Couverture du journal du 06/04/2024 Le nouveau magazine

Des PME à renforcer

Georges Strullu et Didier Massy, respectivement présidents de la CPME 64 et de la CPME Nouvelle-Aquitaine, militent pour la simplification administrative des entreprises. Un chantier précisément relancé par le Gouvernement.

pme

Georges Strullu et Didier Massy © V.Biard

« Une année 2024 de tous les dangers », appréhende Georges Strullu, président de la CPME 64, lors de son discours de la cérémonie des vœux organisée dans les locaux de la CCI Bayonne Pays Basque le 9 janvier. L’actualité internationale avec des conflits effrayants, les effets du dérèglement climatique, l’inflation toujours persistante, autant de raisons selon lui de redouter 2024. Mais en 2023, c’est l’économie française qui a connu la meilleure croissance de l’Union européenne, a nuancé Georges Strullu avant de rappeler les revendications et les négociations menées par le syndicat patronal au plan national. Dans le département des Pyrénées-Atlantiques, la CPME prévoit de rencontrer les parlementaires cette année pour exprimer ses doléances comme la simplification administrative.

Simplification administrative

Et justement, la simplification administrative des entreprises est un sujet d’actualité. Avec les « Rencontres de la simplification » ouvertes le 16 novembre dernier à Tours par le ministre de l’Economie Bruno Le Maire et la ministre déléguée aux PME Olivia Grégoire, le Gouvernement relance une nouvelle fois ce fameux chantier français. Une consultation publique en ligne a été lancée et ses résultats devraient bientôt être rendus publics. « L’ensemble des demandes seront instruites, et un maximum de ces mesures de simplification seront adoptées au cours de l’année 2024 », assure le Gouvernement. Pour François Asselin, président de la CPME, les entrepreneurs sont « assommés par une avalanche de normes » et appellent à une simplification administrative.

Dette sociale et PGE

Président de la CPME Nouvelle-Aquitaine (2 800 entreprises adhérentes) depuis juillet dernier, Didier Massy était présent aux vœux de la CPME Pays Basque-Béarn. A la tête d’une société de charpente, couverture et zinguerie employant 60 salariés, le dirigeant landais redoute une baisse de l’activité économique en 2024. La dette sociale des cotisations URSSAF en retard et le remboursement des Prêts garantis par l’Etat (PGE), dont l’échéance vient d’être prolongée jusqu’en 2026 pour les PME en difficulté, sont pour Didier Massy des indications à considérer avec gravité. Mais pour lui, « la volonté, le cœur et les valeurs » des chefs d’entreprise sont les solutions des PME.