Couverture du journal du 07/12/2022 Consulter le journal

Formation à l’immobilier : une structure hors normes

L’Atelier Foncier Immobilier, qui ouvre bientôt à Boulazac, travaille à géométrie variable dans un secteur dopé par la crise sanitaire : il offre des solutions concrètes aux entreprises et aux particuliers, et transfère ses compétences aux professionnels.

Benoît Nardou et Caroline Guerre, immobilier

Benoît Nardou et Caroline Guerre © HL_LMAZALREY

Le métier de l’immobilier est réglementé depuis la loi Alur (Accès au logement et urbanisme rénové) de 2014, même si la loi Hoguet continue à le régir, avec des obligations de formation pour les futurs professionnels et ceux qui sont déjà installés. Caroline Guerre anime cette offre en lien avec la Chambre de commerce et d’industrie Dordogne. « Je vis aussi ce métier au quotidien, je partage des informations pratiques et techniques, le cadre juridique, et une vision de chef d’entreprise. » Périgourdine d’origine, Caroline Guerre a appris le métier de négociatrice à Périgueux. Elle a effectué un parcours professionnel rare chez Citya, troisième réseau d’administrateurs de biens en France, prenant des responsabilités dans le tissu local puis à l’échelle régionale, dans le Sud-Est, avant d’intégrer le comité de direction, à Tours, pour piloter 160 cabinets et participer au développement commercial, juridique et stratégique. « En deux ans, nous avons développé le chiffre d’affaires en transactions de 70 %. » Dans le groupe, la direction lui confie la mission de former aux transactions tous les collaborateurs et les dirigeants. « C’est une vraie passion pour moi de transmettre, qu’il s’agisse des conventions de 200 personnes que j’ai pu animer ou des petits groupes que je forme aujourd’hui. Faire soi-même, c’est bien. Voir les autres réussir, c’est mieux. »

244 agences immobilières en Dordogne

La CCI Dordogne répertorie 244 agences immobilières immatriculées au registre du commerce et des sociétés en 2021 dans le département (sur à peu près 30 000 en France). Côté formation, elle propose 31 modules et thématiques liés à ce secteur (déontologie et responsabilité pénale, urbanisme réglementaire, négociation, crédit, etc.), plus un volet « Anglais dans l’Immobilier » avec des sessions de 1 à 3 jours. Une certification est accessible avec 7 blocs de compétences, 10 modules de 133 heures de formation opérationnelles.

Immobilier Dordogne

© HL_LMAZALREY

PARTAGER SON EXPÉRIENCE VIA LA FORMATION

La CCI Dordogne, qui connaît bien le marché local, cherchait ce double profil de connaissances théoriques et de vision du terrain. Cette mission a débuté en 2021, sur les périodes hors confinement, avec des interventions en Dordogne et en Corrèze. En plus de modules pour une douzaine de personnes, elle intervient en intra-entreprise, pour l’agence Cyrano Immobilier par exemple, à Bergerac, avec une session spéciale consacrée aux compromis, dans leurs locaux, avec leurs équipes… et deux autres dates dans la série. « J’ai beaucoup de sujets dans ma boîte à outils. » En revenant s’installer en Périgord et en créant un cabinet avec son compagnon, Benoît Nardou, plus spécialisé dans l’immobilier d’entreprise et commercial, Caroline Guerre envisageait de mener de front une petite activité de formation… qui ne cesse de se développer. « Beaucoup d’agences demandent maintenant des certifications dans le domaine de l’immobilier, avec une prise de conscience de la nécessité de se former avant de se lancer. En plus de responsables commerciaux d’agences locales, certains mandataires, issus de réseaux nationaux, participent aussi à ces modules pour prendre des informations et des contacts. » Forte d’un agrément Qualiopi, elle anime déjà six jours de formation par mois, « ce qui est beaucoup pour un agent immobilier ».

Parmi les participants, beaucoup d’agents commerciaux qui se sont lancés

Bulle immobilière

La période Covid a fait grossir une bulle immobilière créée juste un peu avant… et qui ne manquera pas de se dégonfler. « Le marché est figé côté vendeurs : moins de biens à la vente, moins de mutations et de changements », constate Caroline Guerre. « Devant la difficulté à trouver autre chose, les propriétaires hésitent à vendre. Les prix du marché ont augmenté, c’est flagrant sur le périmètre du Grand Périgueux. Sur des maisons en centre-ville, on est allés au-delà des 10 % de moyenne. On note surtout beaucoup de transactions rapides, des délais de réflexion très courts. Nous avons aussi reçu des créateurs d’entreprises, des personnes qui changeaient de vie, souvent originaires de Dordogne et de retour pour une qualité désormais compatible avec le travail à distance, à des prix attractifs. En plus de Parisiens, on a reçu des gens qui quittaient la côte Est. »

Parmi les participants, beaucoup d’agents commerciaux qui se sont lancés dans un marché florissant et doivent acquérir l’essentiel de la réglementation. En effet, un mandataire n’a pas les mêmes habilitations ni responsabilités qu’un agent immobilier, pas la carte professionnelle qui permet d’avoir des salariés. Les mandataires ne peuvent pas s’engager pour le compte de l’agence ou rédiger de compromis. Si elles ne leur permettent pas de devenir agents immobiliers, les certifications proposées par la CCI leur permettent de valider des connaissances et de soigner la rédaction du mandat, l’élément de base pour protéger le vendeur. « À la fin de la formation, certains se demandent s’ils concrétisent, car c’est une somme de responsabilités. Ce n’est pas toujours comme à la télé… », sourit Caroline Guerre, qui apprécie de pouvoir aborder la protection de la famille comme la constitution de SCI à l’IS ou le viager. « L’aspect humain est essentiel, il ne suffit pas d’ouvrir une porte. »

IMMOBILIER À FACETTES

Deux agents commerciaux et une assistante salariée ont déjà rallié l’agence créée en 2020 par son conjoint, qu’elle a rejoint. « On est complémentaires et différents, au sein de la même structure. » Lui pour les professionnels, elle pour les particuliers. Tous deux valorisent le développement foncier, avec le concours de professionnels reconnus pour les travaux, en accompagnant des propriétaires pour des biens destinés à la location : « Pas pour en faire un métier, mais en complément de revenus. On veut même aller plus loin que l’accompagnement actuel qui fait déjà notre différence : il y a plein de solutions pour investir sur différents biens. » L’Atelier foncier immobilier est donc une structure hors normes, hors réseaux et enseignes. « On nous appelle pour ce qu’on est. Néanmoins, nous avons réalisé 30 % de notre chiffre d’affaires en inter-cabinets, avec d’autres indépendants de l’agglomération : une autre forme de réseau, hors réseau. » La vitrine Internet ne suffit plus : le couple ouvre une adresse physique fin décembre, à Boulazac. « À la demande des clients, pour échanger. »

Immobilier Dordogne

Ville de Monpazier © HL_LMAZALREY

Viager ?

« C’est une piste intéressante dans un contexte de marché de l’emploi qui empêche les CDD et les intérimaires d’accéder à l’immobilier. Sauf à rester locataire toute sa vie, la solution du viager permet de se constituer un patrimoine, avec des bouquets qui commencent à 7 000 euros. Pour des retraités aux faibles pensions, c’est intéressant aussi. » Un cabinet spécialisé dans le viager et la vente à terme vient d’ailleurs de se créer à Périgueux : munie d’un diplôme supérieur en immobilier et d’un bon sens de l’humain, Carole Hamet étudie et réalise des ventes en viager libre ou occupé (estimation, droit viager), vente au comptant, à terme et en nue-propriété en Nouvelle-Aquitaine et en PACA.

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée

Vos formalités juridiques

Sujets de l'article