Couverture du journal du 06/04/2024 Le nouveau magazine

Hautes-Pyrénées – Le dispositif France Travail officiellement lancé

Le préfet des Hautes-Pyrénées, Jean Salomon, et le président du Conseil départemental, Michel Pélieu, se sont réunis le 4 mars dernier dans les locaux de l’usine SEB à Lourdes pour lancer le dispositif France Travail. L’objectif affiché : agir en synergie pour remettre tout le monde sur le chemin de l’emploi.

© Charlène Lermite - La Vie Economique

France Travail se met en place au niveau local. Le dispositif, prévu par la loi du 18 décembre 2023 qui vient remplacer Pôle emploi, a officiellement été lancé dans les Hautes-Pyrénées le 4 mars dernier dans les locaux de l’usine SEB à Lourdes. Le préfet des Hautes-Pyrénées, Jean Salomon, le président du Conseil départemental des Hautes-Pyrénées, Michel Pélieu, des collaborateurs de France Travail, des associations et des acteurs liés au retour à l’emploi des chômeurs et bénéficiaires du RSA étaient présents pour l’occasion. Pour le préfet du 65, France Travail n’est pas qu’un nouveau nom, mais, « un système plus intégré. Lors d’une précédente visite chez SEB, j’ai pris conscience que les acteurs ont envie d’avancer et les choses marchent toujours mieux lorsque nous nous parlons ».

Travailler en réseau

Cette loi dite pour le plein-emploi a pour ambition de mieux coordonner l’ensemble des acteurs de l’emploi grâce à une offre commune pour accompagner les publics les plus éloignés du travail. Elle implique une meilleure coordination des missions entre d’un côté France Travail, de l’autre les Missions locales qui accompagnent les jeunes, le réseau Cap Emploi, interlocuteur pour les travailleurs en situation de handicap et les différents services pilotés par l’État et les collectivités locales. « L’objectif est de remettre tout le monde au travail. Le chômage doit être une période transitoire », a souligné le préfet Salomon.

« L’objectif est de remettre tout le monde au travail »

Des initiatives déjà à l’œuvre

Le groupe SEB s’est dit très engagé dans sa politique RSE et favorise l’employabilité des personnes en situation de handicap. Odile Despret de l’association Femme Initiative Laubadère (FIL), qui travaille à l’insertion des femmes dans le travail malgré des difficultés liées à la garde d’enfants ou à la mobilité, a fait remarquer le travail effectué : « Grâce à SEB et à la reprise du restaurant d’entreprise, nous avons pu doubler notre nombre de salariés avec 4 employés à Lourdes. » Via l’association FIL, Alaé a pu devenir cuisinier au sein du restaurant d’entreprise SEB et trouver un emploi en seulement 2 mois. Sébastien, ancien bénéficiaire du RSA, est, lui, devenu cariste dans le groupe en travaillant en intérim. Les équipes de France Travail ont voulu mettre en avant l’accompagnement global qui permet de conjuguer les conseils de l’ex-Pôle emploi aux actions des services sociaux.

« Une personne sur deux retrouve du travail dans les 9 mois »

Le Département mobilisé

Le président du Département a aussi souligné les initiatives mises en place de son côté. « Nous avons différents dispositifs tels que Ha-Py Actifs qui facilite l’embauche en CDD ou en CDI de bénéficiaires du RSA. Une partie du salaire est payée par le Département, ce n’est pas une économie pour le Département. Mais, la personne recrutée retrouve le monde du travail. Entre 500 et 550 personnes ont retrouvé du travail via ce dispositif », a témoigné Michel Pélieu. Le Département a aussi mis en place Ha-Py parrainage qui permet d’aider les bénéficiaires du RSA à faire leur CV et dans leur recherche d’emploi. « Au total ce sont des centaines de millions d’euros qui sont injectés dans l’économie du département et nous recherchons le maximum d’efficacité », a complété le président Pélieu.

© Charlène Lermite - La Vie Economique

© Charlène Lermite – La Vie Economique

Un retour rapide sur le marché

Les équipes de France Travail soulignent que dans les 9 mois, une personne sur deux retrouve un emploi, sur une année. « Sur nos 19 000 demandeurs d’emploi, 14 000 reprennent un travail, ce sont autant d’entrées que de sorties », vient compléter une conseillère France Travail. « Nous devons regarder comment aller chercher les personnes les plus éloignées de l’emploi. Plus le temps sans travailler a été long et plus il est compliqué de retourner vers l’emploi », a relevé le préfet des Hautes-Pyrénées. Le plan d’action semble déjà en place : « Nous devons revoir les cartes de formation pour éviter la concurrence entre elles, mettre les gens sur la bonne voie et honorer les offres d’emploi mises sur le marché », a conclu le préfet Jean Salomon.

Un nombre de chômeurs en légère hausse

Le 65 enregistre actuellement 18 750 demandeurs d’emploi dont 10 190 personnes dans la catégorie A, c’est-à-dire, immédiatement disponibles. Le nombre de personnes en catégorie A est en hausse de 2,5 % sur un trimestre et en baisse de 1,2 % sur un an. Le nombre total de demandeur d’emploi et de personnes sans activités dans le département est en hausse 3,2 % sur un trimestre, soit 580 personnes supplémentaires, et en baisse de 0,5 % sur un an.