Couverture du journal du 20/10/2021 Consulter le journal

CPME Dordogne : Le changement dans la continuite

Comme prévu, Alain Brettes vient de passer le relais de la présidence de la CPME Dordogne. Une succession préparée, qui facilite la prise de fonction de Stéphane Cortada.

Stéphane Cortada CPME Dordogne

Stéphane Cortada © D. R.

« Nous travaillons toujours en collectif et ça va continuer, il y a forcément une équipe derrière un président. L’élection relève d’une formalité, je me sens surtout porté par un fonctionnement collaboratif. »

Dans cette période difficile, le président de la CPME entend faire jouer les synergies au profit des entreprises

Bergeracois de 48 ans, Stéphane Cortada est le visage visible de cette équipe et son engagement le fruit d’une histoire de rencontres qu’il poursuit pour anticiper la sortie de crise. « Je multiplie les contacts avec les entreprises, adhérentes ou non, pour réfléchir à cette étape essentielle avec des cas de figure multiples. Certaines sont fermées depuis un an, d’autres ont ouvert en pointillés ou fonctionnent à fond, il y en a aussi sous perfusion. Beaucoup doutent de leurs capacités à reprendre un cours normal. » Ce sera donc son premier rendez-vous : les soutenir, les accompagner grâce à la mobilisation des élus et des salariés de la CPME, en misant sur la mutualisation et l’expérience partagée.

Il faudra ensuite les voir pour réexpliquer le fonctionnement de la structure, renforcer ses représentations en prévision d’un autre rendez-vous important : cette fin d’année sera marquée par des élections consulaires, une échéance vers laquelle la confédération partira sur un principe d’union pour sortir des guerres de pouvoir qui ont pu exister. « L’essentiel est que les entreprises s’y retrouvent. Sans qu’il soit question de tout accepter, nous souhaitons avancer avec les syndicats de branche, le Medef… Mais il faut d’abord penser à sortir de cette crise. » Avec deux lignes de force : se montrer réactifs et constructifs.

 

Sur tous les terrains

Stéphane Cortada dirige une entreprise de maîtrise d’œuvre en bâtiment, C3S conception, qu’il a créée en 2015. Sa société conduit des projets de construction et de rénovation en Dordogne, Gironde et dans le Sud-Ouest de la France, ce qui représente déjà une quarantaine de maisons neuves, la réhabilitation d’une vingtaine de lieux professionnels, la rénovation de 70 habitations et la construction d’une centaine de piscines. L’agence travaille sur mesure, des plans au produit final, et adapte les équipes en fonction des projets et de leurs particularités, en faisant appel à des spécialistes, acoustiques ou thermiques par exemple.

© D. R.

« Entreprendre a toujours fait partie de mon ADN », résume-t-il. Y compris dans le monde associatif. C’est ainsi qu’il a fondé Rezo24, réseau d’entreprises axé sur le développement personnel et économique (LVE n° 2449 du 14/04/21). Il va se libérer les mercredi et vendredi pour la CPME, jours qu’il consacrait déjà à la présidence de Rezo24 car il est essentiel pour lui d’échanger et de rester au plus près des autres dirigeants. À la tête de la CPME, il va poursuivre les projets déjà engagés, en faisant appel aux bonnes volontés. Comme c’était déjà le cas. « Je vais, avec les administrateurs, l’ensemble des mandataires au sein des juridictions, organismes et comités de pilotage, l’équipe et, plus largement, les dirigeants investis dans les groupes de travail, continuer à représenter, défendre et informer l’ensemble des entreprises périgourdines. » Dans cette période difficile, il entend faire jouer les synergies, fort des partenariats et des solidarités existantes, au profit des entreprises et de leurs dirigeants.

« Nous allons nous employer à poursuivre le travail de terrain et de transmission entre nos adhérents et les pouvoirs publics ». Objectif : accompagner les revendications, les initiatives et transitions, mais aussi dynamiser le tissu économique local en se voulant moteur d’une société en mouvement perpétuel.

Alain Brettes, présence affirmée sur la durée

Le président sortant se réfère à l’historique de la CPME Dordogne pour souligner son rôle dans la vie des TPE et PME qu’elle défend à travers ses participations aux instances de concertation officielle, dans tous les organismes paritaires où elle assure une représentation patronale. Succédant en 2003 à Jean-Paul Goubie, premier président départemental, il a consolidé les bases avec le soutien d’une équipe d’élus fidèles et du secrétaire général, Alain Thibal Maziat, désormais codirecteur du service de santé au travail de Dordogne.

Alain Brettes souligne les réussites qui ont conduit la représentation locale de la confédération à la reconnaissance et au respect : des sièges aux chambres consulaires, les présidences de la Caf, de la Carsat, de l’Urssaf, des Prud’hommes. « Interlocuteur privilégié des entreprises, nous assurons un service de proximité inédit, souligne-t-il. La Région Nouvelle-Aquitaine ne s’y est pas trompée en nous confiant une mission sur l’accompagnement des entreprises à la transition numérique et d’autres suivront bientôt : management, export et groupement de prévention agréé. »

Depuis le début de cette crise sanitaire, la CPME explique les plans de relance, les différentes mesures. Son dernier message va aux entrepreneurs, « aux femmes et hommes qui prennent des risques pour créer l’emploi de demain » et auxquels il conseille l’union face aux défis. « Quant à moi, je ne serai jamais très loin », assure celui qui reste président régional du syndicat et répond à l’adage « CPME un jour, CPME toujours ».