Couverture du journal du 25/01/2023 Le magazine de la semaine

Dordogne – Anti-crise.fr : Pour un caddie moins cher

Basés à Eygurande-et-Gardedeuilh, Laurent et Sophie Enselme ont créé en 2014 anti-crise.fr, le site français qui recense les promotions en cours et bons d'achat à faire valoir dans les enseignes de la grande distribution. Dans ce contexte de hausse des prix, le site s’affirme plus que jamais utile.

Anti-crise.fr

© Loïc Mazalrey

Ils sont mari et femme à la ville et associés au travail. Laurent Enselme, 53 ans et sa femme Sophie, 50 ans, sont les co-dirigeants d’anti-crise.fr, le site français qui recense les promotions en cours et bons d’achat à faire valoir dans les enseignes de la grande distribution.

Nous voulons aider les gens en difficulté

Originaire de Poitiers, le couple vit depuis dix ans, en Dordogne, à Eygurande-et-Gardedeuilh, dans une maison anonyme qu’ils ont patiemment retapée avec les moyens du bord. « Lorsque nous avons acheté ici, c’était ni plus ni moins qu’une ruine », concèdent les deux entrepreneurs. « On a mis deux ans à la rendre habitable ».

ÉCONOMISER DES BOUTS DE CHANDELLES

Un congé parental pour elle, une sortie de « burn out » pour lui : lorsqu’ils sont arrivés en Dordogne en 2012, Sophie et Laurent Enselme étaient tous les deux sans emploi. « C’était une passe difficile », reconnaît Sophie Anselme. « On a connu la précarité, la vraie, celle qui ne vous laisse jamais tranquille, même dans votre sommeil. » Prise à la gorge, la famille a tout tenté pour économiser des bouts de chandelle. En vain. « Je limitais systématiquement les achats alimentaires aux produits premiers prix, mais à la caisse, la facture était à quelques euros près toujours aussi élevée », poursuit la mère de famille. Une impasse qui a poussé son mari à s’intéresser aux forums spécialisés dans l’échange de bons plans pour joindre les deux bouts. « J’y ai fait la rencontre des fondateurs du site les-economes.fr, des personnes très chouettes que j’ai souhaité soutenir en devenant administrateur bénévole de l’une des pages du site », indique le chef d’entreprise.

IL CRÉE SON PROPRE SITE EN 2014

Lorsque les-economes.fr ont cessé leur activité, Laurent Enselme a décidé de poursuivre l’aventure seul en lançant son propre site Internet au printemps 2014. Et de baptiser son nouveau bateau amiral anti-crise.fr, trois mots choisis en référence à la crise financière de 2008. « Le caractère militant a été choisi à dessein », affirme cet ancien professionnel du bâtiment, qui a fait personnellement les frais des conséquences de la crise. Enthousiaste, mais fauché, Laurent Enselme a créé lui-même la première version du site. L’objectif poursuivi à l’époque était le même qu’aujourd’hui : proposer une première section promotions et une seconde bons d’achats. « C’était déjà une fusée à deux étages », commente son fondateur qui a conservé la formule en l’enrichissant au fil des ans.

Le site anti-crise.fr propose une mise en ligne anticipée de catalogues édités par les grandes surfaces et un tableau de bons d’achat

Aujourd’hui, le site anti-crise.fr offre de multiples portes d’entrées avec une mise en ligne anticipée de catalogues édités par les grandes surfaces, une liste de produits remboursables, un tableau de bons d’achats (avec les liens vers les sites idoines) ou encore une base de « données d’optimisation » alimentées en temps réel pour que le consommateur sache où aller chercher la meilleure promotion. « Les contenus se sont multipliés au fur et à mesure que nous avons eu les moyens financiers de nos ambitions », indique le Poitevin qui a démarré avec un hébergeur mutualisé, la solution la moins chère à l’époque. Problème, le système a atteint très vite ses limites. « J’ai dû très rapidement me résoudre à investir 24 000 euros dans la location d’un serveur correct capable de garantir un accès rapide aux pages du site », fait savoir l’intéressé qui ne tardera pas à recruter un développeur web pour donner corps à ses (nombreuses) idées.

© Loïc Mazalrey

QUEL MODÈLE ÉCONOMIQUE ?

Restait à choisir un modèle économique. Viable et si possible rentable. Partenariats, abonnements, revenus publicitaires indexés sur le trafic du site ? La question a été vite tranchée. « Nous avons choisi la troisième option, étant clair pour nous que nous voulions rester des alliés du consommateur plutôt que rejoindre la batterie d’influenceurs rémunérés pour mettre en avant les produits de leurs enseignes et marques partenaires. Nous ne voulions pas non plus mettre en place d’abonnement, cela n’aurait pas eu de sens. Nous voulons aider les gens en difficulté. » Preuve en est cette petite phrase qui figure sur la page d’accueil du site : « Si vous hésitez sur le choix de la couleur de votre seconde Lamborghini ou cherchez un paradis fiscal pour vos stocks-options, notre site n’est probablement pas fait pour vous ».

PARMI LES 300 SITES LES PLUS CONSULTÉS DE FRANCE

Le parti pris des Enselme était le bon. Huit ans après sa mise en ligne, le site anti-crise.fr est plébiscité par un public d’internautes, constitué aux deux tiers de femmes et aux trois quarts de jeunes de 18 à 34 ans. « Ces visiteurs viennent en majorité de la région parisienne, du Nord, de l’ Auvergne et dans le Sud-Est », précise Laurent Enselme. Au total, le site enregistre en moyenne 15 millions de visites et 4 millions de visiteurs uniques sur une période de six mois. Une performance qui vaut à son site de figurer dans le club très fermé des 300 sites français les plus visités et dans celui des 10 000 sites les plus consultés dans le monde. « Tout cumulé, on est à 30 millions de visiteurs uniques depuis la création du site », se félicite le chef d’entre- prise tout en étant conscient de l’extrême volatilité des chiffres dans le monde numérique. « Autant les audiences ont cartonné pendant le confinement avec la disparition des catalogues en supermarché, autant elles ont chuté brutalement de 50 % quand Google a décidé, sans prévenir, de retirer le lien du site de sa page Discover », nuance-t-il. Un coup dur dont les répercussions ont obligé le couple à se séparer de deux de ses quatre salariés pour assurer la survie de l’entreprise.

Le retour de l’inflation remet anti-crise dans la lumière

Depuis quelques mois, la fréquentation du site a retrouvé de la vigueur à la faveur du retour de l’inflation. Toutefois, l’heure n’est pas au relâchement des efforts engagés par la petite équipe encore en place pour tenter de renverser la vapeur. « Pour garder une bonne audience, il faut pouvoir poster de nombreux contenus sur le site en veillant à ce qu’ils soient le plus qualitatif possible », souligne Sophie Enselme, qui a rarement l’occasion de décrocher, même en vacances… « Quand on part en congés, on emporte l’ordinateur pour s’assurer de pouvoir travailler tous les matins et, le cas échéant, de pouvoir intervenir si besoin à un autre moment de la journée. »

LA RÈGLE D’OR POUR FAIRE DES ÉCONOMIES

Pour être sûr d’économiser sur ses courses, mieux vaut explorer, quand on peut le faire, les rayons de plusieurs supermarchés. « C’est bien d’avoir la carte de fidélité pour chaque enseigne, mais il faut ensuite savoir se montrer opportuniste en poussant la porte de commerces différents », glisse Sophie Enselme. À bon entendeur…