Couverture du journal du 21/06/2024 Le nouveau magazine

LipstIp : L’IA, une solution d’avenir

À Pau, la société LipstIp combine son expertise en IA et en PI pour concevoir des outils de production destinés aux professionnels de la propriété intellectuelle. Sa première solution permettant la génération de mémoire d'opposition de marque sera commercialisée dans les prochains mois.

Nicolas Girardin, co-fondateur de LipstIp.

Nicolas Girardin, co-fondateur de LipstIp. © Cyril Garrabos - La Vie Economique

Alexander Lerbs, Ghislain Demonda et Nicolas Girardin ne pouvaient être mieux placés pour développer des solutions pensées pour faciliter le travail des praticiens de la propriété intellectuelle. Pour cause, les trois hommes, avant d’être cofondateurs de la start-up LipstIp, sont conseils en propriété industrielle au sein du cabinet palois API Conseil. Une profession « très peu connue » sur un marché « assez confidentiel » selon Nicolas Girardin, qui si elle dispose d’outils numériques ne semble avoir pléthore de choix. « Nous nous sommes dit, alors que nous étions en plein Covid et que nous redoutions une baisse d’activité (qui n’a par ailleurs pas eu lieu), que nous pouvions en profiter pour développer nos propres outils », resitue le dirigeant. Si la R & D a débuté au sein d’API Conseil dès 2020, en mars 2023, une structure dédiée nommée LipstIp a été créée pour notamment éviter la confusion des clients entre « la casquette profession réglementée et la casquette éditeur de logiciels ».

Une bêta ouverte en juin

Un an plus tard, LipstIp est désormais incubée à la technopole Hélioparc, emploie 5 salariés, souhaiterait en recruter bientôt deux supplémentaires et affiche son ambition : accélérer et améliorer de la protection des innovations en Europe. Pour l’heure, la jeune pousse s’apprête à commercialiser sa première solution « sur une fonctionnalité de niche » : l’opposition de marques. « Les conseils ou les juristes doivent comparer des cinquantaines et des cinquantaines de phrases, c’est extrêmement chronophage, long et fastidieux. Notre outil, grâce à l’IA, permet la comparaison des produits et services et la génération d’un argumentaire d’opposition que notre client peut déposer auprès de l’office », résume Nicolas Girardin. La première version a été testée une première fois en septembre. La V2 est en cours de finalisation et sera proposée de nouveau en bêta, mais cette fois-ci ouverte, à partir du mois prochain avant la mise en place d’abonnements payants en septembre.

LipstIp travaille également sur un outil pour aider à la rédaction des demandes de brevets

Un outil pour gagner du temps

Nicolas Girardin, par ailleurs reconnu pour son expertise dans le domaine de l’intelligence artificielle (il est également président de l’association IA Pau), tient à préciser un point. Mêler IA et propriété intellectuelle ne signifie pas « remplacer » le praticien mais bien l’accompagner en lui faisant gagner du temps, de l’efficacité et donc de la rentabilité. « Notre outil lui donne une présélection d’items, sélectionnés par pertinence, avant que ne soit proposé l’argumentaire. Le professionnel aura toujours le dernier œil, il garde le contrôle », assène l’entrepreneur, avant d’ouvrir la discussion sur les autres produits en cours d’élaboration chez LipstIp. « Nous travaillons actuellement sur un autre outil pour aider à la rédaction des demandes de brevets qui protègent les innovations », simplifie Nicolas Girardin. « Deux thèses devraient débuter à ce sujet en septembre. Cela sous-entend que la sortie n’est pas pour demain ».

Le label Jeune Entreprise Innovante

Le quadragénaire n’est pas du genre à se précipiter, préférant asseoir la légitimité de LipstIp avant d’inonder le secteur d’autres fonctionnalités qui, celles-ci, nécessiteront certainement des levées de fonds. « Avant cela, je veux que nous ayons les preuves de l’attraction du marché, que nos premiers résultats valident le lien entre expertise IA et expertise propriété intellectuelle », raisonne-t-il. En attendant, la start-up s’est suffisamment entourée pour assurer son développement. Lauréate du scale-up OVH Cloud qui lui a permis de bénéficier de 100 000 euros de crédits sur leur système de calcul, elle est aussi lauréate de GENCI avec la mise à disposition de 120 000 heures de calculs, partenaire de l’école d’ingénieur paloise CYTech, sélectionnée par Deeptech BPI pour booster sa R & D… : LipstIp, en outre adhérente à la French Tech Pau Béarn, sait visiblement convaincre. En janvier, elle a ainsi obtenu le label Jeune Entreprise Innovante : une véritable reconnaissance pour ses fondateurs, qui selon eux « confirme le potentiel de LipstIp en recherche et innovation ».