Couverture du journal du 16/06/2021 Consulter le journal

[ Dordogne / Lot-et-Garonne ] Châteaux en fête !

« Châteaux en fête » revient de loin, d’une époque de pré-confinements multiples : l’événement a dû être plusieurs fois repoussé, crise sanitaire oblige, et le voici annoncé par campagne publicitaire télévisée croisée avec une promotion plus générale du Périgord. Lot-et-Garonne en prime.

Châteaux en fête

© Shutterstock - leoks

Depuis le 29 mai et jusqu’au 13 juin, les visiteurs sont invités à la vie de château dans les deux départements où 80 sites sont engagés dans l’aventure coordonnée par les Comités du tourisme. La magie va opérer mêlant l’imaginaire des contes de fée aux incursions en coulisses pour découvrir des propriétés privées jusque-là fermées à la visite ou profiter d’événements originaux dans des édifices que Périgourdins ou touristes croient bien connaître. Qu’il s’agisse de demeures familiales ou de gestion publique, de manoirs intimes ou terroirs viticoles, de logis avec suites pour la nuit, on pourra aussi s’y perdre tout le jour dans les jardins.

Château de Saint-Germain-du-Salembre © Pierre Bouchilloux

Dans un esprit proche de celui des Journées du patrimoine, ce programme d’animations se structure autour de centres d’intérêt aussi variés que l’histoire et l’archéologie, avec un menu de reconstitutions, conférences, concours d’élégance, atelier de fouilles, spectacle médiéval… ; la gastronomie et les arts de la table (marchés de producteurs, banquets, atelier de cuisine, dîner aux chandelles, dégustations…) ; les arts de la scène avec musique, théâtre, jonglerie, bal costumé… ; art floral avec taille de topiaires, confection de bouquets ou floralies ; contes et légendes ; mapping, feu d’artifices et son et lumière ; art et artisanat en ateliers et concours (photos, calligraphie, peinture…) ; pleine nature avec faune et flore ; jeux anciens, geocaching ou escape game… Les décors et architectures façonnés par les hommes et le temps sont autant de points de départ à des rendez-vous qui y ajoutent des surprises et curiosités.

Les Départements de Dordogne et du Lot-et-Garonne s’associent pour une promotion commune

Tir groupé bienvenu

Les Départements de Dordogne et du Lot-et-Garonne s’associent pour une promotion commune à travers cet événement fédérateur imaginé autour de leurs plus belles demeures historiques, la plupart en Périgord, un quart chez son voisin. Cette collaboration ouvre d’autres perspectives pour valoriser les atouts touristiques des deux destinations, le début d’une longue série annoncée. Un budget de 100 000 euros a été alloué à l’opération, dont 80 000 pour la communication, essentiellement télévisée et digitale.

Au nord du département, l’office Périgord Dronne Belle, allié au Parc naturel Périgord Limousin, a pris l’initiative d’ajouter un document à l’arsenal déployé par le Département et le CDT afin d’orienter les regards vers une quarantaine de sites, certains déjà en Haute-Vienne comme Châlus, où périt Richard Cœur de Lion, nombreux cachés dans un environnement de charme autour de Brantôme, Mareuil ou Nontron. Le tout est présenté avec une cartographie interactive, des idées de circuits, un répertoire détaillé des sites et un calendrier des manifestations spécialement prévues pour faire vivre ce patrimoine souvent méconnu.

Château des Milandes © Déclic&Décolle

Du nord au sud et d’est en ouest, on débusque des pépites à l’écart des chemins tout tracés du tourisme, comme le repaire noble Le Fournel, à Villefranche- du-Périgord, niché dans la Bessède, épaisse forêt riche en châtaigniers… dont le fruit a été « mis en bière » locale, prétexte à une visite-dégustation dans ce cadre Renaissance. Ou bien on contemple d’une tout autre manière un domaine prisé des créateurs, comme celui des Gissoux, à Saint-Médard d’Excideuil : ses jardins remarquables seront doublement visités à l’occasion de la manifestation nationale « Rendez-vous aux jardins » et on prendra le temps de contempler tout ce qu’ils ont fait éclore d’œuvres chez la famille d’artistes qui habite les lieux.

Étirer la saison et les contours

83 demeures historiques s’ouvrent ainsi aux appétits libérés par un retour à la possibilité de voyager et de visiter, dans le respect des consignes (voir encadré). Les écrins se présentent chacun sous un jour inconnu, avec des animations sur mesure : un contenu vivant et riche en expériences. De quoi satisfaire un tourisme largement redirigé, cet été encore, vers les destinations intérieures. Les responsables périgourdins assurent que ceux qui sont déjà venus reviennent car le département est assez grand pour varier les plaisirs et, surtout, qu’ils partagent leur enthousiasme et prescrivent le Périgord à leur entourage. Cette cérémonie promotionnelle en tenue d’apparat ouvre la saison estivale avec une volonté d’avancer et d’étirer la manne touristique, de l’étendre dans l’espace et dans le temps en fédérant les efforts publics et privés. Châteaux en fête est accompagné par le Crédit Agricole Charente-Périgord qui y voit un soutien à la relance de la filière, avec des retombées économiques au bénéfice de tous les acteurs locaux. La banque verte a notamment distribué 5 000 bons cadeaux à ses clients pour visiter les sites participants.

Périgord, terre des 1001 châteaux ?

La légende veut que le Bon Dieu voulût parsemer de châteaux le royaume de France et, en éparpillant des poignées à la volée en chemin, s’aperçut en traversant le Périgord que sa besace était crevée et laissait s’échapper tours, courtines et poivrières. « Alors, avant de reprendre le chemin du Paradis pour renouveler sa provision de créneaux et mâchicoulis, le Père éternel secoua le fond de son bissac sur les coteaux pierreux de la Dordogne, de la Vézère, de la Dronne et de l’Auvézère. Et tant et tant il en chut que nul pays ne se trouva plus riche en châteaux, manoirs et gentilhommières. » Ainsi l’historien Jean Secret racontait-il la légende.

Site dédié : www.chateauxenfete.com