Couverture du journal du 17/07/2024 Le nouveau magazine

Manufacture Textile Méridionale : Cap sur une nouvelle ère

À Billère, la Manufacture Textile Méridionale (MTM) entame un nouveau chapitre de son histoire débutée il y a près de 80 ans : l’incontournable chapellerie béarnaise dirigée par Catherine Quief vient de changer de main.

François LASSALLE, Catherine QUIEF et Laurence LASSALLE, dirigeants de MTM. © Laurent Pascal - MTM

Déjà, l’an dernier, la quarantaine de salariés de MTM acceptait un grand changement : après plus de 50 ans dans les mêmes locaux, à Jurançon, l’entreprise déménageait à Billère pour plus d’espace et de confort. Depuis un mois, un autre grand bouleversement est venu remuer leur quotidien avec l’arrivée de nouveaux patrons à la tête de cette fabrique de chapeaux et autres couvre-chefs. Depuis le bureau de la direction, Laurence et François Lassalle ont bien conscience de l’importance que revêt ce passage de relais et n’ont pas l’intention de passer en force, bien au contraire. Catherine Quief, à leur place jusqu’ici, reste responsable de la production pendant « minimum » trois ans. « Il s’agit avant tout d’une histoire de transmission », rassure ainsi François Lassalle, qui à l’instar de sa femme n’avait jamais, jusqu’ici, touché du doigt l’univers de la chapellerie.

Des clients dans le luxe

Après une riche carrière à Londres puis dans les îles Vierges britanniques, comme gestionnaire de patrimoine et chargée de clientèle internationale pour elle, dans le juridique et la gestion de centre de profit pour lui, le couple a décidé de changer de vie. « Nous discutions de notre envie de reprendre une entreprise depuis quelques années déjà », resitue Laurence Lassalle. Tous deux pèsent les pour et les contre d’un retour en Béarn, sur les terres natales de Monsieur, étudient les opportunités et en se rapprochant de la CCI Pau Béarn, découvrent MTM. L’entreprise, qui produit des coiffants à façon pour des marques « ultraluxe, luxe et prêt à porter premium » (qui ne désirent pas être citées…) mais également pour ses propres marques, MTM et Taffta, remplit tous les critères.

« Développer le Made in France et le travail fait ici, à Billère, est l’un de nos objectifs. »

Accroître la visibilité

« Nous cherchions une société qui fabrique un beau produit, avec un réel savoir-faire, et qui ait aussi la possibilité de s’exporter. Quand nous avons discuté avec Mme Quief, ça a été quasiment intuitif. » Séduits, Laurence et François Lassalle saisissent rapidement le fort potentiel de cette chapellerie aux finances saines et aux clients fidèles. En quelques mois, la reprise est actée. MTM est désormais entre les mains du duo, bien décidé à porter haut une expertise reconnue depuis 80 ans, mais aussi à apporter sa touche. Pour le moment, seulement quelques semaines après le changement de direction, l’heure est davantage à l’observation et l’imprégnation. Pour autant, le couple sait déjà où il veut aller, à commencer par un point essentiel : travailler sur la visibilité de MTM, auprès des marques, des détaillants mais aussi des clients B2C.

© MTM

Développer l’export

L’ère de la discrétion, cultivée par MTM qui connut l’âge d’or dans les années soixante-dix avant une liquidation en 2002 puis sa reprise par les salariés dont Catherine Quief, semble révolue. Une nécessité selon les nouveaux dirigeants : « Jusqu’ici, il n’y a pas eu de démarche homogène et stratégique pour établir et accroître l’image de MTM, ainsi que de ses marques, que ce soit sur les réseaux sociaux, sur notre site vitrine ou dans les salons. Il nous faut une présence homogène et constante qui nous permettra, aussi, de développer de nouveaux marchés à l’étranger. » Accroître les ventes de ses propres collections à l’export est en effet l’une des principales aspirations des Lassalle pour MTM.

© MTM

Des embauches à la clé

« Une fois que la collection est créée, la produire, ce n’est pas vraiment un problème, que ce soit en France ou dans nos trois ateliers en Europe, situés en Bulgarie, au Portugal et en Italie. Il n’y a aucune raison que nous ne puissions pas vendre à l’étranger ! », s’enthousiasme François Lassalle. Si l’entreprise ne cache pas fabriquer une partie de ses coiffants hors de son atelier béarnais, malgré tout, les nouveaux patrons de MTM ont également une autre volonté : « développer le Made in France et le travail fait ici, à Billère, est l’un de nos objectifs. Si nous voulons nous étendre, il nous faut investir dans le capital humain ».

MTM en chiffres

5,8 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2023

38 salariés dont 12 piqueuses

Environ 200 pièces produites par jour dans l’atelier billérois

700 000 chapeaux vendus chaque année

15 % des ventes à l’export, en majorité en Espagne

50 % de la production en marque blanche et 50 % en marque propre