Couverture du journal du 06/06/2024 Le nouveau magazine

Capvern-Les-Bains : de nouveaux programmes d’éducation thérapeutique en projet

La vice-présidente de la Région Occitanie, en charge du tourisme durable, des loisirs et du thermalisme, Muriel Abadie, poursuit son état des lieux de la filière du thermalisme. Elle était aux thermes de Capvern-Les-Bains le 2 mai dernier.

© CL - La Vie Economique

Les thermes de Capvern-Les-Bains ont accueilli le 2 mai dernier Muriel Abadie, la vice-présidente de la Région Occitanie en charge du tourisme durable, des loisirs et du thermalisme. C’était sa seconde visite dans le département des Hautes-Pyrénées, alors qu’elle effectue une tournée des 28 établissements thermaux de la Région Occitanie, qui reste la première région thermale de France. Si l’activité a bien repris à Capvern-Les-Bains, elle n’atteint pas encore les niveaux de 2019. « Au plus fort de notre activité, nous pouvons accueillir 4 000 curistes par an et jusqu’à 400 curistes par jour. Mais, nous sommes encore à -15 % de fréquentation en 2023 par rapport à 2019 avec 3 190 curistes », a indiqué la directrice de l’établissement Laurence Dulac. Le rétablissement de la fréquentation est attendu pour 2025 aux thermes de Capvern qui traitent les affections de l’appareil digestif, de l’appareil urinaire et les affections rhumatismales. L’établissement entend aussi développer deux nouveaux programmes d’éducation thérapeutique, autour des calculs rénaux et de l’endométriose.

Un reste à charge trop important

Pour Laurence Dulac, un des freins à l’augmentation de la fréquentation cette année repose sur l’augmentation du reste à charge des curistes. « Le reste à charge, cette part non remboursable par la mutuelle, a encore augmenté il peut être de 130 euros pour les curistes suivant une orientation et 200 euros pour ceux suivant deux orientations, sans compter les frais de déplacement, de logement et de nourriture », a alerté la directrice des thermes de Capvern.