Couverture du journal du 28/02/2024 Le magazine de la semaine

La Soulane : espace culturel et économique

Installé à Jézeau dans une ancienne colonie de vacances, le tiers lieu associatif qui accueille des résidences d’artistes a aussi une vocation économique. Restauration, concerts, ateliers d’artistes, fab lab dédié à la couture, hébergements permanents et saisonniers occupent les 2 500 m2 de La Soulane.

La Soulane Jézeau

© CL

Dans un hameau calme à l’extérieur de Jézeau, les murs gris de La Soulane surplombent la zone. L’ancienne colonie de vacances, qui appartenait au Département des Landes, a laissé place à un tiers lieu associatif original baptisé La Soulane. C’est Emmanuelle Santos, une danseuse chorégraphe partie de Jézeau pour faire carrière, qui a vu dans ce lieu un potentiel pour l’accueil d’artistes en résidence. « Un petit groupe de gens s’est constitué autour du projet d’Emmanuelle. En 2016 a été ouverte une association formelle avant que le lieu ne soit racheté par une SCI », commente Gérard Ladier, dynamique retraité qui officie comme administrateur de l’association et cogérant de la SCI. Le tiers lieu La Soulane voit finalement le jour en 2019 et cristallise trois constantes : « L’accueil d’artiste et une programmation culturelle. L’habitat, quand il y a une vraie difficulté à se loger pour les locaux et les saisonniers, nous proposons 4 appartements permanents et 9 chambres pour les saisonniers. Et enfin, la création d’une activité économique pour l’accueil d’entreprise avec des bureaux partagés », énumère Gérard Ladier.

C’est un lieu unique pour le département qui permet à la fois d’accueillir et de loger ces artistes

Studio de musique

Avec une grande salle dont le plancher a été entièrement rénové, La Soulane est le lieu idéal pour accueillir des artistes qui viennent répéter leurs spectacles. Une cinquantaine d’entre eux sont déjà passés en résidence. « Ils viennent travailler leurs spectacles, que ce soit du théâtre ou de la danse. Certains restent un week-end, d’autres 2 à 3 semaines. C’est un lieu unique dans le département qui permet à la fois d’accueillir et de loger les artistes », souligne Gérard Ladier. Dans la bande de départ figurait un musicien et ingénieur son qui, après la pandémie de Covid, a décidé de créer un studio pour l’enregistrement professionnel. Il accueille des groupes et des musiciens qui viennent enregistrer leurs albums.

La cantoche

En 2022, c’est au tour de La Cantoche d’ouvrir ses portes. Le restaurant associatif fonctionne le vendredi midi et le samedi midi et soir. « Nous proposons une cuisine confectionnée par des bénévoles, variée, à des prix raisonnables et des produits locaux, biologiques quand nous le pouvons. Il y a en moyenne une vingtaine de couverts », témoigne l’administrateur de l’association La Soulane. Durant la haute saison, mais aussi en basse saison, les événements se succèdent sur le tiers lieu de Jézeau à raison d’un par semaine en moyenne, plusieurs par semaine l’été. Derrière La Cantoche, une scène extérieure permet d’accueillir 2 à 300 personnes.

fab lab La Soulane © CL

© CL

Un fab lab pour le textile

L’activité culturelle du site est complétée par l’accueil de deux artistes en permanence : Akiko Hoshina, une plasticienne céramiste et Léa Castor, une illustratrice. À leurs côtés d’autres activités économiques occupent La Soulane, dont le bureau d’étude Marelha fondé par Sarah Langner. Il travaille à la valorisation de la laine des Pyrénées et participe à la restructuration d’une filière laine dans le massif pyrénéen. « La Soulane, ce sont surtout des rencontres qui créent des synergies », ajoute Gérard Ladier. Alexis Faure, un couturier modéliste qui vit entre Paris et la vallée d’Aure, a initié avec Sarah Langner un fab lab dédié à la couture. Le couturier qui possédait de nombreuses machines à coudre les a installées dans l’atelier du tiers lieu. Cela permet à Sarah Langner de proposer de la production textile et de travailler pour la Maison Izard, des vêtements en laine des Pyrénées, avec deux employées à temps partiel.

Réparation de parapentes

Le textile n’en finit pas d’occuper les activités de La Soulane. « Nous avons un projet qui est en train de se concrétiser en partenariat avec l’association de l’école de parapente Virevolte et l’atelier WingAir, un réparateur de parapente. Nous allons leur louer 150 mètres carrés afin qu’ils puissent y relocaliser un atelier d’entretien de toiles de parapentes », explique dans le détail Gérard Ladier. L’ouverture de l’atelier est prévue pour avril 2024.

Activité économique

La Soulane promeut depuis ses débuts la création et la relocalisation d’activités et d’emplois. « Nous sommes identifiés pour tout ce que nous faisons le samedi soir avec les concerts, alors que le nombre de projets derrière est surprenant », souligne Gérard Ladier. Le tiers lieu met des bureaux à disposition des entreprises, deux sont déjà occupés par des psychologues et deux autres restent disponibles. « Notre modèle économique repose sur notre activité de logement, sur l’accueil d’entreprise et sur le café La Cantoche. Ils nous permettent de compenser la partie culturelle. C’est tout l’intérêt d’être un lieu mixte », conclut le cogérant.