Couverture du journal du 16/09/2020 Consulter le journal

DORDOGNE/LANDES – Les professionnels demandent l’adaptation de la loi Egalim

En pleine période de négociations sur les accords commerciaux pour 2020 avec la grande distribution, les professionnels du foie gras montent au créneau auprès du gouvernement pour obtenir un « aménagement rapide » des règles de la loi Egalim, applicables du 1er mars 2020 au 28 février 2021. Les professionnels réunis au sein du CIFOG, souhaitent pour leurs foies gras, magrets et confits que le plafond du volume vendu sous promotion aujourd’hui fixé à 25 % soit relevé à 34 % en valeur. Cette mesure, initialement imaginée pour protéger la rémunération des éleveurs, produit, selon eux, des effets contreproductifs sur ces produits festifs, majoritairement achetés pour 70 % des volumes sur les fêtes de fin d’année. « Durant cette courte période, il s’agit donc de déclencher l’achat en exposant un maximum le foie gras en utilisant les promotions, les mises en avant, les prospectus… », explique l’interprofession dans un communiqué. Même s’ils ne disposent pas encore des chiffres définitifs, les professionnels estiment que la baisse de volume pourrait atteindre les 15 % sur la période des fêtes de fin d’année 2019. De plus, d’autres produits, comme le confit de canard, auraient subi courant 2019 un fort retrait de leurs mises en avant promotionnelles, à cause de cette nouvelle règle. Cette baisse des ventes intervient alors que la tendance qui confirmait les bons chiffres de 2018, avait vu les ventes de foie gras augmenter de 2,8 % en volume et de 3,4 % en valeur sur l’ensemble de l’année.