Couverture du journal du 06/04/2024 Le nouveau magazine

Les robots du fablab se défient

Pour sa 2ème édition, le challenge annuel des robots imaginés et élaborés dans les ateliers de FabMe a mis en lumière le fablab de Tarbes. Ouvert à tous, cet espace est aussi apprécié des particuliers qui l’utilisent pour le loisir que des futurs entrepreneurs.

Fablab

Le « Challenge robot » du fablab Fabme était ouvert à tous. ©LilianCazabet/VieEconomique

A une époque où les humains sont tous concentrés vers l’intelligence artificielle, pour les robots du fablab, l’heure est plus terre à terre et c’est celle du basket. Quand il s’agit de mettre les balles dans le panier, on sent bien plus l’influence de Radicon que la détente de Michael Jordan… Une inspiration boostée par quelques tubes de plomberie voire des rouleaux de papier absorbant. Sur la table qui sert de ring, les manches s’enchaînent, le tournoi est aussi ludique que passionnant et l’ingéniosité a visiblement guidé les participants. Malgré un moteur en surchauffe et une performance en demi-teinte, Dany Martin garde le sourire : pour le fab-manageur de FabMe, la vraie victoire réside dans la dextérité et l’ingéniosité de ces créateurs amateurs. Il faut dire que tous travaillent depuis un an sur la réalisation de robots capables de ramasser des balles et de les déposer dans le panier à 40 cm de hauteur. Chacun son système, chacun ses atouts, l’essentiel c’est que ça fonctionne, un état d’esprit qui définit bien celui du fablab tarbais.

Des créateurs de tous horizons

Depuis 2017, FabMe met un point d’honneur à être ouvert à tous et le challenge le prouve sans détours : « D’habitude, c’est un défi qu’on voit plutôt dans les universités, comme le Robocup Challenge qui est réservé aux universitaires. Nous avons voulu rassembler des gens de tous horizons, des jeunes, des étudiants, des passionnés de technologies et des retraités » souligne Dany Martin. Dans les équipes en lice, les lycéens des établissements Jean Dypuy et Pradeau-La Sède sont au rendez-vous, sortant des exercices de technologies classiques, et face à eux, des participants disparates leur disputent âprement les manches : « Il ne faut pas avoir de connaissances spécifiques sur la programmation, il n’y en a pas, les robots fonctionnent juste avec une radiocommande » ajoute le fab-manageur. Et à partir de là, moteur et cerveau permettent une action mécanique de ramassage ou de poussée grâce à un système de chenille qui fait bouger la balle… à mettre au fond du panier.

Haut lieu de fabrication numérique, le fablab est un véritable espace de créativité

Machines de découpe et imprimantes 3D à disposition

 Haut-lieu de fabrication numérique, le fablab est un véritable espace de créativité qui offre la possibilité de faire éclore bien des projets, qu’ils soient professionnels ou qu’ils relèvent du pur loisir. Sa force réside dans des équipements spécifiques qui permettent tous les projets liés à l’électronique, la robotique, la technologie ou la modélisation. De la machine à coudre à celles de découpe en passant par les imprimantes 3D, FabMe les met à disposition lors des différents ateliers tout comme ses précieux conseils : « Beaucoup d’industries des Hautes-Pyrénées se sont tournées vers les imprimantes 3D, notamment pour le métal. C’est important d’avoir un lieu où tester ses idées, des façons de travailler différentes avec des personnes qualifiées qui connaissent ce genre de machines… Et ça permet de se lancer ». Les compétences sont partagées, les médiateurs guident et épaulent chaque inscrit qu’il soit étudiant, porteur de projet ou simple passionné de DIY.

UN LIEU DE PROTOTYPAGE

Du loisir créatif et l’activité pro, il suffit parfois d’un seul pas et les exemples d’entreprises nées après leur passage à FabMe ne manquent pas, à l’instar de l’agence de développement textile pyrénéenne Marelha ou encore Janécio, la marque de vêtements responsables et raffinés sur-mesure : « Ce sont des boîtes qu’on a accompagnées et qui ont pu se servir des nouvelles technologies comme la découpe laser pour mener à bien leurs projets. En réalisant un essai pour un produit qui relève du loisir, il n’est pas rare que l’idée de le commercialiser fasse son chemin s’il relève d’un besoin ». Branche de Bic Crescendo, FabMe permet de prototyper les innovations de façon plus rapide, moins chère et en circuit-court, si les start-ups sont nombreuses à y avoir recours, il n’est pas nécessaire d’être hébergé par la pépinière d’entreprises pour y adhérer. Également ouvert aux artistes, le fablab a démontré le 24 mai dernier qu’un robot qui enchaîne les paniers pouvait également être tout un art !