Couverture du journal du 17/07/2024 Le nouveau magazine

Techn’Ecar passe à la vitesse supérieure

Le leader français de la vente en ligne de peintures de carrosserie pour professionnels et particuliers vient de s’offrir un nouveau bâtiment deux fois plus grand que le précédent à Trélissac.

Vincent Lasserre, PDG de Techn'Ecar

Vincent Lasserre, PDG de Techn'Ecar © Loïc Mazalrey

Elle a modifié son nom, sans rien changer à ses ambitions. Rebaptisée depuis un an Techn’Ecar en référence à sa gamme de produits Ecar, la société périgourdine Capcolor reste le leader français de la vente par Internet de fournitures industrielles de carrosserie pour les professionnels et les particuliers. Pots de peinture, aérosols, produits parapeintures… Son site Internet propose près de 3 000 articles différents, dont près d’un millier commercialisé sous sa propre marque.

4 000 COMMANDES PAR SEMAINE

Un catalogue qui génère à lui seul 700 commandes par jour, soit 4 000 commandes par semaine.

 » Toutes les conditions étaient réunies pour que nous nous dotions d’un pôle de production. »

« Le site a fonctionné pendant six ans avec des produits manufacturés par les fabricants historiques du secteur », explique son créateur, le Périgourdin Vincent Lasserre. « Ce n’est qu’une fois le business bien installé que j’ai souhaité développer notre propre ligne de fournitures, en commençant par le rayon des peintures. »

UN VIRAGE PRODUCTIF

Un virage dans l’histoire de Techn’Ecar, dont l’activité se limitait jusqu’ici à du commerce en ligne, avec son lot de colis à expédier un peu partout dans le monde. « Il est arrivé un moment où toutes les conditions étaient réunies pour que nous nous dotions d’un pôle de production », indique Vincent Lasserre. Avec le soutien des banques, la PME a investi dans l’achat de cinq cabines de peinture au fur et à mesure que progressait la courbe des ventes de ses produits. « À défaut de fabriquer la peinture, nous sommes des assembleurs : nous mélangeons les différentes textures pour obtenir la teinte demandée par le client », poursuit le chef d’entreprise, pas mécontent d’avoir réussi à faire mentir les plus pessimistes des pronostics. « À l’époque, beaucoup de gens ont tenté de me dissuader de développer le volet productif de mon activité. Je ne sais combien de fois on m’a rabâché que ça ne marcherait pas. »

© Loïc Mazalrey

30 % MOINS CHERS QUE LA CONCURRENCE

Vendue environ 30 % moins cher que celles de ses concurrents, la gamme de peintures Ecar n’a pourtant pas mis longtemps à conquérir aussi bien le portefeuille des particuliers que la bourse des professionnels. « Grâce à une maîtrise aiguë des coûts de revient en interne, nos prix sont très compétitifs : notre marge sur chaque produit est honnête, sans que nous ayons besoin de matraquer le client comme d’autres sont tentés de le faire ailleurs », soulève cet ancien informaticien reconverti un temps en agent immobilier.

 » Croissance à 2 chiffres oblige, la société a déjà dû déménager quatre fois en neuf ans. »

Pionnier de la vente en ligne de fournitures pour carrosserie, Vincent Lasserre est aujourd’hui à la tête d’une entreprise qui emploie pas moins de 40 salariés à des postes très différents, mais complémentaires. « Nous sommes structurés en trois pôles : le pôle commercial, le pôle production et le pôle informatique », déroule Vincent Lasserre, particulièrement attentif à ce que les trois départements de l’entreprise aillent dans le même sens. « Les trois vont de pair. Impossible de faire du commerce en ligne sans des informaticiens et de la production dans des ouvriers qualifiés ».

Depuis peu, les trois pôles de l’entreprise disposent chacun d’un espace suffisant pour pouvoir s’y développer correctement. À l’étroit dans les deux bâtiments qui hébergeaient son activité à Marsac-sur-l’Isle, Techn’Ecar a emménagé au printemps dans un bâtiment neuf de 5 000 m2, dans la zone d’activités économiques de Borie-Porte qui surplombe l’avenue de l’Automobile, à Trélissac. « On a doublé notre surface disponible. À Marsac, nous devions nous contenter de 2 500 m2. Nous étions tellement serrés qu’une partie de la marchandise devait être stockée dans les bureaux de l’équipe administrative. »

6 MILLIONS D’EUROS D’INVESTISSEMENT

Croissance à deux chiffres oblige, la société a déjà dû déménager quatre fois en neuf ans : du Change au quartier du Bassin, à Périgueux ; du Bassin à la rue du Commerce de Marsac-sur-l’Isle ; de la rue du Commerce à l’avenue du Château, à Marsac-sur-l’Isle et de Marsac-sur-l’Isle à la zone de Borie-Porte, à Trélissac. Alors cette fois, pas question de jouer petits bras. Techn’Ecar a fait l’effort d’investir six millions d’euros, soit la moitié de son chiffre d’affaires, pour s’offrir un site de production efficient. « On a acheté cinq hectares au total », signale Vincent Lasserre. De quoi envisager de nouvelles extensions si le besoin venait à s’en faire sentir.

EN FAMILLE

Vincent Lasserre a embarqué ses deux enfants, Thibaud, 35 ans, et Pauline, 33 ans, dans l’aventure de Techn’Ecar. Informaticien autodidacte, Thibaud a quitté son poste dans l’entreprise parisienne qui l’avait débouché deux ans plus tôt, pour prendre la tête du pôle informatique de la PME. Il y encadre six salariés, parmi lesquels deux codeurs et un graphiste. Sa sœur, Pauline, est responsable de la production. Titulaire d’une maîtrise en droit des sociétés, la jeune femme est également en lien avec les avocats qui accompagnent l’entreprise dans ses différentes phases de développement. Pauline et son frère aîné possèdent chacun 25 % des parts de Techn’Ecar, l’autre moitié étant détenue par leur père, Vincent Lasserre.