Couverture du journal du 22/05/2024 Le nouveau magazine

Jean-Michel Aulas, une longue histoire avec les experts-comptables

Jean-Michel Aulas, président historique de l’Olympique lyonnais, était l’invité d’honneur des 50 ans de L&A. Il connaît bien les experts-comptables puisqu’il a créé les logiciels du groupe Cegid.

Jean-Michel Aulas, président historique de l’Olympique lyonnais © Loïc Mazalrey

Jean-Michel Aulas, président historique de l’Olympique lyonnais © Loïc Mazalrey - La Vie Économique

Le groupe Cegid a une longue histoire avec les experts-comptables depuis qu’il l ’a créé en 1983, et avec ce cabinet en particulier, fidèle à ses logiciels depuis 1985. On a pu entrevoir, lors de son intervention devant les invités de L&A, la personnalité complexe de Jean-Michel Aulas. Il est à la fois celui qui a demandé à être émancipé à 18 ans pour créer sa société, démarche entrepreneuriale insolite pour ce fils d’enseignants qui fut délégué Unef de sa région en 68, communiant avec Dany Cohn-Bendit au fameux « il est interdit d’interdire ».

LA DIRECTION PAR OBJECTIFS

L’inspiration collective n’a plus quitté celui qui croit à la direction par objectifs dans un monde informatique très centralisé. En désaccord avec le groupe issu de sa première société, il fonde alors Cegid, éditeur de logiciels de gestion collant à la révision du plan comptable. Trouvant un appui chez le fabricant américain Digitel, il se développe sur « la rencontre d’un marché qui évolue et des nouvelles technologies ». Trois ans plus tard, la société entre en Bourse à Lyon et l’envergure est déjà internationale. Les investissements en R&D, l’étude des fonctionnalités avec les principaux usagers, le rachat d’entreprises innovantes, le partenariat avec Silver Lake ont permis à la société d’ingénierie informatique d’avancer sur la mise en œuvre de software (SaaS) et sur la cybersécurité.

L’IMAGINATION AU POUVOIR

Pour Jean-Michel Aulas, l’étoffe d’un chef d’entreprise n’est pas seulement taillée dans l’innovation, la prise de risque ou le leadership, mais aussi dans des valeurs. Il raconte comment son fils, qui l’a rejoint dans la holding Holnest, investit pour l’environnement à travers Time for the planet et la démarche open source.

Lors du long échange avec la salle, bien des questions lui ont été posées sur l’Olympique lyonnais (dont il était simple sponsor il y a 36 ans et qu’il a présidé de 1987 à ce printemps) ; sur l’esprit d’équipe et le mental d’un dirigeant, « mieux vaut avoir plusieurs centres d’intérêt sous peine de devenir fou ou de se ruiner » ; sur le management par le cœur et « l’imagination plus importante que la connaissance ». Et tant d’autres facettes de sa vie qu’il détaille dans son livre, Chaque jour se réinventer (Stock).