Couverture du journal du 06/06/2024 Le nouveau magazine

Mécanique : De Nadaï en pointe

Lot-et-Garonne - L’entreprise agenaise créée en 1979 continue aujourd’hui de fabriquer des pièces en petite et moyenne série pour les plus grands donneurs d’ordres des secteurs aéronautiques, de l’énergie, du spatial, du naval et même de la mode.

Sylvain De Nadaï

Sylvain De Nadaï © Julien Mivielle

Au détour d’une zone industrielle de la banlieue agenaise, à Bon-Encontre, se trouve une entreprise familiale qui évolue depuis 4 décennies dans le domaine de la métallurgie et de la mécanique de précision : De Nadaï.

1979-2023 : 3 GÉNÉRATIONS SUCCESSIVES

Depuis la création de l’entreprise par Christiane et Jean Claude De Nadaï en 1979, le savoir-faire, la clientèle ainsi que l’image de marque de la société agenaise n’ont cessé de croître au fil des années. En 2003, c’est le fils des fondateurs, Vincent, qui a repris le flambeau. Il a réussi le pari d’en faire une entreprise prospère en la développant et en l’ouvrant à de nouveaux marchés.

DEUX UNITÉS DE PRODUCTION : LE TOURNAGE

En 2023, Sylvain De Nadaï reprend les rênes de l’entreprise familiale, bien épaulé par son directeur général adjoint, David Béreaux. « Nous avons deux bâtiments avec deux unités de production : le tournage et le fraisage. Notre parc machines nous permet d’usiner des pièces de quelques millimètres jusqu’à plus de 4 mètres.

DE NADAÏ EN CHIFFRES

32 salariés

253 000 € de capital

4 700 000 € de chiffres d’affaires Installée depuis

44 ans à Bon-Encontre, à côté d’Agen

Nous réalisons également en interne des ensembles mécano-soudés, la peinture liquide, le montage mécanique et pneumatique afin de pouvoir répondre à une demande complète de nos clients », indique le néo chef d’entreprise.

UNE ENTREPRISE FORMATRICE

À 30 ans, Sylvain De Nadaï gère une équipe de 30 personnes dans un contexte où le recrutement est particulièrement difficile : « Nous recrutons en alternance des jeunes pour les former sur le long terme et les intégrer dans nos équipes. Nous accueillons également tous les ans des stagiaires avec des profils variés et techniques pour leur faire découvrir le métier dans l’entreprise et ainsi jouer notre rôle local en accompagnant les filières de formation. Mais force est de constater que ces filières s’appauvrissent en effectifs au fil des années et que très peu d’entre eux se retrouvent sur le marché de l’emploi. En interne, nous favorisons la transmission des compétences et la polyvalence pour continuer de former nos opérateurs-régleurs. L’objectif est de conserver et d’améliorer notre savoir-faire et notre expertise, éléments nécessaires à notre croissance et à notre pérennité ».

De Nadaï

Spectropolarimètre © Julien Mivielle

« DES MOUTONS À 5 PATTES »

La spécialité de l’entreprise De Nadaï est de pouvoir réaliser des pièces sur-mesure en petite et moyenne série, « on peut faire des moutons à 5 pattes, cela fait partie de notre image », abonde David Béreaux. Un savoir-faire reconnu qui leur a permis d’équiper des entreprises prestigieuses : Dassault (Outillages pour le Falcon 10X), Airbus, General Electric (outillages pour éoliennes offshore), Lectra (leader mondial des machines de découpe de tissu pour Vuitton notamment), JLG France (pièces nacelles élévatrices), l’IRAP / Observatoire Midi-Pyrénées (pour le pic du Midi et Jaxa – la Nasa japonaise, voir encadré).

« Cette capacité à nous remettre en question nous a toujours permis de passer outre les difficultés et de pérenniser l’entreprise. Notre objectif est de continuer à mettre l’humain au centre de l’entreprise et de véhiculer l’énergie et les valeurs qui nous ont portées jusque-là. » Une réussite familiale qui se poursuit avec Sylvain et les mêmes valeurs portées depuis l’origine.

DE NADAÏ : LA TÊTE DANS LES ÉTOILES

L’expertise des équipes de De Nadaï leur a permis de réaliser en collaboration avec l’Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie (IRAP), basé à Toulouse, les éléments mécaniques de très haute précision du spectropolarimètre infrarouge du pic du Midi.

Ces réalisations ont été intégrées durant l’été 2022 sur le télescope Bernard-Lyot de l’Observatoire Midi Pyrénées pour l’étude des champs magnétiques lors de la formation des étoiles et planètes.

Grâce à ce travail régulier avec l’IRAP, l’entreprise De Nadaï a réalisé une pièce essentielle d’une sonde de la Jaxa (la Nasa japonaise). En effet, la mission Martian Moon Exploration sera lancée en septembre 2024 et aura pour objectif de se poser sur Phobos, une lune de Mars, et de ramener des échantillons de sol. La société De Nadaï a réalisé pour l’occasion le mécanisme « Dust cover » (voir photo) qui ferme l’entrée optique pour protéger de la poussière pendant la phase d’atterrissage sur la surface de Phobos. Le retour des échantillons est prévu pour 2029.