Couverture du journal du 16/09/2020 Consulter le journal

Quand la falaise se raconte

Un espace de projection est venu s’ajouter cet été au circuit de visite aménagé dans la falaise pour mieux comprendre les strates d’occupation de ce site phare de la vallée de la Vézère.

Le site de La Roque Saint-Christophe, à Peyzac-le-Moustier, en impose par ses proportions : ce mur de calcaire d’un kilomètre de long sur 80 mètres de haut, parmi les cinq plus grands dans le monde conçus sur ce principe, présente aussi la particularité d’une présence humaine qui remonte à 55 000 ans, en témoignent ses gisements, avec une occupation massive au fil de l’histoire du fait des caractéristiques défensives de la falaise. Le film réalisé par l’équipe périgourdine de Raconteur d’histoires, Laurent Labeyrie (conception et réalisation 3D) et Jean-Charles Pouyot de l’agence Échappée belle, en réponse à la commande de Jean-Max Touron, déroule les éléments de compréhension depuis la formation géologique de la paroi à coups de chocs climatiques jusqu’à la redécouverte des lieux par Gabriel Touron, père de l’actuel propriétaire, au début du siècle dernier, après l’abandon et le démantèlement consécutifs à sa destruction lors des guerres de Religion. 

Cette étape vidéo enrichit considérablement la visite effectuée à flanc de paroi, dans la fraicheur des terrasses avec vue panoramique sur la vallée de l’Homme, car elle illustre la manière dont l’homme a tiré parti de la configuration naturelle des lieux pour aménager des lieux de vie dans les abris sous roche et des structures défensives. Autour de l’an Mil, le site palpitait du quotidien d’un village comme les autres, dans une organisation hiérarchisée avec ses petits métiers et ses dirigeants, sur cinq niveaux avec étable, abattoir, coffre-fort, cachot, église.

Reconstitution de l’habitat disparu

Les concepteurs ont eu recours aux possibilités technologiques actuelles pour expliquer les étapes du passé, notamment la photogrammétrie de l’agence Gerpho 3D, et pour montrer à quoi pouvait ressembler le village suspendu autour de son fort et comment il a pu repousser les attaques barbares. Sur la falaise numérisée, les constructions ont été créées dans un logiciel 3D à partir des traces d’occupation observées et des conseils d’architectes du patrimoine. Les enceintes fortifiées et maisons, objets modélisés sans texture puis avec un ajout de murs, bois, torchis et toitures, sont fixés sur le maillage numérique avant que l’environnement végétal vienne envelopper l’ensemble. Résultat : un voyage dans le temps et dans l’espace, à la fois pédagogique et riche en aventures.