Couverture du journal du 22/05/2024 Le nouveau magazine

Hautes-Pyrénées – Vegeplast, pour un monde durable

Basée sur une matière révolutionnaire, modulable, biosourcée et compostable, l’entreprise n’en finit pas d’innover, à travers ses propres produits mais ,aussi ceux de ses partenaires. Du packaging aux capsules pour café, Vegeplast qui va fêter ses 20 ans est une figure incontournable de l’industrie durable.

Vegeplast

©D.R.

Il y a 20 ans, éliminer le plastique issu de la pétrochimie était inconcevable et, aujourd’hui, difficile d’ignorer que c’est là que réside le problème environnemental : même avec le temps il ne s’élimine pas. Se tournant vers la cellulose de bois, le lin ou les fibres de chanvre, les chercheurs de l’Inrae sont actuellement en train de développer des alternatives innovantes issues du végétal… c’est dire si Vincent Pluquet était un précurseur. En 2003, cet ingénieur agricole brevetait une matière révolutionnaire, biosourcée, biodégradable et compostable, le Vegemat. Bien avant la prise de conscience générale, son mélange de biopolymères et de farines céréalières concurrençait les plastiques polluants. Il y a donc 20 ans, en véritable visionnaire, Vincent Pluquet ouvrait les portes d’un monde aux possibilités quasi infinies mais surtout celles de l’entreprise Vegeplast, dont il est le président. Installée à Bazet, en périphérie de Tarbes, elle n’a cessé de croître, misant sur le dégradable quand la politique française se concentrait sur le recyclable.

UNE MATIÈRE AUX PROPRIÉTÉS MODULABLES

Vegeplast a deux vocations bien distinctes, la conception et la fabrication de ses propres produits et ceux réalisés sur-mesure, à la demande des clients. Des projets diversifiés qui se rassemblent dans l’utilisation du Vegemat, sous toutes ses formes. En effet, la matière a des propriétés modulables, elle se décline en trois familles, une qui permet l’élaboration de produits souples, une autre pour les rigides et la dernière vouée aux applications pouvant résister aux hautes températures. « La seule limite est la taille, nous n’injectons que des petits produits », explique Lucie Pluquet, chef produit marketing. « Pour l’instant nous ne pouvons pas faire des pièces trop volumineuses mais de toutes façons, plus elles sont grosses, plus elles sont longues à être compostées donc ce n’est pas le but. »

La matière est brevetée et un bureau d’étude travaille dessus sans relâche

Les tees de golf ont marqué les débuts de l’activité, suivis d’un étonnant os pour chiens, 100 % végétal, riche en fibres, en vitamines et surtout sans additif. Aujourd’hui elle se distingue sur le marché du packaging avec une très large gamme de contenants pour les compléments alimentaires, les fruits secs, les épices, les amidons et fécules ou encore les céréales. Composés d’un tube en carton recyclé et d’un bouchon en Vegemat avec clapet coulissant enrichi d’un système de blocage, les contenants ont conquis le secteur de l’emballage qui se veut désormais consciencieux. Et sous peu, ils seront compostables à la maison, une évolution qui s’inscrit pleinement dans l’actualité : « La loi AGEC va imposer à tous les particuliers d’avoir un compost domestique chez soi à partir du 31 décembre 2023, souligne la chef produit. Notre but est de pouvoir participer et de pouvoir rentrer correctement dans cette économie circulaire ».

Vincent Pluquet, président de Vegeplast

Vincent Pluquet, président de Vegeplast ©D.R.

LE DÉFI DU COMPOSTABLE DOMESTIQUE

L’innovation n’a jamais cessé de marquer la progression de Vegeplast qui comporte un bureau d’études mais aussi un service recherche et développement où les ingénieurs travaillent inlassablement sur la fameuse matière. Les avancées sont donc au rendez-vous, à l’image de la certification home compost obtenue en début d’année pour un des produits phare de l’entreprise, la Vegecap, capsule de café compatible avec les machines Nespresso©. L’entreprise s’est par ailleurs dotée d’une nouvelle machine pour pouvoir doubler sa production et après 10 ans de travail acharné c’est un tournant comme l’explique Lucie Pluquet : « Dans le biodégradable et le compostable, il y a deux façons de dégrader son produit : l’industrial compost et le home compost.

Auparavant, nous étions entièrement industrial compost, c’est compliqué de faire une matière très rigide qui soit compostable à la maison. Et là, on a réussi à transformer la matière pour faire des produits finis qui le soient. C’est notre dernière innovation et on est en train de réussir à rendre également le bouchon des Vegetop compatible avec le compost domestique. On essaie vraiment de continuer et de faire de la recherche, de rester dans le mouvement actuel ». Avec Sébastien Migayrou comme directeur général, l’entreprise emploie 35 salariés et fait incontestablement partie des leaders du développement industriel et durable.

DES COLLABORATIONS ÉCLECTIQUES

Avec des lignes d’extrusion complète, des presses à injecter la matière et une conception sur-mesure des moules, Vegeplast possède tous les équipements pour mener à bien les différents projets qui nécessitent une tenue en température ou une aptitude au contact alimentaire.

Si le torréfacteur Lobodis a trouvé dans les Vegecap une solution compostable idéale pour ses cafés pure origine, les différentes collaborations dénotent une vraie prise de conscience dans différents secteurs de la consommation. Artisan spécialisé dans les sorbets et glaces haut-de-gamme, Philippe Faur n’a pas hésité à faire appel à Vegeplast pour des pots innovants, à l’instar de l’entreprise belge Be-Life qui y a acheté son moule, la matière et le savoir-faire. Dans le même esprit, les Georgettes de Jean-Louis et Catherine Orengo sont désormais disponibles en édition biodégradable et biosourcée. Ces couverts avant-gardistes, ustensile hybride à la fois cuillère, fourchette et couteau sont fabriquées à Bazet.

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Je publie mon annonce légale