Couverture du journal du 05/10/2022 Consulter le journal

Les auto-entrepreneurs mieux représentés

Pour la première fois depuis la création du régime de l’autoentreprise en 2009, les autoentrepreneurs seront représentés en tant que tels dans les institutions qu’ils côtoient au quotidien. Une belle victoire pour la Fédération nationale des Auto-Entrepreneurs (FNAE) présidée par Grégoire Leclercq. Rencontre.

Grégoire Leclercq, président de la Fédération nationale des Auto-Entrepreneurs

Grégoire Leclercq, président de la Fédération nationale des Auto-Entrepreneurs © D. R.

La Vie Économique : Quel regard portez-vous sur l’année 2021 ? Quels souhaits avez-vous pour les auto-entrepreneurs en 2022 ?

Grégoire LECLERCQ : « Bien entendu, l ’année 2021 restera impactée par la crise sanitaire et économique qui ne fait que trop durer. Après un millésime 2020 déjà bien entaché par ces difficultés, nous avons enduré une pandémie au long cours… Nous formons le vœu sincère que 2022 voie une véritable amélioration de ce contexte, si pénible à vivre pour nos entreprises et dans nos vies ! La plupart de nos entreprises ont heureusement su, à force de courage et d’imagination, sortir de l’ornière économique et sociale. Mais je veux vraiment penser à toutes celles et tous ceux qui ont dû cesser leurs activités, pour des raisons évidentes liées à la perte de commandes et de clients. Bien que tous aient souffert, les acteurs du tourisme, de l’événementiel, des loisirs, de la santé ont été parmi les plus impactés. Nous formons le vœu que le retour à une vie économique plus prospère leur permettra de s’engager de nouveau dans l’aventure entrepreneuriale. »

LVE : Quel fait particulièrement marquant pour 2021 ?

G.L. : « Pour la FNAE, l’année 2021 a été marquée d’une pierre blanche : après 12 années d’existence et de combats quotidiens et acharnés, la FNAE est devenue la troisième organisation représentative des travailleurs indépendants (aux côtés de l’U2P, de la CPME et de la CNPL) avec 17 % de part d’audience dans la mesure de la représentativité des travailleurs indépendants. À partir de janvier 2022 et pour quatre années, les auto-entrepreneurs siégeront donc dans les URSSAF, CAF, CGSS, CCSM, CCSS et au CPSTI, ainsi qu’au HCFIPS. Ce résultat, ce succès, nous le devons à tous, individuellement. C’est grâce au sens des responsabilités et à l’engagement personnel de chacun de nos adhérents que nous avons pu avoir cette forte représentativité ! »

La plupart des Auto-Entreprises ont su sortir de l’ornière économique et sociale

LVE : Vous formez le vœu que ce résultat ne soit pas une fin, mais un commencement. Cela sonne-t-il comme un engagement ?

G.L. : « Partout où nous siégerons, nous voulons défendre le régime de l’auto-entrepreneur, son identité, son fonctionnement, sa protection sociale, notamment en matière de prévoyance, de maladie, de formation, de retraite, de niveaux de cotisation, ou encore d’accès aux allocations sociales. Dans le mandat 2022-2025 qui s’ouvre, les instances qui vont nous accueillir prendront la mesure de cette nouvelle population, de ses particularités, et de ses besoins. Nous ne fléchirons pas, ne subirons pas, ne nous tairons pas ! Notre vigilance sera aiguisée en toutes circonstances, et ce encore plus en cette année électorale majeure où les candidats à l’élection présidentielle auront besoin de nous entendre, de nous comprendre, de nous voir entreprendre, et de ne pas se méprendre sur notre régime ou sur ce que d’autres peuvent dire de nous. »

Partout où nous siégerons, nous voulons défendre le régime de l’auto-entrepreneur, son fonctionnement notamment en matière de prévoyance, de formation, de retraite…