Couverture du journal du 28/09/2022 Consulter le journal

Lot-et-Garonne – Cure de jouvence au château Saint-Marcel

Dans un cadre majestueux autour d’un parc arboré de 3 hectares et demi, l’hôtel du château Saint-Marcel prépare une nouvelle saison pour sa clientèle d’affaires venue de toute la région. L’occasion de plonger dans les coulisses d’un lieu unique sur l’Agenais…

château Saint-Marcel

© D. R.

La longue et somptueuse allée (600 mètres) bordée de cèdres tricentenaires menant au château Saint-Marcel semble défier le temps. Au bout du chemin, l’ancienne demeure du Comte de Montesquieu datant du XVIIe offre aux visiteurs un cadre unique sur l’agglomération agenaise. Facile d’accès grâce à la proximité de la rocade reliant l’autoroute A62, le château Saint-Marcel est un lieu bien connu des Agenais qui sont pourtant encore peu nombreux à le fréquenter.

Accueillant les derniers voyageurs de la saison estivale, essentiellement des étrangers (Anglais, Allemands et Espagnols), la directrice Anabela Osorio, entrée au château en 2012 comme femme de chambre, et son équipe préparent activement la rentrée d’une clientèle plus professionnelle : « La clientèle d’affaires représente 95 % de notre activité hôtellerie ! Nous accueillons beaucoup de commerciaux de passage ainsi que de nombreuses entreprises, bordelaises et toulousaines, louant le château pour des séminaires. Avec nos 25 chambres et nos 3 salles de réunions, c’est une offre qui marche bien et nous avons noté une évolution des habitudes. Avant, les entreprises louaient pour 2 ou 3 jours maximum, désormais elles réservent tout l’hôtel du lundi au vendredi. On remarque aussi que la clientèle de loisirs durant l’été est paradoxalement plus exigeante que celle des professionnels », confie la jeune directrice qui connaît l’histoire du château sur le bout des ongles.

château Saint-Marcel

© D. R.

LE RETOUR DE LA « TABLE DU CHÂTEAU »

Arrivée en 2012 comme femme de chambre, Anabela Osorio est devenue directrice du château Saint-Marcel en 2016 lors du changement de gérants : « Il faut rappeler que le château était fermé pendant 10 ans avant d’être racheté en 2010. Six ans plus tard, le couple de jeunes gérants est parti et c’est le papa de la gérante (Monsieur Steri) qui a pris le relais. Connaissant bien le lieu, il m’a demandé de l’accompagner comme directrice. Après avoir refusé une première fois, et étant compétitrice, j’ai décidé de relever ce défi en apprenant sur le terrain ». S’attelant avec son équipe à la rénovation totale du château, la directrice voit ensuite arriver, en 2018, de nouveaux propriétaires qui décident d’investir dans la construction d’un mini-golf de 18 trous, la mise en place d’un chauffage pour la piscine, la rénovation du parking et du chemin de l’allée des cèdres…

L’hôtel affiche régulièrement complet tout au long de l’année

Anabela Osorio directrice du château Saint-Marcel

Anabela Osorio, directrice du château Saint-Marcel © D. R.

UNE JEUNE FEMME DE CHAMBRE DEVENUE DIRECTRICE

Un choix judicieux qui permet à l’hôtel d’afficher régulièrement complet tout au long de l’année. Le château Saint-Marcel a également relancé, en 2019, une activité de restauration : « le restaurant n’est ouvert que de juin à septembre, précise la directrice. D’abord réservé aux clients de l’hôtel en 2021, le restaurant est ouvert à tous depuis cet été ». La riche histoire de ce château situé entre l’antique voie romaine d’Aginum à Tolosa et le canal latéral à la Garonne, dont les premières traces remontent à 1730, se poursuit donc sous la houlette d’une jeune femme de chambre devenue directrice.