffre.