Couverture du journal du 22/05/2024 Le nouveau magazine

Lip, une histoire si dense

S’intéresser à Lip, c’est remonter le temps à travers l’histoire de France. Et son destin depuis plus de 150 ans n'a pas été un long fleuve tranquille !

Lip

© Louis Piquemil - La Vie Economique

Tout démarre en 1867 quand Emmanuel Isaac Lipmann (issu d’une famille d’horlogers alsaciens) fonde un atelier d’horlogerie. Déjà en avance sur son temps, il est sensible à l’esthétique de ses premières horloges et transmet cette passion à ses enfants. Parmi eux, Ernest se tourne en 1904 vers Pierre et Marie Curie pour trouver une matière afin de lire l’heure dans le noir. Le couple de physiciens ayant découvert le radium en 1898 invente alors pour Lip, les premières aiguilles phosphorescentes ! Fils d’Ernest, Frédéric Samuel Lipmann (1905-1996) profite d’un voyage aux États-Unis en 1928 pour visiter les usines automobiles « Ford » et de montage des motos « Harley-Davidson » et « Indian ». Ce voyage et sa passion pour le sport automobile vont influencer sa vision et ses méthodes. De retour à Besançon, il rejoint l’entreprise familiale et prend la direction de Lip en bouleversant les traditions permettant à l’entreprise de devenir la première chaîne de montage en série dans l’horlogerie. En 1954, Lip est le premier horloger en France, et compte déjà 1 500 employés pour une production de 300 000 montres par an.

La révolution du quartz

Ayant traversé 2 guerres mondiales et la grande crise économique de 1929, la marque Lip connaît un autre écueil en 1971, avec l’arrivée du quartz : « Le quartz a révolutionné le mouvement mécanique en évitant de remonter la montre grâce à l’intégration d’une pile », explique Jean-Luc Bernerd, propriétaire actuel de la marque Lip et PDG du Groupe MGH. Ce coup d’arrêt entraîne un mouvement de grève resté dans les annales de France (les salariés ayant continué à produire et à commercialiser des montres pendant 2 ans et demi malgré un mouvement de grève et un dépôt de bilan) et une profonde remise en question de la stratégie du groupe. Lip fait toutefois preuve de résilience, comme ses proches voisins suisses eux aussi fortement concurrencés par l’émergence du quartz portée par la marque japonaise comme Seiko.

Des designers de renom

Face à l’essor des marques japonaises avec le mouvement quartz et leur coût de production imbattable, l’horlogerie suisse fait appel à un consultant libano-suisse de renom : Nicolas Hayek qui créera la marque Swatch. Dès 1974, Lip est le premier dans l’horlogerie à s’intéresser à l’esthétisme des montres et à faire appel aux talents de 7 designers français, dont Roger Tallon, connu pour ses dessins du futur TGV. En se positionnant sur des modèles de montres ergonomiques, Lip magnifie l’objet et lance de nouvelles collections très, voire trop, novatrices pour l’époque.

Renaissance gersoise

Livrée à elle-même, Lip traverse une nouvelle crise économique à la fin des années 80 et se retrouve aux enchères en 1990. C’est lorsqu’elle est au plus mal que la société est rachetée par l’industriel gersois Jean-Claude Sensemat dont le groupe est pourtant spécialisé dans l’import en outillage ! Plus généreux dans son offre de rachat, ce gascon passionné de marques devient le nouveau propriétaire de la marque au nez et à la barbe des grands groupes horlogers. Rapatriée à Lectoure, l’entreprise Lip devient Lip France et renaît de ses cendres après plusieurs directeurs puis sous l’impulsion de son PDG actuel, Jean-Luc Bernerd. Recruté en 1990 par le groupe Sensemat pour assurer le développement commercial de la filiale d’accessoires automobiles, ce Grenoblois d’origine a quitté Besançon et son poste de responsable du Grand Est dans son domaine de prédilection (l’accessoire automobile) pour rejoindre le Sud-Ouest, en même temps que l’entreprise Lip. En 1997, Jean-Claude Sensemat propose à Jean-Luc Bernerd de prendre la direction de Lip France, qui bénéficiait d’un statut à part dans le groupe. En 1999, Lip France subit le dépôt de bilan du Groupe Sensemat mais continue son développement et va finalement ouvrir une nouvelle page de sa longue histoire.