Couverture du journal du 17/07/2024 Le nouveau magazine

Marmande – L’an 1 de la tomate Label Rouge

À l’occasion du premier anniversaire de la tomate Label Rouge et du démarrage de sa commercialisation, les professionnels de la filière ont fait le point sur une production phare du Sud-Ouest. Et dans un contexte de crise agricole, le bilan est plutôt satisfaisant pour ce savoureux légume rouge.

tomate de l'AIFLG

Frédéric MARCHESIN, président de la section tomate de l'AIFLG © D. R.

Pour célébrer le lancement de la première saison de commercialisation de la tomate Label Rouge, le chef, Daniel Gallacher du restaurant Racines à Bordeaux, avait mis les petits plats dans les grands. L’ambiance est conviviale et les sourires sur les visages des producteurs font plaisir à voir après un hiver marqué par la mobilisation agricole. La filière tomate se porte bien, après avoir vécu des heures difficiles : « aujourd’hui, ça va mais ça n’a pas toujours été comme ça et ça peut vite changer ! », nous explique Éric Cescatti, producteur pour la coopérative Rougeline à Marmande.

Défendre les produits français

C’est l’arrivée des productions espagnoles à bas coût dans les années 90 qui a profondément touché la filière fruits et légumes française. En Lot-et-Garonne, les paysans s’organisent et créent alors l’Association Interprofessionnelle des Fruits et Légumes (AIFLG : lire encadré). L’objectif est de défendre les produits français grâce à une montée en gamme et une meilleure valorisation du savoir-faire hexagonal. Une stratégie payante pour la fraise qui a été reproduite pour la fameuse tomate, star de l’été et du Sud-Ouest, avec Marmande pour capitale.

À Garorock, le bar à tomates a connu un succès fou

6 ans de travail

Initiée depuis 2017, la démarche de labellisation de la tomate aura nécessité plus de 6 ans avant l’aboutissement. Le Label Rouge repose sur un cahier des charges strict qui concerne autant la production que le conditionnement. Saveur et taux de sucre sont vérifiés hebdomadairement tout au long de la saison, le conditionnement est minutieux et les fruits doivent être impeccables : le résultat est aussi beau pour les yeux que bon pour les papilles. Le coût est évidemment légèrement supérieur à la gamme traditionnelle mais les consommateurs ne s’y trompent pas selon Frédéric Marchesin, producteur pour Rougeline à Puch-d’Agenais et président de la section tomate à l’AIFLG : « Le Label Rouge nous permet de nous démarquer sur le marché très concurrentiel de la tomate ».

© D. R.

4 variétés en Label Rouge

Quatre segments de tomates sont pour l’instant dans le Label Rouge : la cerise vrac (croquante et sucrée), la cerise grappe (petite taille et rouge éclatant), la petite ronde grappe (charnue et dense) et l’allongée cœur (savoureuse). Les 12 producteurs se répartissent dans 3 zones de production : le Sud-Ouest, la Provence et les Pyrénées-Orientales. Le Lot-et-Garonne avec Rougeline à Marmande tient évidemment une place prépondérante au sein de la filière. Dès 2011, la coopérative lançait un modèle d’éco-serre où le contrôle et la supervision de la plante sont poussés au maximum : goutte-à-goutte, eau filtrée et réutilisée, serre chauffée, traitements utilisés au plus près des besoins. Autant d’efforts qui permettent à une partie de la production d’être labellisée « Zéro résidu de pesticide ». Évidemment, les tenants de l’agroécologie pourront toujours remettre en cause la culture sur substrat (hors-sol) et l’absence de label bio, ce à quoi Éric Cescatti répond sans se défiler : « On ne peut pas se permettre de perdre la récolte. On s’autorise à traiter quand la production est en danger ».

« Le Label Rouge permet de nous démarquer »

Une saison 2024 en demi-teinte

Malgré toutes ces bonnes nouvelles, la saison 2024, sans être catastrophique, sera forcément moins bonne que l’an passé à cause d’un manque de soleil et de luminosité. Pour autant, la période de production s’étend comme en 2023 du printemps à fin octobre avec un événement à signaler : la présence d’un bar à tomates des paysans de Rougeline à Garorock pour rappeler que la tomate est aussi festive qu’estivale.

La tomate en chiffres

6e pays producteur de tomates en Europe

1er légume-fruit consommé avec 14 kg de tomates par an et par personne

36 % des tomates consommées en France viennent de l’étranger

475 000 tonnes de tomates produites en France en 2023

La Nouvelle-Aquitaine est la 4e région productrice de tomates en France

1 000 tonnes de tomates en Label Rouge

12 producteurs (dont 7 en 47) produisent en Label Rouge

L’AIFLG késaco ?

L’association interprofessionnelle des fruits et légumes du Lot-et-Garonne (AIFLG) a été créée en 1998 dans un contexte de tension avec l’arrivée sur le marché français des productions étrangères. Mobilisée initialement autour de la fraise, pour laquelle elle a obtenu le Label Rouge en 2009, la section tomate de l’AIFLG est fondée en 2017. Ainsi, elle accompagne et développe une démarche territoriale afin de préserver la notoriété de ce produit incontournable du Sud-Ouest. Après avoir créé la marque « Tomate de Marmande » en 2020, la filière obtient le Label Rouge en 2023 et elle travaille aujourd’hui sur une Indication Géographique Protégée.