Couverture du journal du 21/04/2021 Consulter le journal

Campus Périgord : plus que jamais connecté

Le campus Périgord, à Périgueux, compte parmi les quatre campus connectés de la région académique Nouvelle-Aquitaine, avec le CDA de Saintes, le Grand Villeneuvois et Tulle-Corrèze. Mont-de-Marsan, sélectionné lors de la première vague, a été inauguré cette rentrée.

Campus Périgord

Campus Périgord © D. R.

Les campus sélectionnés figurent dans les 15 lauréats de la deuxième vague de l’appel à projets « Campus connectés » du programme d’investissements d’avenir, doté de 4,3 mil- lions d’euros, lancé par le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, le secrétariat général pour l’investissement et le groupe Caisse des dépôts. Ce dispositif labellisé par l’État (Action territoires d’innovation pédagogique) est porté et géré par une collectivité territoriale en partenariat avec une université de proximité. Une dernière levée des candidatures est prévue en janvier pour une troisième sélection. En lien avec les universités partenaires (Bordeaux, La Rochelle et Limoges), ces campus connectés sont financés et suivis pendant cinq ans pour proposer un accompagnement pédagogique individuel et collectif à tous les étudiants inscrits dans une formation à distance (BTS, DUT, licence…). De quoi favoriser la poursuite d’études et l’égalité des chances dans tous les territoires, rapprocher l’enseignement supérieur au plus près du domicile familial pour réduire les coûts et offrir de meilleures chances de réussite.

Ces tiers-lieux innovants et collaboratifs sont des espaces d’études et d’échanges où les jeunes peuvent suivre, en proximité, des formations universitaires à distance en bénéficiant d’un tutorat. C’est une réponse à une forte demande de formation au cœur des territoires. Au niveau national, l’expérimentation lancée en 2019 a déjà labellisé 13 Campus Connectés en milieu rural.

15 ÉTUDIANTS À DISTANCE EN SEPTEMBRE 2021

C’est le Conseil départemental de la Dordogne qui a répondu à l’appel à projets, en lien avec la Banque des territoires, l’Université de Bordeaux et le Grand Périgueux : par visioconférence, mi-novembre, une délégation a convaincu le jury de retenir cette candidature. Dès la rentrée prochaine, les étudiants périgourdins pourront bénéficier d’une nouvelle offre universitaire. Ceux qui choisiront de suivre un enseignement à distance le feront avec les services supports de l’université de Bordeaux, un tuteur-coach et des équipements dédiés sur le site du campus Périgord.

Ces tiers-lieux innovants et collaboratifs sont des espaces d’études et d’échanges où les jeunes peuvent suivre des formations à distance

Il s’agit de dépasser les difficultés de mobilité pour s’orienter vers des études qu’ils n’auraient pas forcément entreprises, et de bénéficier d’un véritable tremplin pour poursuivre sur un site universitaire. Ces formations à distance sont accessibles sur inscription auprès d’une université ou d’une école, elles se déroulent dans des salles de cours connectées à partir d’un ordinateur personnel ou de ceux mis à disposition.

Les jeunes sont encadrés avec un tutorat individuel et collectif, et obtiennent en fin du cursus des diplômes dispensés par les établissements d’enseignement supérieur.

Les jeunes sont encadrés avec un tutorat individuel et collectif

Les modalités d’inscription seront bientôt détaillées, mais Germinal Peiro annonce 15 étudiants concernés en 2021, puis 30 et 45. Le président indique que 800 000 euros sont financés par son Département, notamment pour l’équipement du site et le recrutement du tuteur. La collectivité déterminera aussi les cursus prioritairement liés à ce campus connecté, choisis dans le catalogue des formations à distance du ministère de l’Enseignement supérieur. Aucun domaine d’étude n’est a priori exclu, sauf ceux déjà présents sur le site. « Nous sommes maîtres d’ouvrage de l’opération, ce qui est aux limites de nos secteurs de compétences. Le renforcement du pôle universitaire montre que le monde rural peut inverser les tendances vers l’emploi, grâce à la formation. » Cet investisse- ment s’ajoute à l’implication départementale aux côtés de la ville et de l’agglomération pour créer la première année d’études de médecine. Mais aussi à la création d’un prêt d’honneur sans intérêt ni caution pour financer un cursus universitaire : 40 dossiers par an, depuis quatre ans, sont à porter au crédit de cette action pour l’égalité des chances.

enseignementsup-recherche.gouv.fr