Couverture du journal du 17/07/2024 Le nouveau magazine

« Le Lien » : Valeurs ajoutées et partagées

« Le Lien », le tiers-lieu d’Ibos, devrait accueillir une trentaine de structures associatives et d’entreprises d’ici 2024. Dès ce mois-ci, une école Être y sera installée. Un dynamisme qui fait revivre la friche industrielle sur le thème de l’écoresponsabilité.

Camille Rigaud, fondatrice du tiers-lieu écoresponsable

Camille Rigaud, fondatrice du tiers-lieu écoresponsable "Le Lien" à Ibos. ©LilianCazabet/VieEconomique

On dit souvent que les choses partagées font du bien, dans les Hautes-Pyrénées, elles font « le Lien ». Aux portes de Tarbes, pendant que la terrasse se remplit, certains remplissent leurs paniers à quelques mètres des bureaux où les fichiers excel se remplissent eux d’idées. Petit monde où se côtoient de nombreux univers, le tiers-lieu est devenu en quelques mois un des sites les plus dynamiques de l’agglomération. Le brassage est joyeux et si rien ne réunit à priori les délices de l’épicerie Aurore, fraîchement élue meilleur commerce indépendant d’Occitanie, aux start-ups ou encore au magasin d’électroménager Envie, ce sont justement ces a priori que le Lien fait voler en éclats : ici, seules comptent les valeurs et tant qu’elles ont un impact environnemental positif, associations, entreprises, activités sportives ou commerciales sont les bienvenues.

LES PROJETS LANCENT LES REHABILITATIONS

S’il est déjà bien installé dans le paysage du 65, avec 10 hectares de prairie et 4 hectares de friche industrielle, le Lien est encore amené à évoluer, comme le souligne Camille Rigaud, qui est à la fois coordinatrice des projets, co-fondatrice et co-propriétaire du site : « Nous disposons de 8 000 m² de bâtiments, 60 % sont aujourd’hui, réhabilités ou en cours de réhabilitation et au total il y en a 80 % de préréservés ». La vingtaine de structures qui y cohabitent devrait donc en 2024 atteindre la trentaine et inutile de se demander s’il reste de la place : « Il y a toujours de l’espace pour les projets qu’on aime ! ». Tout sauf un système immobilier classique qui propose des places au rythme de sa réhabilitation, le Lien a misé sur l’équilibre inverse : ici, ce sont les projets qui induisent les chantiers. La sélection est donc de mise et elle se fait d’abord sur les valeurs, communes aux résidents déjà en place et partagées par les fondateurs de ce tiers-lieu écoresponsable.

Bientôt des formations sur l’écoconstruction vont avoir lieu

UNE ECOLE ETRE ET DES NOUVELLES STRUCTURES

Et la rentrée illustre parfaitement cette philosophie avec l’installation d’une école Être dédiée à de la transition écologique : « La fondation est nationale et l’idée c’est qu’il y ait une école par département. A partir de septembre vont commencer des formations sur de l’écoconstruction mises en œuvre par l’association Eco-Habilis, anciennement Terre et Bois. Elles seront principalement destinées aux jeunes sortis du milieu scolaire qui pourront y apprendre les métiers liés à la transition écologique ». Une façon de remettre en plus le savoir-faire au cœur du travail, un point que tous défendent ici. L’arrivée d’une brocante, d’une friperie et d’un espace bien-être est également confirmée, autant de nouveaux acteurs qui pourront savourer le programme des animations qui devrait lui être mis en place lors de l’assemblée générale de septembre.

UNE FRICHE INDUSTRIELLE ET UN REVE

Ancienne usine Bostik qui faisait partie du groupe Total, la friche industrielle revit en beauté depuis 2021. Un changement de vocation aussi radical que celui de ses co-fondateurs fut progressif. Si la Toulousaine Camille Rigaud était dans le marketing, chez Airbus notamment, Loïc Bordes un de ses associés travaillait lui dans la start-up Sigfox : « Nous revenions tous les deux d’un tour du monde lors duquel nous voulions découvrir les innovations liées au développement durable. Stéphane Aio, mon beau-père, nous a demandé si on avait une idée pour ce site qu’il venait d’acquérir. On avait rêvé de créer du lien entre les porteurs de projets qu’on avait rencontré c’est comme c’est qu’est né le Lien ». Une friche, une idée, une envie, les trois notions se déclinent en trois associés et la SCI est lancée en 2021. Le fil rouge du tiers-lieu brille en vert et cela allait de soi pour Camille qui avait emprunté ce chemin depuis un moment.

DES RESEAUX DYNAMIQUES

Avec un modèle économique principal basé sur les loyers qui représentent 80 % du chiffre d’affaires, le Lien peut aussi compter sur les subventions d’investissement et/ou de fonctionnement de l’Etat, la Région, la communauté de commune TLP ainsi que de la mairie d’Ibos : « Nous avons également le soutien des acteurs de l’économie solidaire tels que Activ, le Crédit Coopératif ou IEF. C’est vrai que les collectivités jouent bien le jeu. A côté de ça on génère une activité économique avec la partie prestations qui comprend les séminaires ou l’accueil des entreprises sur des thèmes liés à la transition écologique ». Lauréat à la French Tech, le Lien travaille également avec le Réseau Entreprendre et de nombreux acteurs de la vie économique des Hautes-Pyrénées. Une dynamique qui montre que le développement durable est devenu une notion avec laquelle les entreprises locales ont appris à composer, pour le plus grand bonheur de ses ambassadeurs qui se plaisent à en partager les valeurs et en accueillir les représentants de demain.