Couverture du journal du 22/05/2024 Le nouveau magazine

Un nouveau centre de tri pour DHL à Toulouse

DHL, le leader du transport express international, vient d’inaugurer son nouveau centre de tri à Toulouse. Il va permettre de desservir 10 départements de l’Occitanie avec une flotte de véhicules 100% électriques. Un investissement de 25 millions d’euros.

dhl, transports, toulouse

Le centre de DHL à Toulouse © Maxime Fayolle

Des camions jaunes à perte de vue. Quand on entre dans le nouveau centre de tri DHL au nord de Toulouse, c’est ce qui frappe l’œil. Long de 150 mètres, pour une superficie globale de 12 000m², le site toulousain est quatre fois plus grand que le précédent et compte 80 collaborateurs. « Nous sommes présents depuis 1981 à Toulouse et nous avions besoin d’un site plus grand et surtout à la pointe de la technologie » explique Philippe Prétat, le PDG de DHL Express France.

25 millions d’euros investis

L’investissement est colossal pour le leader du transport express. « 25 millions d’euros, c’est l’un de nos plus gros investissements en France après le hub de Charles de Gaulle » précise le PDG. Il faut dire qu’avec 6 000 colis traités par jour, la ville rose est dans le top 4 des sites français de DHL. La croissance en 2023 est même de 2% par rapport à 2022 alors que la moyenne du groupe recule de 0,8%. L’aéronautique y est pour beaucoup. En moyenne, 1 colis sur 4 à l’export concerne ce secteur.

dhl, transports, toulouse

Les conteneurs à charger dans les soutes d’avions © DHL

Véhicules 100% électriques

Le site toulousain dessert 10 départements de l’Occitanie. Les colis qui arrivent le matin depuis Bruxelles et Lyon sont ensuite acheminés par la route grâce à une flotte de véhicules 100% électriques. « Notre objectif est zéro émission en 2050 » annonce Philippe Prétat. « Nos véhicules ont une autonomie réelle de près de 250km, et on les recharge directement sur le site. »

A plus large échelle, le groupe DHL travaille sur ses émissions de CO2 dues au trafic aérien. Elles représentent 90% des émissions du groupe, avec 2 400 vols quotidiens dans le monde. C’est pourquoi DHL mise sur les SAF (Sustainable Aviation Fuel). En clair, des carburants durables issus notamment des huiles de cuisson ou l’éthanol. Le groupe vient de boucler l’achat de 800 millions de litres de SAF avec BP et Neste. L’objectif est d’atteindre 30% de SAF dans les vols d’ici 2030. Avant une prochaine étape : l’avion électrique appelé Alice. Des tests sont en cours aux Etats-Unis pour des vols de 800km d’autonomie avec 1,2 tonne de matériel. Un partenariat avec l’entreprise israélienne Eviation qui pourrait à terme changer les livraisons courte distance.