Couverture du journal du 14/02/2024 Le magazine de la semaine

Crise agricole : Agen, capitale de la colère

Alors que le Premier ministre, Gabriel Attal, a fait plusieurs annonces vendredi dernier, les agriculteurs lot-et-garonnais ont décidé de monter à Paris pour continuer la mobilisation. Retour sur une semaine mouvementée.

agen crise agricole

© Julien Mivielle - La Vie Economique

Tout a commencé par un appel à la mobilisation le jeudi 25 janvier de la part de la Coordination Rurale (CR 47), le syndicat qui gère la Chambre d’Agriculture en Lot-et-Garonne. Finalement, l’appel est avancé au lundi 22 janvier et ce sont aussitôt 200 tracteurs et davantage de paysans encore qui s’installent sur la place de la préfecture à Agen. La CR 47 est un syndicat historiquement marqué par la revendication et des actions spectaculaires comme la construction illégale (et débattue) du lac de Caussade. La mobilisation s’amplifie au fil de la semaine avec des actions régulières de blocage de l’autoroute A62 puis des barrages filtrants à Marmande (à l’instigation de la FDSEA 47 et des Jeunes Agriculteurs). Les bennes de fumier sont déposées devant la MSA, les grandes surfaces et un mur de déchets (notamment des pneus) est littéralement installé devant les grilles de la préfecture.

Du lisier et quelques dégâts

La mobilisation se durcit sensiblement à partir de mercredi et l’arrosage des murs du bâtiment préfectoral par du lisier. Le hall d’entrée d’une grande surface est également endommagé et un célèbre restaurant de burgers est contraint de fermer après avoir été envahi de paille. Les images du Lot-et-Garonne font alors le tour des médias nationaux et la question se pose des limites du mouvement. Vendredi soir, les annonces du Premier ministre Gabriel Attal en Haute-Garonne (voir encadré) ont pu calmer certains esprits, notamment à Marmande. Les blocages sont levés. Place de la préfecture à Agen, la CR 47 estime que c’est insuffisant, notamment concernant leur trésorerie et la levée de contraintes environnementales. Les dirigeants décident que la mobilisation doit continuer et ils prennent le chemin de la capitale. A priori, c’est à Rungis qu’ils ont essayé de se diriger. En attendant, les curieux ont pu accéder à la place Armand-Fallières, entièrement vide mais souillée de déchets agricoles.

agen crise agricole

© Julien Mivielle – La Vie Economique

 

Les annonces du Premier ministre

C’est à Montastruc-de-Salies (31), au sein d’une exploitation bovine, que Gabriel Attal a fait plusieurs annonces. Le Premier ministre a d’abord insisté sur la simplification administrative avec un raccourcissement des délais concernant la création des retenues d’eau. La gestion des haies sera également revue. La hausse du GNR, de près de 3 centimes par litre, est annulée. Une enveloppe de 50 millions d’euros a été promise pour les éleveurs en difficulté. Le même montant est prévu pour la filière bio. Le Premier ministre a également promis un durcissement des sanctions à l’égard des distributeurs qui ne respecteraient pas la loi Egalim dans les négociations avec les agriculteurs. Enfin, sur le plan international, la France s’opposera à la signature du traité de libre-échange UE-Mercosur et le président Emmanuel Macron doit se prononcer au prochain Conseil Européen sur l’évolution de la PAC.

Les chiffres de l’agriculture lot-et-garonnaise

5 120 exploitations

275 900 hectares soit 60 % de la superficie du département

13 % en bio

20 000 salariés (saisonniers et permanents)

1er producteur de fraises en France

1er producteur de noisettes

1er producteur de pruneaux

2e producteur de tomates

811 millions de chiffres d’affaires

Source : Direction régionale de l’agriculture en 2021