Couverture du journal du 22/05/2024 Le nouveau magazine

Béarn – Elyse Energy, pionnier du méthanol vert

350 millions d’euros seront mobilisés pour la construction d’une usine de production d’e-méthanol par la jeune start-up lyonnaise Elyse Energy sur le bassin industriel de Lacq. Benoit Decourt, l’un des quatre cofondateurs, l’annonce : le projet béarnais sera la première pierre d’un programme national d’envergure qui produirait, à terme, 500 000 tonnes de méthanol vert par an.

elyse energy

© Agence Supermixx

La Vie Economique du Sud-Ouest : Pouvez-vous nous en dire plus sur cet e-méthanol qui sera produit à Lacq ?

Benoit Decourt : « Elyse Energy souhaite produire à Lacq du méthanol bas carbone. Pour ce faire, on capte du carbone chez des industriels locaux, dans leur fumée. D’un autre côté, on produit de l’hydrogène, par électrolyse de l’eau. Avec cet hydrogène et ce CO2, on vient synthétiser du méthanol. Aujourd’hui, le méthanol est assez peu connu du grand public mais très largement utilisé dans l’industrie notamment dans la chimie. Actuellement, cette molécule est produite à partir de gaz naturel ou de charbon dans des pays producteurs, en particulier la Chine, Trinidad et Tobago, l’Égypte, la Malaisie. On importe chaque année 600 000 tonnes de méthanol, qui arrivent en France par bateaux avant d’être distribuées. Tout l’objet d’un projet comme Lacq est de venir remplacer ce méthanol fossile, importé, carboné, par un méthanol produit localement à partir de ressources renouvelables. »

Benoit Decourt, l’un des quatre cofondateurs d'Elyse Energy

Benoit Decourt, l’un des quatre cofondateurs d’Elyse Energy © D. R.

LVE : Vous sentez une demande des consommateurs de méthanol ?

B.D. : « Les acteurs ont une conscience environnementale réelle et réalisent la nécessité de se décarboner. Les émetteurs de CO2 ont déjà amélioré leurs procédés pour utiliser moins d’énergie : malgré tout l’émission de CO2 est inévitable et on leur apporte une solution. Du côté des consommateurs, le méthanol représente une part de leur empreinte carbone : on leur apporte une molécule dont ils ne peuvent pas se passer mais cette fois-ci de manière verte. Il faut main- tenant trouver des accords commerciaux puisque nous sommes sur un coût de production qui est incontestablement supérieur aux molécules fossiles.

LVE : Pourquoi avoir choisi Lacq pour implanter cette usine ?

B.D. : « Nous sommes une PME industrielle, nous voulons apporter une solution à nos clients qui sont pour beaucoup sur des plateformes comme Lacq : on s’intègre dans ce type d’environnement, dans cette logique d’écologie industrielle. Il y a à Lacq une culture industrielle, à la fois chez les acteurs de plate- formes mais aussi dans les collectivités territoriales. Nous avons eu un accueil très volontaire par des per- sonnes qui ont mis du temps et de l’énergie sur cette première phase. Nous avons besoin de répondant, de dynamisme, d’accompagnement, et on le trouve sur le bassin. Ce n’est cependant pas le seul territoire sur lequel on travaille : nous sommes sur un pro- gramme de 500 000 tonnes d’e-méthanol, nommé EM France, déployé sur quatre sites. Le premier étant, en effet, Lacq. »

Elyse Energy, une très jeune PME

Fondée en 2020, Elyse Energy est une entreprise industrielle française indépendante, pionnière dans la production de molécules bas carbone. Grâce à la production d’hydrogène vert et au captage de CO2, Elyse Energy produit localement de l’e-méthanol et des carburants d’aviation durables à destination de ses clients : industriels, opérateurs maritimes et compagnies aériennes. Elyse Energy s’appuie sur deux actionnaires de référence, Falkor et Vol-V, tous deux au cœur de l’écosystème de l’hydrogène vert et de l’économie circulaire en France et en Europe.