Couverture du journal du 07/12/2022 Consulter le journal

Le Foirail, nouveau phare culturel de Pau

Le pôle culturel du Foirail a été inauguré en grande pompe, ce vendredi 30 septembre à Pau, en présence d’Emmanuel Macron. Ce déplacement présidentiel sur les terres de François Bayrou, outre la découverte de ce nouveau lieu emblématique, aura été l’occasion pour les deux hommes d’afficher leur très bonne entente.

Foirail, Pau, Macron, Bayrou

Le nouveau pôle culturel a été inauguré en présence d'Emmanuel Macron, ce vendredi 30 septembre. © Ville de Pau - Laurent Pascal

Vendredi dernier, le maire de Pau François Bayrou ne cachait pas sa satisfaction d’inaugurer le nouveau pôle culturel du Foirail en présence du président de la République Emmanuel Macron. Dès son arrivée sur le large parvis rénové, alors que la pluie venait enfin de cesser, le chef de l’Etat et le maire de Pau se sont chaleureusement embrassés : un signe affiché de leur bonne entente malgré les réserves énoncées dernièrement par le président du Modem sur la méthode de la réforme des retraites.

Si ce dernier s’est exprimé ce matin-là sur le sujet, arguant qu’il n’y avait « aucune fâcherie » à signaler, Emmanuel Macron a préféré s’abstenir, précisant que « ce n’était pas le lieu ». En effet, le motif officiel de cette venue présidentielle, la cinquième en cinq ans, était bel et bien palois, actant l’ouverture au public de ce nouveau lieu dédié à la culture.

Pau, Macron, Bayrou, Foirail

© Ville de Pau – Laurent Pascal

Un ancien marché aux bestiaux

Le temps d’une visite commentée par les architectes en charge de ce projet phare du second mandat de François Bayrou, Emmanuel Macron, aux côtés notamment de la ministre de la Culture, Rima Abdul-Malak, des représentants de la Région Nouvelle-Aquitaine, du Département des Pyrénées-Atlantiques et des collectivités locales, a pu apprécier la transformation saisissante de ce lieu chargé d’histoire. Né en 1887 non loin du centre-ville, le Foirail fut d’abord un marché aux bestiaux, puis un marché aux grains, ensuite une brocante avant d’être un marché bio… : le Foirail aura eu plusieurs vies, jusqu’à celle-ci, débutée en 2017 lorsque ce projet fut dévoilé.

Le Foirail ainsi réhabilité s’inscrit dans la politique de métamorphose de la ville

« Pendant une époque, on a cru que c’était fini », a reconnu François Bayrou, après avoir évoqué le souvenir de son grand-père, vendeur et acheteur de bétail au Foirail, et de son père, vendeur de haricots dans ce même lieu. « Nous voulions qu’il revive, et souhaitions l’inscrire dans la politique de métamorphose que nous menons : la ville avait beaucoup de bâtiments qui avaient perdu leur raison d’être, leur fonction. Nous avons pensé que nous n’en abandonnerions aucun, que nous réenracinerions notre patrimoine dans ce passé. »

© Ville de Pau – Laurent Pascal

« Le nouveau visage de Pau »

Avec le Foirail, François Bayrou ajoute une nouvelle pièce à son projet de requalification du quartier et plus globalement, du cœur de ville. « Longtemps, on a disséminé les équipements culturels à l’extérieur du centre-ville. Or, c’était notre centre-ville qui souffrait, notamment avec le sentiment de désertification. Et tout à coup, tout se reconstitue », souligne l’édile dans un film de présentation, diffusé à l’ensemble des personnes présentes ce vendredi.

Après 2 ans de travaux et 18 millions d’euros investis pour transformer le bâtiment existant, le Foirail avec son allure de paquebot, va faire vivre la culture à Pau

Et de citer le nouvel ensemble formé par les Halles, le passage Carnot et la médiathèque André Labarrère, qui font « système » et dessine « le nouveau visage de Pau », que vient harmoniser ce nouvel édifice tout juste achevé. Après deux ans de travaux et 18 millions d’euros investis, nécessaires pour réhabiliter et transformer le bâtiment existant, le Foirail ainsi réhabilité, avec son allure de paquebot, est fin prêt à faire vivre la culture à Pau.

Un écrin pour l’orchestre de Pau

Une salle de spectacles de 580 places, pouvant accueillir du théâtre, de la danse, de la musique, trois salles de cinéma de respectivement 80, 120 et 300 places, et un café culturel : le Foirail se veut un « véritable laboratoire des cultures de demain », selon les mots prononcés par Rima Abdul-Malak lors de sa précédente visite, le 30 juillet dernier. « La grande réussite de ce lieu va être le partage des arts », a confirmé Frédéric Morando, directeur général de l’Orchestre Pays de Béarn (OPPB), l’un des quatre acteurs culturels hébergés au Foirail aux côtés d’Espace Pluriels, de la saison Théâtre à Pau, de la saison Jazz à Pau, et également du cinéma d’arts et d’essai Le Méliès. « Ce lieu de travail va permettre à l’OPPB de franchir un cap. Avec un équilibre plus facile à trouver, un son d’orchestre plus chaleureux et contrasté. On va entendre l’orchestre comme on ne l’a jamais entendu à Pau ».

L’OPPB, qui pour cette inauguration a livré son interprétation de la Symphonie du Nouveau Monde et de L’Hymne à la joie sous la direction de Fayçal Karoui, devant les quelques 400 personnes présentes, accompagnant en musique cette visite présidentielle visiblement très appréciée par François Bayrou.

Un déplacement présidentiel « sur le terrain »

« Pourquoi votre présence est si importante pour nous ? » a ainsi questionné le premier édile en entame de son discours, s’adressant au chef de l’Etat debout à ses côtés, sur la grande scène de cette nouvelle salle. « Parce que vous êtes animé de passion pour ce qui se fait sur le terrain. Très souvent, l’Etat regarde ce qui se fait au centre et vous, vous regardez ce qui se fait dans l’espace régional ».

Bayrou, Pau, Foirail, Macron

© Ville de Pau – Laurent Pascal

J’assume toujours le « en même temps » : je choisis de soutenir aussi bien la culture internationale que la culture locale

Après lui, Emmanuel Macron, pour qui « parler de culture dans une actualité si chargée est une occasion rare et un moment qui prend tout son sens », a tenu notamment à souligner : « En étant là aujourd’hui, je veux vous dire l’importance de ce que vous avez fait, de ce qu’aujourd’hui nous faisons advenir en inaugurant ce lieu, et surtout de ce que vous allez y faire ». « Pourquoi devrais-je choisir entre culture locale et culture internationale, j’ai décidé de ne pas choisir mon camp et j’assume toujours le « en même temps », j’ai décidé de soutenir les deux car la culture est un accès à l’universel », a insisté le président résolument lyrique et décontracté. « Et ce lieu, historique dont vous avez réinventé un imaginaire, est à l’image de la France qui doit réinventer le monde ». Le chef de l’Etat a rappelé dans ce Foirail ses attaches pyrénéennes, non loin de Pau, du côté de Bagnères-de-Bigorre où sa grand-mère, « la seule qui ait fait des études dans sa famille » a vu sa vie changer « grâce à une salle de théâtre et à un professeur de philosophie ».

La guerre se nourrit toujours du rétrécissement des âmes

Dans ce lieu d’envergure dédié à la culture, Emmanuel Macron a ainsi insisté dans ce contexte sur le fait que la « guerre se nourrit toujours du rétrécissement des âmes, d’une forme d’aspiration au néant et à la négativité ». « Ce combat (pour la culture et l’éducation) est le plus important : celui des âmes et des esprits ». Car il rend plus libre. Et de conclure sur ce slogan de Malraux : « La France est une puissance de rêve et d’imaginaire, c’est ce qui la rend invincible »…

 

Le Foirail en chiffres

3 000 m² de surface dont 1000 m² pour la rotonde

3 salles de cinéma de 80, 120 et 300 places

1 régie unique pour les 3 salles de projection

1 salle de spectacle de 580 places dont 64 strapontins ; 315 places pour la jauge réduite

18 M€ de travaux (avec la participation de l’Etat-DSIL, de la Région Nouvelle Aquitaine, du Département des Pyrénées-Atlantiques, de la Communauté d’Agglomération Pau Béarn Pyrénées et du Centre National du Cinéma et de l’image animée)