Couverture du journal du 06/06/2024 Le nouveau magazine

Investissement : le Périgord, ils l’adorent

Le club des ambassadeurs du Périgord a fait sa rentrée le 13 septembre, à Marsac-sur-l’Isle, en présence de nombreux acteurs économiques, comme politiques. L’occasion de dresser un premier bilan pour 2023.

périgord

© Loic Mazalrey

Adieu les sessions d’été, bonjour les rencontres de rentrée. Pour la première fois, « La Truffe », l’amicale des Périgordins de Paris, s’est réunie en septembre, et non pas au mois d’août, accompagnée de la CCI Dordogne et de l’agence Périgord Développement. Un changement symbolique, mais significatif puisqu’il a permis la présence du président du Grand Périgueux, Jacques Auzou ; du président du Département, Germinal Peiro ; mais aussi du préfet de la Dordogne, Jean-Sébastien Lamontagne.

DES EMPLOIS CRÉÉS ET PRÉSERVÉS

Au cours de cette soirée, entrepreneurs, chefs d’entreprises et institutions ont pu échanger, et les perspectives périgourdines, malgré un contexte de crise économique et d’inflation, semblent positives, mais mesurées. Le chiffre d’affaires déclaré de la Dordogne en valeur brute au 30 juin 2023 atteignait les 1,2 milliard d’euros, soit 6,3 % de plus que l’année précédente sur la même période. « Bien qu’il ralentisse, le taux de croissance reste positif en Dordogne », s’est félicité le préfet qui rappelle que, dans le cadre de France 2030, 28 millions d’euros ont déjà été injectés dans le département.

CHIFFRES ENCOURAGEANTS

L’agence  Périgord  Développement a elle aussi souligné des chiffres encourageants, avec une multiplication par deux du nombre de projets aboutis entre 2017 et 2023, passant de 20 à 40. « Derrière, ce sont plus de 200 emplois par an qui ont été créés ou préservés », souligne Jean-Baptiste van Elslande, président de l’agence. Cela notamment grâce à la création, depuis 2018, d’« Oser le Périgord », une action permettant de présenter le Périgord, mais également grâce au dispositif résonne, facilitant l’embauche des conjoints, et enfin grâce à la création du club des Périgourdins de Bordeaux – en plus de celui de Paris – qui permet un lien fort avec la métropole.

Les entreprises essaient de récupérer des marges après le choc brutal des coûts

UNE MONTÉE EN PUISSANCE

De plus, en 2022, 400 projets d’investissements ont été financés, y compris dans l’agriculture, avec Initiative Périgord, ce qui a permis l’injection de 5 millions d’euros en prêts d’honneur dans le département, adossés à 30 millions de prêts bancaires. Des investissements permettant la création ou préservation de 800 emplois, avec un taux de pérennité à trois ans supérieur à 92 %, selon François Gaumet, son coprésident.

Au cours de la soirée, cinq projets d’investisseurs accompagnés par Périgord Développement ont présenté leurs ambitions devant une salle comble. Car la volonté du changement de date de cette soirée était bel et bien « de faire monter l’événement en puissance », note Christophe Fauvel, président de la CCI Dordogne, qui regrette une rentrée qui « n’est pas des plus europhoriques, mais pas en récession ».

L’avenir du Grand Périgueux, c’est de regarder vers la Métropole de Bordeaux : on doit être en embuscade et attirer

L’INVESTISSEMENT DES MÉNAGES ATTENDU

La crise économique a forcément des répercussions en Dordogne. En cause : l’inflation et les hausses du coût de l’énergie. « Si l’inflation tend à se stabiliser, comme le cours des matériaux qui baisse, les entreprises essaient de récupérer des marges après le choc brutal des coûts », note Christophe Fauvel. Et ces hausses des prix inquiètent le président de la CCI Dordogne sur la capacité des entreprises à investir. « Il n’y a pas de récession, car les entreprises ont soutenu le marché par l’investissement, mais aujourd’hui, beaucoup de projets sont annulés et différés et le moral des chefs d’entreprises est atteint. J’espère que les ménages vont prendre le relais de l’investissement avec le recul de l’inflation. »

Le président de l’agglomération du Grand Périgueux, Jacques Auzou, s’est montré quant à lui plus mesuré, trouvant ses comparses « optimistes ». L’élu a tenu à attirer l’attention sur un problème : le manque d’espace.

« À Boulazac, Trélissac… jusqu’à l’autoroute, il n’y a plus un mètre carré. « Le Grand Périgueux s’est porté candidat pour être territoire d’industrie, cela peut donner des leviers… Le dossier est en cours. » L’objectif pour le président est de devenir une terre d’accueil d’entreprises. « L’avenir du Grand Périgueux, c’est de regarder vers la métropole de Bordeaux, on doit être en embuscade et attirer. »

UN TAUX D’EMPLOI RECORD

Dans ce contexte, le chômage en Dordogne est en baisse avec un taux à 7,2 %, et le taux emploi atteint les 68 %, un chiffre qui n’avait pas été vu depuis 1975 selon Christophe Fauvel. L’emploi des seniors est lui aussi en progression, avec une augmentation de 4 points. Les exportations ont elles aussi augmenté de trois points, notamment sur les produits de luxe, et aéronautiques. Le Périgord a encore de beaux jours devant lui.