Couverture du journal du 17/07/2024 Le nouveau magazine

Lescar – Quartier Libre à l’avant-garde

Le centre commercial Quartier Libre s’apprête à accueillir six nouvelles enseignes, dont Starbucks. Un signe de bonne santé pour cette locomotive commerciale de l’agglomération paloise qui poursuit sa stratégie en faveur d’une offre très diversifiée.

Mehdi OUADA, directeur de Quartier Libre © Cyril Garrabos - La Vie Economique

Définir Quartier Libre comme un centre commercial serait presque trop réducteur, tant l’offre y est foisonnante et variée. Mehdi Ouada, son directeur, aime d’ailleurs lui-même le qualifier de « lieu de vie ». Pour cause, diversifier l’offre et proposer de nouvelles activités est la ligne de conduite de SCC, gestionnaire du site depuis 2021. Une stratégie payante, semble-t-il, au regard des chiffres : en ce mois de juin, Quartier Libre enregistre des niveaux de fréquentation en hausse de 15 % par rapport à l’an dernier, à la même date. « Dès 2022, nous avions retrouvé des chiffres équivalents à ceux d’avant Covid, ce qui n’est pas le cas de la plupart des centres commerciaux », se réjouit Mehdi Ouada, qui annonce 2,2 millions de clients en 2023. « Aujourd’hui, nous sommes en progression, sur une très bonne dynamique : nous sommes partis pour faire une bonne année. »

Un tiers de commerçants locaux

En trois ans, la « relance de la commercialisation » a porté ses fruits. « Nous avons fait venir un certain nombre d’enseignes, porteuses en termes de trafic », resitue le directeur, qui cite notamment JD Sports ou encore Rituals, ouverts l’an dernier. Dans leur pas, cinq autres boutiques vont s’installer d’ici la fin de l’année : ainsi, dès septembre, Starbucks prendra ses quartiers dans le centre commercial de Lescar, au même titre que Valège ou Sac Attitude, suivi par Pandora et Morgan. Des franchises nationales mais pas seulement, dans la lignée des enseignes déjà présentes : « Cela fait aussi partie de l’ADN de Quartier Libre qui, dès son ouverture en 2003, a travaillé avec des indépendants ou des franchisés locaux : c’est peu courant dans les centres commerciaux, notamment dans les grands centres commerciaux comme le nôtre. Aujourd’hui, ils représentent un tiers de nos commerçants », précise Mehdi Ouada. Enfin, un concept de loisirs ouvrira également, exemple parmi d’autres de la disparité de l’offre proposée à Quartier Libre.

© Cyril Garrabos- La Vie Economique

Un outil adapté à la diversification

Douze restaurants, un bowling, un cinéma, près d’une soixantaine de boutiques de prêt-à-porter au loisir en passant par la bijouterie ou la décoration, un trampoline park…, le tout porté par des enseignes phares comme Decathlon et Cultura : Quartier Libre a de quoi satisfaire n’importe quel besoin. Un cabinet médical s’y est même installé l’an dernier. « Il y a 20 ans, cette volonté de diversification n’existait pas en France : les centres commerciaux consacraient 90 % de leur activité au prêt-à-porter. Aujourd’hui, la plupart d’entre eux doivent adapter leur architecture à de nouvelles activités, comme le loisir, la culture ou encore la santé, remarque le directeur. Quartier Libre, lui, a été avant-gardiste dès sa création. On a toujours eu beaucoup de loisirs, beaucoup de restauration, ce qui fait que notre outil est déjà adapté à l’évolution des centres commerciaux. »

Quartier Libre enregistre des niveaux de fréquentation en hausse de 15 % par rapport à l’an dernier

Une politique RSE « ambitieuse »

Précurseur, Quartier Libre a visiblement su créer son propre modèle, abondé par une politique également tournée vers un ancrage local. Régulièrement, des animations sont organisées avec des associations du territoire : il y a quelques semaines, un Quartier de l’emploi a été organisé avec France Travail, et cet été, La Cueillette de l’Aragnon animera des ateliers. Entre autres exemples. Par ailleurs, une boutique de La Croix Rouge y est hébergée gracieusement à l’année. Autant d’actions qui s’inscrivent dans une démarche RSE dite « ambitieuse », dont témoignent également les mesures mises en place pour favoriser les économies d’énergie. Dans cette optique, le prochain gros investissement de SCC concernera la réfection de la toiture sur toute la surface du site d’une ampleur de 35 000 m2. Un chantier d’envergure, donc, mais nécessaire pour que la locomotive Quartier Libre poursuive son développement sur de bons rails.

Une concurrence centre-ville/périphérie ?

Localement, on entend fréquemment que le commerce de périphérie, et de Lescar en particulier, est un frein au développement commercial du centre-ville. Un a priori, selon Mehdi Ouada : « L’activité du centre-ville et l’activité de la périphérie et des centres commerciaux est complémentaire. Nous avons les mêmes objectifs, les mêmes sujets, les mêmes soucis et nous travaillons les uns et les autres pour le rayonnement commercial de tout le territoire. Par ailleurs, nous avons des clientèles, des zones de chalandise mais aussi des moyens de transport pour arriver jusqu’aux lieux de commerces différents. Et je rajouterais que beaucoup d’enseignes se rendent compte que le meilleur moyen d’être efficace en termes commerciaux, c’est désormais d’avoir une boutique en centre-ville et une également en périphérie. »