Couverture du journal du 21/06/2024 Le nouveau magazine

Bagnères-de-Bigorre – Py’Still, le spécialiste de l’hydrodistillation de plantes médicinales

Adrien Cousy, un ingénieur en biotechnologie végétale, a repris en 2023 une usine d’hydrodistillation de plantes médicinales située à Bagnères-de-Bigorre et qui appartenait à Pierre Fabre. Avec ses deux associés, il entend poursuivre le développement de la société en B2B.

© C.L. - La Vie Economique

Py’Still, une usine spécialisée dans l’hydrodistillation de plantes, a fêté son inauguration le 17 mai dernier. La société créée en 2023 par Adrien Cousy, Régis Cazalas et Richard Audet, a installé ses locaux dans une ancienne usine qui appartenait au groupe Pierre Fabre. Le dirigeant de Py’Still, Adrien Cousy, est un ingénieur en biotechnologie végétale et titulaire d’un master en cosmétologie. Il a d’abord travaillé pendant 12 ans pour le groupe Pierre Fabre. « Avec Py’Still, c’est une création d’entreprise avec reprise des actifs d’une société existante. Quand Pierre Fabre a voulu s’en séparer, j’ai saisi l’opportunité », témoigne-t-il. Le fondateur de Py’Still s’entoure sur ce projet de Régis Cazalas, un entrepreneur local qui est à la tête d’Eco-Altitude et l’accompagne sur les récoltes et la gestion, et de Richard Audet, un ingénieur en processus industriels chimiques à son compte qui intervient, lui, sur la production. « C’est une belle aventure de préservation des ressources locales, une opération qui a été accompagnée par les différents acteurs de l’écosystème », a précisé Jacques Brune, le président de la Communauté de communes de Haute Bigorre (CCHB) lors de l’inauguration. La CCHB a accompagné le projet à hauteur de 20 000 euros.

Un procédé particulier

Py’Still exploite donc une usine d’hydrodistillation. « Nous concentrons des plantes des Pyrénées et nous souhaitons nous développer sur les plantes des médicinales locales comme l’hamamélis. Nous reprenons les modes opératoires existants et conservons les mêmes clients que ceux de la SCAP, la société qui exploitait l’activité à Bagnères-de-Bigorre depuis 1977 avant d’être rachetée en 2002 par Pierre Fabre », souligne Adrien Cousy. Pour ses hydrolats, l’eau aromatique obtenue après distillation, le directeur de Py’Still voit des débouchés dans la cosmétique, l’alimentaire et la phytothérapie. « C’est une technique assez spéciale et la qualité que nous arrivons à obtenir ici est assez unique », ajoute-t-il. D’après l’entrepreneur, les hydrolats présentent moins de risques secondaires que les huiles essentielles pour le corps humain. L’hydrolat est une concentration jusqu’à 100x, pour produire 3 litres, il faut initialement 3 000 litres. « Nous avons choisi Bagnères-de-Bigorre car nous y trouvons nos matières premières, l’eau et les plantes médicinales », fait remarquer Adrien Cousy. L’eau consommée est rejetée propre et refroidie à 30 °C.

« Nous avons choisi Bagnères-de-Bigorre car nous y trouvons nos matières premières, l’eau et les plantes médicinales »

Des récoltes locales

Py’Still repose sur son atelier d’hydrodistillation, mais aussi, sur un domaine agroforestier de 20 hectares où est produit l’hamamélis en symbiose avec les plantations existantes et non en monoculture. Cette plante est présente à Bagnères-de-Bigorre depuis 1936, elle avait été importée de Virginie. Ce sont les dirigeants de Py’Still qui s’occupent directement des récoltes avant de passer à la distillation.

© C.L. - La Vie Economique

© C.L. – La Vie Economique