Couverture du journal du 22/05/2024 Le nouveau magazine

Cave du Haras : sur la route… des vins

Installé comme caviste à Tarbes, Didier Fleury a misé sur le Wine Truck pour faire connaitre les vins qu’il sélectionne et sa nouvelle gamme perso. Entre rendez-vous aux villages et soirées privées, le bar itinérant connait un succès fou.

Didier Fleury, sommelier et caviste à Tarbes. Cave du Haras

Didier Fleury, sommelier et caviste à Tarbes © LLilian Cazabet - La Vie Economique

Du sommelier, Didier Fleury en a gardé toute la poésie. Lorsqu’il conseille un vin, il fait voyager ses clients au cœur des vignes en quelques mots et portées par les siens, les saveurs éclatent bien avant que les bouteilles ne soient ouvertes. Cette passion du verbe et des cépages, il la décrit parfaitement lui-même : « Ce sont des livres que j’essaye de traduire le plus fidèlement possible ». A 55 ans, il est un des cavistes les plus surprenants de Tarbes, devenu en peu de temps l’adresse sûre des petites pépites. Dans les rayons agencés comme un Tetris, des vins de niche savamment sélectionnés, de la subtilité et des surprises, toujours abordables parce que « le prix n’a jamais fait la qualité ». Et l’homme connaît son métier, sommelier depuis l’âge de 17 ans, il a œuvré dans les plus belles adresses de France : entre Relais Château et restaurants doublement étoilés, son goût a séduit bien des palais fort exigeants. Depuis décembre 2022, il distille ses précieuses cuvées à quelques pas du Haras… mais pas seulement.

Tous les jeudis soir, le rendez-vous est immuable, sur la place centrale d’Odos, Didier Fleury installe ses tables et elles se remplissent très vite

Cave à vins itinérante

Tous les jeudis soir, le rendez-vous est immuable, sur la place centrale d’Odos, Didier Fleury installe ses tables et elles se remplissent très vite. Dans ce village de la grande couronne tarbaise, le caviste est attendu non pas comme le Messie mais comme un Vieux Papes et ses adeptes sont devenus de vrais fidèles. La Cave du Haras se fait itinérante grâce au Wine Truck et c’est un succès total. Le camion assure la même prestation au marché de Trébons ou encore à Campan, dans les hauteurs de Bagnères-de-Bigorre, des petites communes où la tendance est plutôt à la disparition des commerces : « Je voulais apporter de la convivialité dans ces villages où il n’y a plus de lieux de vie ».

Le caviste lance sa propre gamme

Et avec près de 80 personnes autour du truck, le vœu du caviste est exaucé, les verres de vins des différents producteurs de toutes les régions de France se découvrent et se partagent dans une belle humeur. Cette activité parallèle connait un véritable engouement dont l’écho se fait dans les soirées privées, les mariages et les évènementiels : le Wine Truck est de tous les temps forts. Il faut dire que le choix pertinent des breuvages audacieux est devenu la signature de la Cave du Haras qui depuis cette semaine lance une toute nouvelle gamme de vins : les Fleurylèges. Pour le passionné qu’est le sommelier, celle-ci a une saveur bien particulière puisque, comme son nom l’indique, c’est simplement la sienne.

Cave du Haras

© Lilian Cazabet – La Vie Economique

Le Gers en bouteilles

S’il avoue souhaiter depuis longtemps signer de son nom des vins qu’il affectionne, Didier Fleury n’a pas été les chercher à l’autre bout de la France : « La région regorge de cépages emblématiques. Je me suis rapproché d’un domaine viticole gersois qui s’appelle le Château du Pouey avec un jeune vigneron qui travaille merveilleusement bien ». C’est avec lui qu’il a sélectionné des vins qui soient le plus équilibrés possibles pour, encore une fois, plaire au maximum de personnes. Goutte de soleil pour le blanc-doux, Pépite d’Alizarine en Madiran, un joli Pacherenc Vic-Bilh sec nommé Eclat de lune, une liste à laquelle s’ajoute un petit rosé produit en Camargue, Pétale de Nymphe, Fleurylège se veut un florilège d’excellences : « A 55 ans, le fait de mettre son nom sur une étiquette, pouvoir certifier le travail d’un vigneron, c’est vraiment l’aboutissement d’une carrière ». La gamme est en cours de certification bio, Didier Fleury aime « avoir des vins propres ».

Initiations et soirées à thèmes

Et pour cela, il ne manque pas d’idées. Rue du Haras, son commerce est fidèle à ceux d’antan, les habitants du quartier n’hésitent pas à pousser la porte pour partager un café avec le caviste et le vendredi soir, c’est un autre public qui vient le voir, pour se former : « Être sommelier , c’est aussi retransmettre son savoir, je fais donc des initiations et des cours à travers des soirées à thème où on peut aborder celui du whisky ou des spiritueux ». Dans cette cave qui vit au rythme des saisons, la structure des rayons change avec les propositions qui sont renouvelées de 40 à 60 % suivant les périodes, au cœur des villages ou au centre de Tarbes, Didier Fleury a réussi son pari : « Je voulais une petite cave avec plein de grands plaisirs ».