Couverture du journal du 14/02/2024 Le magazine de la semaine

Tribunal de commerce de Pau : une rentrée morose

Ce 19 janvier, l’audience solennelle du tribunal de commerce de Pau a été l’occasion de tirer le bilan de l’année 2023. Dans un contexte général peu favorable, les procédures collectives sont en hausse de 9 % en Béarn et Soule.

Le tribunal de commerce de Pau, ce 19 janvier. © Cyril Garrabos

Le tribunal de commerce de Pau, ce 19 janvier. © Cyril Garrabos

La nouvelle année judiciaire s’est ouverte en ce début janvier sur un état des lieux particulièrement sombre, dont le procureur de la République Rodolphe Jarry s’est fait l’écho lors de l’audience de rentrée du tribunal de commerce de Pau : « Nous sommes toujours dans un contexte de crise depuis le Covid. Si les mesures de l’État ont pu dans un premier temps atténuer les chocs, mois après mois, le nombre d’entreprises en défaillance augmente ». Un constat national sans appel confirmé au niveau local par le président Philippe Pedeutour : en Béarn et Soule, le nombre de procédures collectives est en hausse de 9 % entre 2022 et 2023, avec 224 dossiers traités contre 206 l’an passé.

Les injonctions de payer en hausse

Dans le détail, 51 redressements judiciaires ont été enregistrés, contre 46 l’an dernier, et les liquidations judiciaires simplifiées (131 en 2023) ont augmenté de 15 %. Par ailleurs, la progression de 25 % des injonctions de payer, qui de 522 en 2022 passe à 653 en 2023, témoigne d’un contexte difficile pour les entreprises du ressort du tribunal de commerce de Pau, qui a également prononcé 8 interdictions de gérer contre 4 l’année dernière. Un malaise prégnant que la baisse des immatriculations vient confirmer, avec 1 006 entreprises immatriculées en 2023, alors qu’elles étaient 1 051 en 2022.

Priorité à la prévention

En revanche, la hausse des chiffres bien que timide avec 27 mandats ad hoc (+3 %) et 19 conciliations (+5 %) va dans le sens du message porté par Philippe Pedetour. Ce dernier n’a pas manqué de rappeler la mission du Tribunal de Commerce d’accompagner les chefs d’entreprise à faire face aux difficultés, alors que l’année 2024 ne s’annonce pas sous de meilleurs auspices. « En 2024, nous nous attendons à observer plus de défaillances qu’avant la pandémie », a évoqué le président. « Notre action prioritaire sera plus que jamais d’aider les entreprises et sauver des emplois grâce à la prévention. »