Couverture du journal du 06/12/2023 Le magazine de la semaine

Clap de fin pour Olympe de Gouges

Le tournage du téléfilm « Olympe, une femme dans la Révolution », réalisé par Julie Gayet, s’est terminé fin octobre au château de la Reynerie à Toulouse. La Région a participé financièrement pour que le film voie le jour.

gayet, olympe de gouges, film, toulouse

Julie Gayet (au centre), en discussion devant le château de la Reynerie © Maxime Fayolle

Un gros chien noir déambule aisément dans le décor bucolique du château de la Reynerie. Il se faufile entre les techniciens pour retrouver sa maîtresse. Le labrador présidentiel Philaé n’est jamais bien loin de Julie Gayet. Il l’a d’ailleurs accompagné en repérage à Montauban en novembre 2021 sur les traces d’Olympe de Gouges. La Montalbanaise née en 1748 et morte guillotinée en 1793 est à l’honneur du téléfilm réalisé par Julie Gayet, et qui sortira sur France 2 à l’automne 2024.

L’Occitanie en fil rouge

Le téléfilm se veut réaliste mais n’est pas une superproduction. « On a fait au mieux avec nos contraintes budgétaires » souffle la réalisatrice. « Le cinéma, c’est aussi l’ellipse, ce qu’on ne voit pas, ne dit pas. Parfois le son est encore plus fort que l’image. » Rapport à la scène de décapitation d’Olympe de Gouges qui ne sera sûrement pas des plus explicites.

Pour son premier film comme réalisatrice, Julie Gayet a tenu à tourner au maximum dans la région Occitanie. Pendant un mois, les équipes ont voyagé à Lectoure (Gers), Villefranche-de-Rouergue (Aveyron) et Toulouse. « C’est important d’être ici car la vie d’Olympe de Gouges est foisonnante. Elle parlait occitan avant d’arriver à Paris où elle apprend le français. Ce film est aussi l’occasion pour moi d’évoquer le féminisme, l’enfermement des femmes et leur place dans la Révolution »

L’emploi au cœur des préoccupations

Pour la région Occitanie, ce film est d’abord un moyen de mettre en valeur la richesse et la diversité des paysages. Mais c’est surtout la question de l’emploi qui fut au cœur des préoccupations. « On incite les tournages à utiliser la main d’œuvre locale. Pour ce film, 40 techniciens sur 70 sont issus d’Occitanie. La moitié des comédiens viennent d’ici également, tout comme les 247 figurants » liste Claire Fita, la vice-présidente de la région déléguée à la culture pour tous.

La région a investi 190 000 euros pour soutenir ce téléfilm produit par « Moteur s’il vous plaît ». « Au total, nous aidons la création pour le cinéma à hauteur de 5 millions d’euros en partenariat avec le Centre national du cinéma (CNC) » À Toulouse, prochainement, c’est le long-métrage d’animation « Falcon Express » de Benoît Daffis qui sera soutenu par la région grâce à une subvention de 220 000 euros.