Couverture du journal du 06/04/2024 Le nouveau magazine

Dordogne – La sécurité en chiffres

Le préfet présente la Dordogne comme l’un des 20 départements les plus sûrs de France. Un critère qui importe pour les choix d’installation, y compris dans les activités économiques. Et la sécurité routière concerne aussi la vie des entreprises.

sécurité

© shutterstock

La Dordogne est présentée comme l’un des départements les plus sûrs. Et pourtant, les chiffres de la délinquance connaissent une hausse relative en 2022, proches de ceux de 2019. Ces chiffres doivent être considérés après les pondérations à apporter sur les années Covid, notamment en ce qui concerne les atteintes volontaires à l’intégrité physique (AVIP) et les atteintes aux biens (AAB).

Pour faire face aux 1 214 cambriolages (+ 7,9 % par rapport à 2021, sur 19 588 en Nouvelle-Aquitaine soit + 9 %), un dispositif de participation citoyenne se développe depuis plus de 10 ans avec 137 protocoles signés, soit 25 % des communes de Dordogne (dont 5 en zone police). S’ajoutent le rôle accru des référents sûreté police et gendarmerie, l’opération « Tranquillité vacances » et le renforcement de la vidéoprotection (9 dossiers pour 81 500 euros).

AIDE AUX VICTIMES

Les coups et blessures volontaires sont en augmentation de 10,6 %, et ce sont surtout les violences intrafamiliales qui connaissent une hausse conséquente (+ 16,9 %) : la Dordogne est le département en France où leur part est la plus élevée au sein des atteintes volontaires à l’intégrité physique (62,5 %). Des services d’aide aux victimes se structurent : le Groupement de gendarmerie départementale a créé des cellules de lutte contre les atteintes aux personnes (CLAP) de 4 à 8 gendarmes ; la Maison de protection des familles (gendarmerie) créée en octobre 2021 sert de point d’entrée pour la prévention et l’information, en lien avec les associations et fédérations de victimes ; les groupes d’investigation judiciaire rattachés à la DDSP24 sont renforcés.

Les intervenants sociaux en commissariats et gendarmeries assurent une prise en charge complète avec un réseau institutionnel et associatif (action coordonnée police et gendarmerie). Après une forte croissance du taux de violences sexuelles en 2020 (+ 33 %), puis une tendance stabilisée, une légère augmentation de 4 % est relevée en 2022 (+ 10 % en Région).

« 90 % des accidents mortels se produisent à 15 km du lieu d’habitation »

DROGUE ET DÉLITS ROUTIERS

La consommation de drogues en Dordogne est à l’image des villes moyennes en France… en évolution de 37,4 % tout de même (+ 6,3 % en Nouvelle- Aquitaine), mais le trafic évolue à la baisse (- 2,8 %) tout comme en Nouvelle-Aquitaine (- 2,6 %). Ceci s’explique par « une activité accrue et coordonnée des forces de l’ordre » avec trois importantes opérations de démantèlement en 2022 et une quarantaine de trafiquants mis en cause. « L’efficacité de la répression en Dordogne repose sur la combinaison d’opérations de démantèlement importantes avec le traitement visible de la petite délinquance associée à travers les amendes forfaitaires délictuelles. »

©PrefectureDordogne

« La dégradation inquiétante des comportements sur la route, constatée en 2021, se confirme. »

28 ACCIDENTS MORTELS POUR 31 TUÉS

Enfin, pour l’accidentalité routière (28 accidents mortels, pour 31 tués), le préfet constate une dégradation inquiétante des comportements sur la route, déjà pointée en 2021, avec une hausse de 10 % du nombre d’infractions alcoolémie et 17 % pour les stupéfiants. Vitesse excessive, consommation d’alcool, inattention et non-respect du code de la route restent les ennemis de la sécurité sur la voie publique. 90 % des accidents mortels se produisent à 15 km du lieu d’habitation. Quatre voitures radars en circulation depuis avril 2022 ont procédé à 81 000 contrôles au 3e trimestre et près de 7 000 opérations de contrôle routier (+ 15 %) menées par les forces de sécurité intérieure ont permis de relever 1 300 délits (+ 13 %). Malgré la hausse des contrôles, le nombre de suspensions de permis est en baisse : 1 133 en contre 1 180 en 2021. Mais sur ce mois de janvier 2023, on compte déjà 177 suspensions contre 91 en janvier 2022, en grande majorité pour conduite sous usage de stupéfiants.

LUTTE ANTI-FRAUDE

Sur le terrain des escroqueries, le nombre de faits constatés est en augmentation significative dans le département par rapport à l’année précédente, avec 263 cas, soit une hausse de 11,7 % (+ 9,5 % en Région et + 7,2 % en France). « Le taux d’élucidation a toutefois fortement augmenté par rapport à 2021 » grâce à une coordination entre les différents services de l’État, dans le cadre du Comité départemental de lutte anti-fraude (CODAF).